Sarkozy et l’Otan: l’atlantisme décomplexé… et risqué

L’envoi de renforts en Afghanistan et le sommet de l’Otan à Bucarest illustrent le virage prôné par le Président. Décryptage.

Sarkozy en visite à Kaboul le 22 décembre (Eric Feferberg/Reuters)

Quelques pages dans un petit carnet de note illustrent la distance parcourue en un peu plus d’un an dans le positionnement international de la France. Mes premières notes portent sur un « briefing » d’un conseiller de l’Elysée à l’époque de Jacques Chirac, en novembre 2006:

« L’Otan ne doit pas apparaître comme le gendarme d’un monde occidental bien pensant »… « l’Otan n’est pas l’alpha et l’omega de l’organisation de la sécurité internationale »… « le risque est que l’Otan devienne le club occidental de sécurité qui s’étendra au monde entier. »

Quelques pages plus loin, des notes toutes fraîches, lors d’un « briefing » de l’ère Sarkozy, il y a quelques jours:

« Pendant trente ans, la France a été hypocrite. Elle a fait chier tout le monde, et elle y allait. On a joué au gaullisme à peu de frais. Nicolas Sarkozy dit clairement des choses qui étaient déjà dans les faits… Sa vision du monde: la France est dans le bloc occidental, c’est assumé, et c’est une rupture… L’Otan devient globale, y compris en Afrique ».

« Situer la France au sein de sa famille occidentale »

Ces deux postures, à un an d’intervalle, sont au coeur du virage de la politique étrangère française, et ce tournant passe par l’Afghanistan, où la France va envoyer des renforts militaires, et par Bucarest, où Nicolas Sarkozy participe mercredi et jeudi au Sommet de l’Alliance atlantique.

Le successeur de Jacques Chirac assume son positionnement en des termes que n’auraient jamais employés ses prédécesseurs. « Relisez son discours de politique étrangère le plus important, celui qu’il a prononcé devant le corps diplomatique le 18 janvier », souligne notre « briefeur ». On est allé voir, et, de fait, il affiche la couleur:

« J’ai d’abord voulu situer, franchement et nettement, et là est la première rupture, la France au sein de sa famille occidentale. (…) En se plaçant clairement dans sa famille occidentale, la France, et c’était mon objectif, accroît sa crédibilité, sa marge d’action, sa capacité d’influence à l’intérieur comme à l’extérieur de sa famille. D’ailleurs, comment espérer avoir de l’influence sur sa famille politique si, dans le même temps, on n’y a plus sa place ou si les membres de cette famille politique se méfient de vous? La capacité d’influence de la France sur sa famille occidentale tient à la clarté de son engagement et de ses choix. ».

Appelons cela l’Atlantisme décomplexé… C’est donc le choix de l’engagement au côté des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, signifié par les deux grands voyages et deux grands discours prononcés par le Président à Washington en novembre et à Londres la semaine dernière. Le choix du retour plein et entier dans les structures militaires de l’Otan qui semble quasiment acquis. Dans le même temps, on entend dans les allées du pouvoir des phrases comme « Kohl-Mitterrand, Verdun, le sentimentalisme franco-allemand, c’est fini »… Un choix stratégique qui tourne le dos à quarante ans d’histoire, et, de fait, renvoie le gaullisme au musée des lubies françaises: une partie de l’UMP appréciera.

Faire intervenir l’Otan en Afrique?

Les Américains ont répondu positivement à l’ouverture que leur a offerte Sarkozy. On a ainsi vu défiler à Paris des responsables américains qui venaient flatter l’égo national en soulignant que les Français étaient les seuls en Europe, avec les Anglais, à savoir se battre, et qu’on avait besoin d’eux en Afghanistan:

« Les Allemands arrivent là-bas avec le mauvais matériel et ne veulent pas se battre, alors que vous, les Français, vous êtes bien entraînés et motivés, et avez l’expérience du désert »…

Le choix de Sarkozy aurait du sens s’il y avait une stratégie clairement définie, au-delà du repositionnement dans l’espoir de prendre la tête d’une défense européenne ressortie de la naphtaline. L’Otan n’a pas de stratégie évidente, ni sur sa manière de gagner face aux talibans en Afghanistan, ce qui ne l’empêche pas d’accroître ses effectifs, ni sur son rôle dans l’organisation de la sécurité mondiale.

Or, les deux nouveaux meilleurs amis de la France trainent toujours le boulet de leur engagement en Irak, et le lègueront sans doute à leurs successeurs, très prochainement à Washington, et peut-être aussi à Londres. Et, dans une fuite en avant de dernière minute, George Bush force la main à ses alliés pour engager des démarches d’adhésion pour l’Ukraine et la Géorgie, au grand dam de Vladimir Poutine qui sera vendredi à Bucarest pour faire, lui aussi, des adieux fracassants à ses ennemis préférés de l’Otan, et, sans doute, leur dire ses quatre vérités.

L’Otan est devenue incontournable: cette alliance militaire qui n’avait pas tiré un seul coup de feu avant la chute du mur de Berlin, est aujourd’hui en plein essor, non seulement en récupérant les uns après les autres tous les pays ex-communistes, mais surtout en devenant, de fait, le bras armé occidental dans le monde entier. Oubliés les vieux débats sans fin sur le « hors zone », c’est-à-dire sur les interventions hors du « théâtre » historique de la guerre froide, au coeur de l’Europe. A Paris, on est même prêt à envisager de voir l’Otan intervenir en Afrique, drôle de rupture avec la Françafrique!

Dans un monde où les institutions multilatérales comme l’ONU ont perdu toute capacité d’intervention, où les menaces sont diffuses et multiples, le discours sarkozyste a une logique de « bloc » qui peut sembler rassurante. Elle a toutefois l’inconvénient de s’aligner sans conditions sur des pompiers pyromanes, qui portent, avec leur unilatéralisme de la guerre d’Irak et leur incapacité à favoriser la moindre avancée dans les conflits du Moyen-Orient en général, une responsabilité majeure dans la dégradation du climat international. Pas vraiment rassurant, et les prochaines années montreront si la France ne sera pas sortie de son ambiguité diplomatique à ses dépens, pour paraphraser le Cardinal de Retz que Nicolas Sarkozy a choisi d’ignorer.

Article publié le 2 avril 2008 sur Rue89 (http://www.rue89.com/2008/04/02/sarkozy-et-lotan-latlantisme-decomplexe-et-risque)
Copyright Rue89.



Articles Par : Pierre Haski

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]