Sous le “bouclier”, des missiles nucléaires USA en Europe

L’art de la guerre

Le site de missiles OTAN de Deveselu en Roumanie, qui fait partie du système étasunien Aegis de “défense de missiles”, a terminé “la mise à jour” commencée en avril dernier. C’est l’OTAN qui le communique, en assurant que celui-ci “n’a conféré aucune capacité offensive au système”, lequel “demeure purement défensif, centré sur de potentielles menaces provenant de l’extérieur de l’aire euro-atlantique”. 

Le site de Deveselu est doté (selon la description officielle) de 24 missiles, installés dans des lanceurs verticaux souterrains, pour l’interception de missiles balistiques à courte et moyenne portée. Un autre site, qui entrera en fonction en 2020 dans la base polonaise de Redzikowo, sera lui aussi doté de ce système. Des lanceurs du même type sont à bord des quatre navires de la US Navy qui, déployés dans la base espagnole de Rota, croisent en Méditerranée, Mer Noire et Mer Baltique. Le déploiement même des lanceurs montre que le système est dirigé non pas contre la “menace iranienne” (comme déclarent les USA et l’OTAN), mais principalement contre la Russie. 


Que le soi-disant “bouclier” ne soit pas “purement défensif”, est expliqué par l’industrie guerrière même qui l’a réalisé, Lockheed Martin. Celle-ci documente que le système est “projeté pour installer n’importe quel missile dans n’importe quelle rampe de lancement”, donc adapté à “n’importe quelle mission de guerre”, y compris “l’attaque contre des objectifs terrestres”. Lockheed Martin précise que les rampes de lancement de plus grandes dimensions peuvent lancer “les plus grands missiles comme ceux de défense contre les missiles balistiques et ceux pour l’attaque à longue portée”. Elle admet donc, en substance, que les installations en Roumanie et Pologne et les quatre navires du système Aegis peuvent être armés non seulement de missiles anti-missiles, mais aussi de missiles de croisière Tomahawk à tête nucléaire capables de frapper des objectifs à des milliers de km de distance.

Comme documente le Service de recherche du Congrès (24 juillet 2019), les quatre navires USA qui “opèrent en eaux européennes pour défendre l’Europe de potentielles attaques de missiles balistiques”, font partie d’une flotte de 38 navires Aegis qui en 2024 vont monter à 59. 

Dans l’année fiscale 2020 sont attribués 1,8 milliards de dollars pour la potentialisation de ce système, sites en Roumanie et Pologne compris. D’autres installations terrestres et navires du système Aegis seront déployés non seulement en Europe contre la Russie mais aussi en Asie et dans le Pacifique contre la Chine. Selon les plans, le Japon installera sur son propre territoire deux sites de missiles fournis par les USA ; la Corée du Sud et l’Australie achèteront aux USA des navires du même système. 

De plus, dans les trois mois où les équipements de Deveselu ont été amenés aux USA pour être “mis à jour”, a été déployée dans le site en Roumanie une batterie de missiles mobile Thaad de l’Armée USA, en capacité d’”abattre un missile balistique dans comme hors de l’atmosphère”, mais aussi en capacité de lancer des missiles nucléaires à longue portée.  

Le système Aegis étant remis en fonction -communique l’OTAN- la Thaad a été “redéployée”. Elle ne spécifie pas où. Mais on sait que l’armée USA a déplacé des batteries de missiles de ce type d’Israël à l’île de Guam dans le Pacifique. 

À la lumière de ces faits, au moment où les USA déchirent le Traité FNI pour installer des missiles nucléaires à moyenne portée au bord de la Russie et de la Chine, on ne s’étonnera pas de l’annonce -faite à Moscou par le sénateur Viktor Bondarev, chef de la Commission Défense- que la Russie ait basé en Crimée des bombardiers d’attaque nucléaire Tu-22M3.

Mais quasiment personne ne s’en préoccupe étant donné que, en Italie et dans l’Ue, tout cela est caché par l’appareil politico-médiatique. 

Manlio Dinucci

 

 

Article original en italien :

Sotto lo «scudo» missili nucleari Usa in Europa

Édition de mardi 20 août 2019 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/sotto-lo-scudo-missili-nucleari-usa-in-europa/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste, ex-directeur exécutif pour l'Italie de l'International Physicians for the prevention of Nuclear War, association qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1985. Porte-parole du Comitato no Guerra no Nato (Italie) et chercheur associé de Global Research (Canada). Prix international de journalisme 2019 pour Analyse géostratégique du Club de Periodistas de México.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]