Snowden dénonce l’utilisation des données du Shin Bet

Edouard Snowden, le célèbre lanceur d’alerte, celui qui a dénoncé le contrôle de la NSA sur nos communications et déplacements, réfugié en Russie et inculpé en 2013 par le gouvernement américain, sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux, a pris la parole pour dénoncer la mise en service des applications de géolocalisation pour traquer les contaminés et les non contaminés au Covid-19.

Edward Snowden, déclare dans un entretien au média israélien Yediot Aharonot que «ce que fait Netanyahou en utilisant les bases de données du Shin Bet est plus dangereux que le Covid-19», car «l’idée que Netanyahou ou que n’importe quel gouvernement puisse actionner un interrupteur pour localiser les personnes infectées par le coronavirus est intolérable».

«L’humanité n’a jamais fait face à une telle capacité technologique pour la surveillance comme elle le fait aujourd’hui et nous sommes en train d’assister passivement à la construction de l’architecture d’oppression», continue Snowden. «Il est très surprenant que le public israélien ne comprenne pas à quel point que des données comme celles-là,  qui puissent se retrouver entre les mains du Shin Bet, soient dangereuses. Certes, Israël est un pays en guerre, mais il faut se rappeler qu’une grande partie de la population israélienne est en Israël à la suite d’une tragédie, une atrocité intentionnelle qui a été alimentée par l’abus de documents publics détenus par les nazis en Allemagne», s’interroge le lanceur d’alerte.

«Dans toute crise, que ce soit le terrorisme, la guerre ou une question de santé, les gouvernements cherchent une justification pour s’autonomiser et étendre leurs pouvoirs. Et donc le gouvernement Netanyahou n’attend même pas d’avoir l’approbation du Parlement, mais déclare simplement qu’il est déjà en cours de mise en œuvre», souligne Snowden et affirme que «la crise du Covid-19 a été aggravée par les défaillances des systèmes de santé de divers pays».

Selon lui, il est déjà clair que l’épidémie «a été affrontée trop tard et de manière très imparfaite. C’est pourquoi les autorités préfèrent utiliser des méthodes comme celle-ci et les justifier par leur ‘’efficacité’’. Mais le prétexte d’efficacité était au centre de la croissance des pires régimes du siècle dernier».

Le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) écrit sur son site internet: «Le Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) a confirmé au Jerusalem Post qu’il avait commencé la surveillance des citoyens infectés par le coronavirus».

Les dirigeants du Parti Bleus Blancs Benny Gantz et Gabi Ashkenazi ont qualifié cette décision de «manquer de transparence» et d’être un «vol politique». La députée travailliste-Meretz Merav Michaeli a critiqué plus fortement la décision, qui, selon elle, a été faite pour servir Benjamin Netanyahou et non pour servir la lutte contre le Covid-19: «Les citoyens d’Israël ne sont pas des terroristes»; «rien ne justifie de telles mesures extrêmes et dangereuses».

Benjamin Netanyahou, faisant référence à l’Italie et à d’autres pays, soutient la mise en place rapide de l’application pour contrôler rapidement toute la population «parce que la pandémie se propage à un rythme incroyablement rapide» et que «le report de l’utilisation de ces outils pourrait provoquer la mort d’un très grand nombre d’Israéliens». Le Premier ministre a donc publié une déclaration défendant la décision de son gouvernement d’autoriser la surveillance du Shin Bet des citoyens concernant le Covid-19.

Il est à noter que le député français Meyer Abib, actuellement confiné en Israël soutient dans un Tweet le dépistage massif et le contrôle par la géolocatisation: «Urgence! Faire un dépistage massif et contrôler par géolocalisation les porteurs du Covid-19».

Le fait que le monde occidental dans sa totalité mette en place le contrôle numérique des êtres humains a poussé  l’ex-consultant de l’Agence américaine de sécurité (NSA) Edward Snowden à demander la prolongation d’un permis de séjour pour une nouvelle période de trois ans en Russie. Selon son avocat russe Anatoli Koutcherena, la question de l’obtention de la nationalité russe n’a pas été discutée pour le moment.

Olivier Renault



Articles Par : Olivier Renault

A propos :

Olivier Renault, journaliste. Il travaillé, entre autres, pour RUE89, Die Junge Freiheit, des sociétés de production à Berlin et Hambourg pour la télévision allemande...

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]