Secteur financier : L’ « autre bulle » qui va éclater

Crise systémique globale 2007 ( 1)

Région :

La finance est l’un des quatre secteurs dont LEAP/E2020 dans le numéro de décembre de sa lettre confidentielle (GlobalEurope Anticipation Bulletin N°10) estime qu’ils seront les plus touchés par le développement de la crise systémique globale en 2007. Les trois autres sont : le commerce international, les taux de change et l’énergie.

Le secteur financier mondial va entrer dans un processus de crise profonde via toute une série de facteurs dont la fin 2006 démontre déjà l’importance, à savoir l’effondrement de la valeur des actifs libellés en Dollars US, la monétisation de la dette US, la dégradation rapide du bilan des banques aux Etats-Unis et dans une partie de l’UE sur fond de faiblesse des réserves des banques, de rapide dégradation des prêts immobiliers (2) et de récession de l’économie américaine.

A titre d’exemple, en moins d’un an, la valeur des actifs mondiaux libellés en Dollar (3) rapportée au panier de monnaies des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis, a diminué de 2.000 milliards US$ du simple fait de la forte baisse de la monnaie américaine. Ou bien encore, du fait de cette même dévaluation, la dette américaine a baissé d’un montant supérieur à celui du déficit commercial des Etats-Unis prévu autour de 750 Milliards US$ ou du déficit de la balance des paiements prévu à plus de 900 milliards US$ (4).

Figure 1 – Etats des balances des paiements dans le monde en 2005
Etats en excédent en Bleu (zone bleue foncée = Euroland) / Etats en déficit en Rouge

Cette monétisation de la dette US (annoncée dès Février 2006 par LEAP/E2020 (5)) affecte directement les bilans de l’ensemble des grands opérateurs financiers internationaux et va ressortir fortement en 2007.

Aux Etats-Unis, comme commence à l’annoncer un nombre croissant d’institutions financières, l’éclatement de la bulle immobilière et la croissance forte des défauts de remboursement des prêts immobiliers, pèse déjà sur les résultats des banques (6) et des institutions de prêts. Ainsi, du fait de la dégradation rapide du marché, le gouvernement américain ne cherche même plus à rendre transparent les comptes de Fanny Mae et Freddy Mac, ces deux mastodontes parapublics des prêts immobiliers US qui pèsent plus de 50% du marché des prêts immobiliers aux Etats-Unis (7). Ainsi Fanny Mae n’a plus remis aucun rapport trimestriel ou annuel d’activités depuis 2004 et doit demander une exemption pour continuer à être listée au New York Stock Exchange (8), tout en continuant à accroître ses parts de marché. Il y a moins d’un mois, Kevin M. Warsh, gouverneur de la Réserve fédérale de New York, a dénoncé le risque de crise systémique que faisaient peser Fanny Mae et Freddy Mac sur le marché des prêts immobiliers américain (9). Et ce risque peut être étendu à l’international puisque depuis plusieurs mois, les investisseurs étrangers, notamment asiatiques, qui se sont détournés des Bonds du Trésor US ont massivement acheté les titres de Fanny Mae et Freddy Mac.

Par ailleurs, depuis des années, les autorités américaines ont laissé se dégrader fortement les réserves obligatoires des banques alors que ces dernières se sont engagées dans des activités massives sur les marchés dérivatifs où les risques sont très importants. On peut constater sur la figure ci-dessous combien les ténors de Wall Street, qui font la une de l’actualité financière ces derniers mois, comme JPMorgan/Chase ou CityBank ou Bank of America, sont en fait dans une situation de faillite assurée en cas de crise importante puisque les contreparties à leurs engagements sont pratiquement inexistantes. C’est une image assez fiable de la fragilité de l’ensemble du secteur des hedge-funds que nombre de ses banques ont investi massivement.

Figure 2 – Contreparties des sept principales banques américaines face à leurs engagements sur les marchés des dérivatifs (2005 – source Office of the Comptroller of the Currency / US Department of Treasury)

Avec le passage durable du taux de change EURUSD au-dessus des 1,30, l’équipe LEAP/E2020 considère que nous sommes désormais bien entrés en 2007 dans la phase d’impact de la crise systémique globale.

L’équipe LEAP/E2020 en profite pour souligner qu’en suivant ses anticipations en matière de taux EURUSD ou d’évolution de l’immobilier aux Etats-Unis, sur un investissement équivalent à 100.000 Euros, sur 10 mois, un opérateur a pu gagner au minimum environ 15.000$ (devises), ou 10.000$ (sur l’immobilier US). Preuve qu’analyse stratégique et décisions individuelles de court terme peuvent se rejoindre utilement dans l’anticipation.

Notes

1. Avec le passage durable du taux de change EURUSD au-dessus des 1,30, l’équipe LEAP/E2020 considère que nous sommes désormais bien entrés en 2007 dans la phase d’impact de la crise systémique globale. L’équipe LEAP/E2020 en profite pour souligner qu’en suivant ses anticipations en matière de taux EURUSD ou d’évolution de l’immobilier aux Etats-Unis, sur un investissement équivalent à 100.000 Euros, sur 10 mois, un opérateur a pu gagner au minimum environ 15.000$ (devises), ou 10.000$ (sur l’immobilier US). Preuve qu’analyse stratégique et décisions individuelles de court terme peuvent se rejoindre utilement dans l’anticipation.

2. Source : « Mortgages delinquencies : a rising threat » AP/Yahoo, 11/12/2006

3. Sources Banque des Règlements Internationaux, GEAB N°2

4. Une baisse de plus de 10% du Dollar US face aux principales monnaies de ses partenaires commerciaux correspond à une diminution de plus de 850 milliards US$ de la valeur relative de la dette des Etats-Unis (source : US National Debt Clock), alors que le déficit commercial américain est estimé pour 2006 autour de 750 milliards US$ et le déficit de la balance des paiements à plus de 900 milliards US$ (source : Roubini Global Economics Service). Grâce à la baisse du Dollar, le gouvernement américain fait donc supporter de manière croissante à ses principaux créanciers et partenaires commerciaux le poids de ses déficits.

5.“Avec la décision de supprimer la publication de M3 et de divers indicateurs permettant de mesurer l’évolution des avoirs en Dollars dans le monde, le choix des autorités américaines s’est donc porté sur une politique de « monétarisation cachée » de la dette américaine. L’incapacité de l’administration de G.W. Bush à maîtriser les différents déficits (budgétaires, commerciaux) et l’endettement connexe, va donc se traduire par une création monétaire de proportion inégalée, conduisant à une dilution de la dette américaine dans un océan de Dollars. Ce processus est en fait déjà entamé puisqu’au cours des trois premiers mois et demi de l’année fiscale américaine (qui commence en Octobre), la Réserve Fédérale US a augmenté de 320 Milliards de Dollars le stock de monnaie disponible, soit 5 fois plus que sur la même période de l’année précédente. », source GEAB N°2, 15/02/2006.

6. Comme l’a déjà annoncé HSBC, troisième banque mondiale. Source : Banknet360, 06/12/2006

7. Source : « Time to Reform Fanny Mae and Freddy Mac », Heritage Foundation, 20/05/2006

8. Source : “Fanny notes more accounting problems”, 10/11/2005, MarketWatch/DowJones

9. Source : « Financial Markets and the Federal Reserve », Governor Kevin M. Warsh, Federal Reserve, 21/11/2006

Newropeans Magazine

© Copyright Europe 2020



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]