Selon un rapport des Nations-Unies, d’ici fin 2019, le bilan des morts au Yémen surpassera les 230 000

Une étude révèle que plus de Yéménites meurent des effets secondaires de la guerre que des combats.

 

De nouvelles statistiques émanant de l’ONU – selon lesquelles la guerre au Yémen a tué bien plus de personnes qu’il n’a été rapporté antérieurement – établissent à 102 000 le nombre de vies qui auront été fauchées par les combats à la fin de 2019.

Un rapport commandé par l’ONU à l’Université de Denver révèle par ailleurs que davantage de Yéménites sont morts de faim, de maladie et du fait de la pénurie de cliniques médicales ou autres infrastructures que de la guerre elle-même. Intitulé Assessing the impact of War on Development in Yemen (Étude d’impact de la guerre sur le développement au Yémen), ce rapport de 68 pages évalue à environ 131 000 le nombre de décès provoqués par des effets secondaires du conflit entre 2015 et la fin de 2019. Le bilan combiné des morts dues et aux combats et à la maladie est de 233 000, soit 0,8% de la population du Yémen, qui s’élève à 30 millions. Selon les mêmes chercheurs, ces cinq années de conflit auront coûté 89 milliards de dollars à l’économie du pays.

« Cela dépasse les prévisions, a déclaré Jonathan Moyer, professeur assistant et auteur principal du Rapport, à la revue en ligne Middle East Eye. Ce conflit compte parmi ceux qui ont eu le plus sérieux impact à l’interne depuis la fin de la Guerre froide. Il se compare aux guerres en Irak, en Sierra Leone, au Libéria et en République démocratique du Congo, dont la durée d’impact sur le développement équivaut à une génération. »

D’après le professeur Moyer, la grande majorité des victimes du conflit au Yémen sont des enfants de moins de cinq ans. La guerre elle-même, mais aussi ses effets secondaires, tuent un enfant toutes les onze minutes et cinquante-quatre secondes, affirme le Rapport.

Le professeur Moyer conclut : « Davantage peut être fait pour arrêter ce conflit ; davantage devrait être fait. »

L’équipe du professeur Moyer s’est également livrée à une projection, calculant les pertes yéménites en cas de prolongation de la guerre jusqu’en 2030. Si les combats se poursuivaient jusque-là, le bilan des décès atteindrait 1,8 millions, l’économie aurait perdu 657 milliards de dollars, 84% des Yéménites seraient malnutris et 71% d’entre eux vivraient dans des conditions d’extrême pauvreté, prédisent les chercheurs.

Stéphane Dujarric, porte-parole de l’ONU, souligne que le conflit en cours au Yémen y a déjà retardé de 21 ans le développement humain. « Le Rapport, avertit-il, met en garde contre l’accroissement exponentiel de l’impact de ce conflit sur le développement humain. Il prévoit que, si la guerre se termine en 2022, les gains en développement enregistreront un recul de 26 années, soit presque une génération ».

L’Arabie Saoudite dirige une coalition militaire soutenue par l’Occident, qui est intervenue au Yémen en 2015 afin de restaurer le gouvernement du président Abd Rabbuh Mansour Hadi, chassé du pouvoir dans la capitale, Sanaa, par les rebelles houthis en 2014.

À la faveur de pourparlers tenus à Stockholm en décembre dernier sous l’égide de l’ONU, les parties engagées dans ce conflit sont parvenues à s’entendre sur un cessez-le-feu et un retrait des troupes de la ville portuaire d’Hodeïda, au bord de la Mer rouge, ville jouant un rôle vital dans l’approvisionnement en nourriture, en carburant, en médicaments et autres formes d’aide auprès de millions de Yéménites.

La trêve a généralement tenu bon, mais le redéploiement des soldats s’est interrompu, chaque partie accusant l’autre d’avoir fait dérailler l’accord, première percée importante dans les efforts de paix de plus de quatre années consacrées à la recherche d’une solution politique élargie.

Le conflit, qui a conduit la nation la plus pauvre de la péninsule arabique au bord de la famine, est largement vu comme une guerre par procuration entre l’Arabie Saoudite et l’Iran – alors que les Houthis nient recevoir le soutien de Téhéran.

« Le degré de souffrance infligée aux enfants du Yémen est dévastateur, clame le Rapport. La communauté internationale doit se rassembler afin d’assurer une solution pacifique à ce conflit et de promouvoir une voie vers la reconstruction. »

James Reinl

 

 

Texte original en anglais : Yemen death toll to surpass 230,000 by end of 2019: UN reports,Middle East Eye, le 26 avril 2019.

Adaptation française : Geneviève Manceaux, écrivain; révision : Échec à la guerre, Montréal, Québec, Canada.



Articles Par : James Reinl

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]