Print

Si c’est bon pour les souris, c’est assez bon pour les gens, non ?
Par Children's Health Defense
Mondialisation.ca, 06 septembre 2022
The Defender 26 août 2022
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/si-cest-bon-pour-les-souris-cest-assez-bon-pour-les-gens-non/5670994

L’audace de Pfizer – sans doute la société la plus criminelle de l’histoire – a demandé à la Food and Drug Administration (FDA) américaine de donner le feu vert à son nouveau vaccin bivalent contre la COVID-19 qui cible les sous-variants Omicron BA.4 et BA.5 pour les personnes âgées de 12 ans et plus « afin d’aider le pays à se préparer à d’éventuelles poussées du coronavirus en automne et en hiver », a déclaré Albert Bourla, PDG de Pfizer, a déclaré dans un communiqué.

Les bonnes intentions de M. Bourla sont malheureusement contrecarrées par la réglementation de la FDA, qui exige qu’une demande d’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau médicament [Investigational New Drug (IND)] soit soumise et approuvée avant qu’un médicament puisse être testé sur des humains.

Heureusement, la FDA peut contourner les inconvénients de ses propres processus réglementaires en se donnant la possibilité « d’autoriser l’utilisation d’un médicament expérimental dans une situation d’urgence qui ne laisse pas le temps de soumettre une IND conformément à 21CFR, Sec. 312.23 ou Sec. 312.20 ».

La section 312.20 du Code of Federal Regulations précise qu’une investigation clinique ne peut pas commencer avant qu’une demande de IND ait été soumise et approuvée. Néanmoins, Pfizer a soumis lundi un IND pour sa nouvelle formulation.

Maintenant que la FDA et Pfizer ont croisé leurs T et pointé leurs Is pour s’assurer que toutes les règles sont respectées, comment savoir si ces produits sont sûrs et efficaces ?

C’est là que les rongeurs entrent en jeu – les produits semblent fonctionner sur les souris.

Comme le rapporte NPR, « pour la première fois, la FDA prévoit de fonder sa décision d’autoriser ou non de nouveaux boosters sur des études impliquant des souris plutôt que des humains ».

Oui, c’est un geste sans précédent de la part de la FDA, mais le Dr. Ofer Levyprofesseur de pédiatrie à Harvard et conseiller de la FDA, affirme que le pays a acquis suffisamment d’expérience avec les vaccins à ce stade pour être sûr que les injections sont sûres et qu’il n’y a pas assez de temps pour attendre les données des études humaines.

Il a raison. Au 19 août, il n’y avait encore que 30 479 décès non enquêtés signalés dans le VAERS après l’administration des vaccins.

De toute façon, pourquoi la FDA devrait-elle se préoccuper de choses telles que les études humaines ?

Cette manœuvre de la FDA pourrait enfin libérer l’agence de sa responsabilité trop restrictive pour qu’elle puisse remplir sa propre mission et devenir plus agile dans la mise sur le marché des produits.

Pour ne pas être en reste, Moderna a également demandé à la FDA d’autoriser son vaccin bivalent pour les êtres humains de plus de 17 ans.

Comme le vaccin de Pfizer, le vaccin de Moderna codera également, pour faire bonne mesure, la protéine de pointe de la souche ancestrale originale du SRAS-CoV-2, qui, à toutes fins utiles, n’existe plus sur notre planète.

Meryl Nass, M.D., l’a résumé de la façon suivante :

« Pas d’essais cliniques. (Vous devez obtenir une IND avant de pouvoir commencer à tester le vaccin chez l’homme. Pfizer a fait une demande il y a 4 jours). »

Ne prenant aucun risque, la FDA ne convoquera pas le comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes (tout comme la première fois où la FDA a autorisé les rappels) et l’a annoncé aujourd’hui pour voir l’opposition qu’elle rencontrera.

Peut-on se dispenser de prétendre que tout cela concerne la santé ?

Aucune personne saine d’esprit ne vaccine l’ensemble du pays avec un vaccin expérimental sans essais, d’autant plus que l’ensemble du pays bénéficie déjà d’une certaine immunité, que la virulence est faible et que les données probantes indiquent une augmentation de la mortalité toutes causes confondues avec un nombre croissant de doses de vaccin.

Que contient le vaccin qu’ils veulent absolument nous injecter ?

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.