Print

Selon une enquête des CDC, 55 % des bébés et des jeunes enfants ont eu une “réaction systémique” après avoir reçu le vaccin COVID.
Par Margaret Menge
Mondialisation.ca, 15 septembre 2022
childrenshealthdefense.org 7 septembre 2022
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/selon-une-enquete-des-cdc-55-des-bebes-et-des-jeunes-enfants-ont-eu-une-reaction-systemique-apres-avoir-recu-le-vaccin-covid/5671194

Plus de 55 % des enfants âgés de 6 mois à 2 ans ont eu une “réaction systémique” après leur première dose des vaccins Pfizer-BioNTech ou ModernaCOVID-19, selon des données publiées le 1er septembre par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

De plus, près de 60 % d’entre eux ont eu une réaction à la deuxième dose du vaccin Moderna, selon l’enquête des CDC portant sur plus de 13 000 enfants.

Une réaction systémique est une réponse qui va au-delà du site d’injection.

Si les réactions systémiques les plus courantes étaient la fatigue, la fièvre, l’irritabilité et les pleurs, les parents de plus de 6 % des enfants participant à l’étude ont déclaré que leur enfant était incapable d’effectuer des activités normales après la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna.

Les CDC ont recueilli les données par le biais d’un programme appelé V-Safe – un système de surveillance qui fonctionne grâce à une application que les parents téléchargent sur leur téléphone.

Entre le 18 juin et le 21 août, les parents de plus de 10 000 jeunes enfants ont signalé des réactions aux CDC par le biais de V-Safe dans les sept jours suivant la vaccination COVID-19 de leur enfant.

Les parents de 8 338 enfants âgés de 6 mois à 2 ans qui ont reçu le vaccin Moderna ont communiqué des informations par le biais de V-Safe. 55,7 % d’entre eux ont signalé une réaction systémique après la première dose et environ 58 % après la deuxième dose.

Pour le vaccin Pfizer, les parents de 4 749 enfants âgés de 6 mois à 2 ans ont soumis des rapports montrant que 55,8 % d’entre eux ont eu une réaction systémique après la première dose et environ 47 % après la deuxième dose du vaccin.

moderna pfizer omicron bébés jeunes enfants
Crédit : Centers for Disease Control and Prevention

Les réactions les plus fréquemment rapportées chez les enfants de 6 mois à 2 ans étaient l’irritabilité ou les pleurs, la somnolence et la fièvre. Les réactions les plus fréquentes chez les enfants âgés de 3 à 5 ans étaient la douleur au point d’injection, la fatigue et la fièvre.

moderna pfizer omicron jeunes enfants 2
Crédit : Centers for Disease Control and Prevention

Effets sur la santé

Les données ont également révélé une catégorie de réaction plus grave, intitulée “tout impact sur la santé”.

Environ 10% de tous les enfants âgés de 6 mois à 2 ans ont été signalés commeayant un “impact sur la santé” après avoir reçu leur première dose du vaccin Moderna ou Pfizer.

Pour le vaccin Moderna, un peu plus d’enfants ont eu un impact sur la santé après la deuxième dose ; pour le vaccin Pfizer, c’est un peu moins.

Ces informations ont été présentées au Comité consultatif sur les pratiques de vaccination des CDC le 1er septembre dans le cadre d’un aperçu de toutes les données relatives à la sécurité des vaccins COVID-19.

En plus de V-Safe, des données ont été présentées, résumant les rapports du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) et du Vaccine Safety Data Link(VSD), qui comprend les données de plusieurs grandes organisations de maintien de la santé aux États-Unis.

Ces trois systèmes examinent la sécurité des vaccins après leur mise sur le marché et leur administration à un grand nombre de personnes.

Tom Shimabukuro, le chef de l’équipe de sécurité des vaccins du CDC, a dirigé la présentation et a déclaré aux membres du comité qu’aucun “signal statistique” de réactions au vaccin COVID-19 n’a été trouvé pour les jeunes enfants dans les données VSD.

M. Shimabukuro a également déclaré que des réactions systémiques étaient “couramment signalées” après l’administration de vaccins.

Toutefois, d’autres professionnels de la santé, comme le Dr Meryl Nass de Children’s Health Defense, ont exprimé leur prudence à l’égard des réactions signalées, soulignant le nombre élevé de rapports de réactions systémiques chez les très jeunes enfants.

Elle a déclaré à The Epoch Times le 2 septembre qu’elle se demandait pourquoi le gouvernement ne recueillait pas et ne présentait pas davantage d’informations sur ces cas.

“Le CDC ne considère pas ces éléments comme très importants… On suppose que tous ces effets secondaires disparaissent au bout de quelques jours et que les gens se portent parfaitement bien”, a-t-elle déclaré, en mentionnant les fièvres et la fatigue.

“Ces réactions peuvent, en fait, être des signes avant-coureurs de réactions plus graves, mais personne, à ma connaissance, n’a publié quoi que ce soit pour savoir si ces réactions aiguës locales ou systémiques sont des indicateurs d’un problème ultérieur.”

La FDA a approuvé le 17 juin l’autorisation d’utilisation en urgence des vaccins COVID-19 pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans.

Selon les CDC, environ 599 460 enfants de ce groupe d’âge ont reçu le vaccin Pfizer-BioNTech, et environ 440 770 ont reçu le vaccin Moderna.

Du 18 juin au 31 août, environ 1 million de doses des vaccins Moderna et Pfizer ont été administrées à des enfants de cette tranche d’âge.

En examinant les données du VAERS sur les jeunes enfants entre le 18 juin et le 31 août, le CDC a reçu 496 rapports d’événements indésirables pour des enfants âgés de 6 mois à 4 ans ayant reçu le vaccin Pfizer et 521 pour des enfants âgés de 6 mois à 5 ans ayant reçu le vaccin Moderna, un événement indésirable étant défini comme un effet secondaire possible.

Plus de 98 % des rapports concernaient ce que le CDC considère comme des événements sans gravité.

Il y a 220 rapports indiquant que des personnes âgées de 5 mois à 5 ans ont été amenées aux urgences après avoir été vaccinées avec le COVID-19.

Dans un cas impliquant un garçon de 2 ans en Arizona, le rapport VAERS indique qu’il a reçu le vaccin Pfizer le 29 juillet et que le 30 juillet, il a eu un “épisode mettant sa vie en danger”.

Le rapport énumère ses symptômes comme étant “une peau moite et des vomissements (durant 8 minutes) conduisant à des difficultés respiratoires”. Le garçon est devenu bleu, il était mou, ne réagissait plus et a cessé de respirer pendant deux minutes, selon le rapport.

Il a été réanimé après des compressions thoraciques.

Margaret Menge

 

 

Reproduit avec la permission de The Epoch Times.

Margaret Menge est une journaliste indépendante qui a écrit pour la Columbia Journalism Review, le New York Observer, le Miami Herald et The American Conservative, entre autres publications.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.