Sri Lanka : Des centaines de morts dans l’assaut final lancé par l’armée

Région :

L’armée sri lankaise a lancé une offensive pour capturer la petite bande de terre restant entre les mains du LTTE (Tigres de libération de l’Eelam tamoul) dans le nord du pays. Les organismes d’aide ont dit redouter une catastrophe humanitaire du fait que les combats englobent quelque 100 000 civils toujours pris au piège dans la zone déclarée « sécurisée » par le gouvernement.

Le gouvernement a rejeté des appels des Nations  unies, des grandes puissances et des organisations internationales pour un arrêt des combats et a cyniquement qualifié son offensive de « plus grande opération de sauvetage » visant à libérer des civils. En fait, ce qui est en train de se produire est un crime de guerre qui a déjà coûté la vie à des centaines de civils durant seulement ces deux derniers jours.

La propagande gouvernementale a montré de longues colonnes de civils fuyant le territoire contrôlé par le LTTE après que l’armée a fait une brèche dans les barrières terrestres défensives du LTTE. L’armée déclare avoir « libéré » plus de 62 000 civils durant ces deux derniers jours et a diffusé une vidéo sur les chaînes télévisées de Colombo. Le président  Mahinda Rajapakse a dit que l’exode représentait « un vote massif pour la liberté au même titre que la chute du mur de Berlin en novembre 1989. »

Il est impossible de confirmer les chiffres étant donné que le gouvernement a interdit tout reportage indépendant et la plupart des organismes d’aide de la zone de guerre. La porte-parole du Comité international de la Croix Rouge (CICR), Sarasi Wijeratne a dit aux agences de presse que les chiffres de son organisation sont beaucoup moins importants et font état de 11 000 personnes ayant traversé les lignes de combat lundi et de 5000 mardi.

Le gouvernement a de bonnes raisons d’exagérer l’étendue de l’exode pour détourner la critique internationale de ses actions et maintenir le reste des travailleurs de l’île dans l’ignorance en ce qui concerne ses crimes. Rajapakse accuse le LTTE d’utiliser la population civile comme « boucliers humains », mais a ordonné à l’armée d’entrer dans la zone sécurisée pour accomplir « la victoire totale, » témoignant d’une indifférence cynique à l’égard des civils pris au piège.

Tandis que les organismes d’aide ont effectivement fait état de cas où le LTTE a empêché des civils de quitter son territoire, la raison principale de la fuite de civils se trouve dans les conditions abominables régnant dans la zone sécurisée. L’armée a bloqué tout approvisionnement d’aide, laissant des dizaines de milliers de civils sans nourriture, sans abri et sans médicaments adéquats. La tactique consistant à créer la panique, l’armée a, de façon répétée et sans discrimination, lancé des salves d’artillerie dans cette région.

Le directeur des opérations du CICR, Pierre Krähenbühl a décrit hier la situation actuelle comme « rien moins que catastrophique ». Il a poursuivi : « Essentiellement, aucun des besoins basiques des civils ne sont satisfaits en ce moment, et la crainte d’épidémies, de malnutrition et d’augmentation des morts du fait du manque de soins, s’accroît chaque jour…

« Nous estimons qu’il y a facilement plus de 1000 personnes blessées nécessitant des soins urgents et une évacuation de la zone de combat. Nous craignons beaucoup que cette offensive finale dans cette zone, par les forces gouvernementales, contre les combattants du LTTE ne conduise à une augmentation dramatique supplémentaire du nombre des victimes civiles. »

Le CICR a fait remarquer que la situation s’est aggravée depuis lundi, où l’armée a capturé le village de Putumattalan qui était utilisé pour faire parvenir un approvisionnement limité de nourriture et de médicaments. L’hôpital de fortune du village a été fermé. « Il n’y a aucun soin médical dispensé. Nous lançons un appel aux deux côtés pour qu’ils protègent les civils, et ceci ne s’est pas encore produit à ce jour, » a dit le porte-parole du CICR Simon Schorno.

Le nombre de morts parmi les civils est en train de s’accélérer. Les Nations unies estiment qu’au moins 4500 personnes ont été tuées et 12 000 blessées depuis le début de l’année. Le mois dernier, l’association humanitaire américaine Human Rights Watch a fait état d’au moins 2700 civils tués cette année dans la zone sécurisée cette année. Selon le LTTE plus de 1000 personnes ont été tuées et 2300 blessées dans les bombardements de ces deux derniers jours. Le porte-parole du LTTE Thileepanm qui s’est entretenu avec la BBC par téléphone tandis qu’on entendait des bruits d’explosions a dit que l’armée avait touché un hôpital, un orphelinat et de nombreuses maisons, forçant les gens à se réfugier sous des bûches et dans des bunkers de fortune.

Eesan  Ketheesan a dit à la radio australienne ABC hier qu’il venait juste de parler brièvement au téléphone avec son oncle qui se trouve dans la zone sécurisée. « Malheureusement il crie et il pleure et il y a eu beaucoup de gens tués ce jour-là. En fait où qu’ils aillent il y a des corps partout, et cette fois, il y a beaucoup d’enfants tués. »

Beaucoup de ceux qui fuient la zone sécurisée sont blessés. Médecins sans frontières (MSF) a décrit hier la situation chaotique régnant à l’hôpital Vavuniya où plus de 400 personnes ont été admises en l’espace de 36 heures seulement, soit le double de la semaine dernière. « Les bus arrivent encore et en fait ils déchargent parfois des corps sans vie parce que certains blessés sont morts en route », dit Karen Stewart de MSF.

Il y a probablement 85 pour cent des personnes auxquelles j’ai parlé qui ont été témoins de choses abominables, comme se trouver dans un bunker et soudain une bombe explose et la moitié des gens dans le bunker meurent. Une autre personne à qui j’ai parlé m’a raconté qu’elle était sortie chercher de l’eau et quand elle est revenue tout le monde dans le bunker où elle se trouvait était mort, » a expliqué Stewart.

Les témoignages d’inquiétude du gouvernement à l’égard des civils pris au piège sont démentis par le fait qu’il détient ceux qui ont fui la zone sécurisée. Loin d’être traités comme des réfugiés, ils sont traités en ennemis et envoyés dans des camps de prisonniers sordides entourés de fils barbelés et gardés par des militaires. D’après MSF, les centres de détention près de Vavuniya sont très fortement surpeuplées, « dans certains cas, une famille entière doit vivre dans un espace de la taille d’un sofa. »

Le président Rajapakse, des ministres du gouvernement et les médias de Colombo cherchent à attiser une atmosphère de jubilation sur la victoire imminente de l’armée. Il s’est rendu au quartier général de l’armée de l’air à Colombo pour regarder des vidéos montrant comment l’armée avait pénétré dans la zone sécurisée. « Le processus de totale défaite du LTTE a tout juste commencé, » a-t-il déclaré triomphalement. « A présent tout est fini pour les Tigres. »

Ayant fixé un ultimatum de 24 heures à partir de lundi midi pour que le LTTE se rende inconditionnellement, le gouvernement va de l’avant avec son massacre final. Rajapakse a repoussé d’un revers de main un appel de Gordon Brown, premier ministre britannique, de prolonger l’arrêt de deux jours dans les combats. Le premier ministre  Ratnasiri Wickremanayake, témoignant du mépris officiel pour le sort des civils, a tourné en dérision de tels appels internationaux les qualifiant de « grosse plaisanterie » ayant pour but de sauver le LTTE.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et les grandes puissances faisant pression pour « une pause humanitaire » n’agissent pas par souci des milliers de civils pris au piège. Pendant plus de deux ans, ces gouvernements ont tacitement soutenu le gouvernement Rajapakse tandis que l’armée sri lankaise violait ouvertement le cessez-le-feu, bombardait des civils et attaquaient les droits démocratiques de base. L’inquiétude principale de Washington est qu’un désastre humanitaire dans le nord du Sri Lanka déstabilisera l’île et l’Inde voisin, perturbant les intérêts économiques et stratégiques américains dans cette région.

Pour sa part, le LTTE continue à lancer des appels futiles à ces mêmes puissances impérialistes qui ont soutenu la « guerre contre le terrorisme » de Rajapakse et conduisent leurs propres guerres impérialistes en Afghanistan et en Irak. Une déclaration du LTTE faite lundi appelait le gouvernement sri lankais à tenir compte de « l’appel à un cessez-le-feu émanant des Etats-Unis et d’autres membres de la communauté internationale ».

La détermination du gouvernement de Rajapakse à poursuivre son assaut quand même est un avertissement significatif à la classe ouvrière sri lankaise. Une victoire militaire ne fera que renforcer les sections les plus réactionnaires de l’élite dirigeante de Colombo. Loin d’apporter la paix et la prospérité, la destruction de la capacité militaire du LTTE dressera le décor pour un nouvel assaut sur les travailleurs. En pleine crise économique qui va s’accroissant, le gouvernement n’hésitera pas à utiliser le vaste appareil répressif qu’il a construit pendant 25 ans afin de le diriger contre les travailleurs, les fermiers et les jeunes cherchant à défendre leur niveau de vie.

Article original en anglais WSWS paru le 22 avril 2009.



Articles Par : K. Ratnayake

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]