Suède: Rapport sur les armes dans le monde

Le SIPRI (STOCKHOLM INTERNATIONAL PEACE RESEARCH INSTITUTE) organisme suédois indépendant vient de publier son rapport annuel sur les armes dans le monde. 
 

Le SIPRI est reconnu dans le monde entier pour le sérieux de son travail et la validité des chiffres qu’il publie.

Le rapport annuel dont des extraits substantiels sont accessibles gratuitement sur le site du SIPRI (le document complet est en vente mais à un prix dépassant les capacités de COMAGUER !) dessine les grands traits de l’industrie et du commerce des armes dans le monde en 2006.

LES ETATS

Les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 3 ,5% par rapport à 2005 et de 37% depuis 1997, confirmant une tendance décennale à la hausse que les budgets annoncés pour 2008 aux Etats-Unis comme en France ne vont pas infléchir.

Les Etats-Unis sont toujours bons premiers de la classe avec 46 % des dépenses militaires mondiales. Le chiffre va encore gonfler en 2007 et 2008 puisqu’au budget spécifique de la Défense s’ajoute une centaine de milliards de $ supplémentaires au titre de la « guerre contre le terrorisme ».

La France est 3° juste derrière le Royaume Uni devant la Chine et le Japon

Pour la dépense par tête d’habitant elle se situe au 4° rang derrière les Etats-Unis imbattables, l’Arabie Saoudite (qui dépense plus que l’Inde pour sa défense) et le Royaume-Uni. Dans ce classement la Chine dépense aujourd’hui 23 fois moins que la France et 47 fois moins que les Etats-Unis.

LES FIRMES

Dans la liste des 20 premiers « marchands de canons » qui suit les firmes US tiennent évidemment le haut du pavé : 15 sur 20.

La France où l’industrie de l’armement occupe une place déterminante apparaît 3 fois et une quatrième fois indirectement via EADS . Dans ce classement elle occupe la deuxième place mondiale.

Les 20 premiers « marchands de canons »

(ventes 2006 en millions de dollars US)

1 Boeing (USA)       28 050

2 Northrop Grumman (USA)     27 590 

3 Lockheed Martin (USA)     26 460 

4 BAE Systems (UK)      23 230 

5 Raytheon (USA)       19 800 

6 General Dynamics (USA)     16 570

7 Finmeccanica (ltaly)        9 800 

8 EADS (Europe)         9 580 

9 L-3 Communications (USA)     8 970 

10 Thales (France)        8 940 

11 United Technologies Corp. (USA)   6 840 

12 SAIC (USA)         5 060 

13 DCN (France)        3 520 

14 Rolls Royce (UK)       3 470 

15 Computer Sciences Corp. (USA)   3 400 

16 ITT Industries (USA)      3 190 

17 General Electric (USA)     3 000 

18 Honeywell International (USA)   2 940 

19 Halliburton (USA)   2 720 

20 SAFRAN (Franco)      2 630 

21 Dassault Aviation Groupe (Franco) 2 210 

22 Mitsubishi Heavy Industries (Japan) 2 190 

23 Saab (Sweden)       2110 

24 Alliant Techsystems (USA)    2 060 

25 Harris (USA)       1 870

LES EXPORTATIONS

Si les Etats-Unis sont là encore en tête du classement ils ne sont pas en position dominante et sur la période 2002-2006 couverte par le rapport ils ne fournissent que 30% des exportations juste devant la Russie .L’Allemagne et la France sont au 3° et 4° rang pour un volume de l’ordre du 1/4 des deux premiers.

LES IMPORTATIONS

La Chine et l’Inde sont en tête, mais sont suivis par une série de pays petits ou tout petits qui dépensent beaucoup pour l’armement  tels que la Grèce, les Emirats Arabes Unis et bien entendu Israël qui pour une population égale à un 1/2000° de la population chinoise importe des armements pour une somme égale au ¼ des importations chinoises. Par tête d’habitant Israël achète 500 fois plus d’armement que la Chine sur le marché mondial.

ARMES NUCLEAIRES

Le nombre total des armes nucléaires opérationnelles – sans compter les réserves et les armes à démanteler ou en cours de démantèlement – s’élève à 11530. A eux deux les Etats-Unis et la Russie en possèdent 10659. La France, loin derrière est bon troisième avec 348 armes nucléaires en état de marche, deux fois plus que la Chine et le Royaume-Uni.

Le SIPRI n’accorde qu’une centaine d’armes nucléaires à Israël, chiffre inférieur à d’autres estimations mais dont l’Etat d’Israël niait de toute façon l’existence jusqu’à ce que EHUD OLMERT finisse par l’admettre en 2006. Un autre secret d’importance demeure pour le nucléaire israélien  qui est la réponse à la question suivante (formulée dans la langue de tout le monde) : « Y a-t-il un seul bouton rouge à Tel Aviv ou une double commande à Washington et à Tel-Aviv ? »

MATIERES FISSILES

Le SIPRI estime que les quantités aujourd’hui disponibles dans le monde d’uranium très enrichi – donc à usage militaire – soit 1700 tonnes et de plutonium : 500 tonnes permettraient de construire 100 000 armes nucléaires supplémentaires. Le véritable danger de prolifération est là, mais il est plus à la mode de fantasmer sur le nucléaire militaire iranien qui, selon l’AIEA, n’existe pas.



Articles Par : Comaguer

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]