Suicides de dirigeants bancaires, fraude et manipulation financière : Le conseiller de JPMorgan Chase, Tony Blair, n’y est pour rien

Région :

JPMorgan Chase est l’artisan inavoué de la fraude, de la corruption, ainsi que de la plus grande combine à la Ponzi de l’Histoire. Son but est de s’approprier la richesse en manipulant le marché:

« Le mois dernier, JPMorgan Chase a reconnu avoir facilité la plus grande combine à la Ponzi de l’histoire en fermant les yeux sur les agissements de Bernie Madoff, lequel a effrontément transformé son compte bancaire commercial chez JPMorgan Chase en une opération de blanchiment d’argent sans précédent qui aurait sonné l’alarme dans n’importe quelle autre banque.

Le département de la Justice des États-Unis a permis à JPMorgan de payer 1,7 milliard de dollars et de signer un accord de poursuite différée. Cela signifie qu’encore une fois, personne chez JPMorgan n’ira en prison. La grande question à laquelle personne ne peut ou ne va répondre est de savoir comment le personnel juridique, chargé de la conformité et de la lutte contre le blanchiment d’argent chez JPMorgan a pu ignorer pendant des années des centaines de transferts et des milliards de dollars faisant l’aller-retour entre les comptes de Madoff et de Norman Levy. Même une seule manœuvre du genre devrait déclencher une enquête. (Levy est maintenant décédé et le fiduciaire des victimes de Madoff a conclu une entente avec la succession.) » (Pam Martens, Russ Martens, JPMorgan Vice President’s Death Shines Light on Bank’s Close Ties to the CIA, WallStreetParade.com 12 février, 2014)

Afin de mettre en œuvre ses diverses opérations financières, JPMorgan Chase ne fait pas que contrôler des politiciens haut placés. La banque utilise aussi des politiciens retraités pour exercer des fonctions consultatives.

Après avoir quitté ses fonctions de premier ministre, Tony Blair a été nommé à un poste de conseiller principal chez JPMorgan Chase. Ses honoraires en tant que consultant à temps partiel ont été initialement fixés à un modeste 500 000 livres sterling par an (750 000 dollars). Ils ont ensuite grimpé à 2 millions de livres.

Tony Blair devait utiliser son réseau de copinage et de relations politiques en Grande-Bretagne et au Moyen-Orient pour servir les intérêts de JPMorgan Chase. Il a travaillé étroitement avec le PDG Jamie Dimon, lequel a récemment fait l’objet de controverse.

« Nous menons nos activités partout dans le monde, a déclaré Jamie Dimon, et Tony Blair va apporter à nos dirigeants et à nos clients une perspective mondiale unique, inestimable et d’une importance cruciale en cette période difficile. Notre entreprise bénéficiera grandement de ses connaissances et de son expérience (Communiqué de presse de JPMorgan, janvier 2008.)

Il est à noter qu’en 2003, après l’invasion de l’Irak et alors que Tony Blair était premier ministre, JP Morgan Chase a été désignée pour diriger la Banque commerciale d’Irak.

Bref, Tony Blair est un criminel de guerre qui entretient des liens avec un réseau bancaire frauduleux.

Décès mystérieux de quatre hauts dirigeants bancaires de Wall Street

Récemment, le 28 janvier, un vice-président de JP Morgan Chase au Royaume-Uni, Gabriel Magee, « a été retrouvé mort sur le toit du 9e étage de l’édifice de 33 étages où se situe le siège de la banque en Europe, dans la section Canary Wharf de Londres. »

Le 10 février, Ryan Henry Crane, 37 ans, un autre haut dirigeant chez JPMorgan Chase, est mort dans des circonstances mystérieuses. Crane était responsable des opérations programmées mondiales de JPMorgan.

La mort de Crane survient après « une vague de suicides » sur une période de 6 semaines, impliquant trois banquiers de renom, dont Gabriel Magee de JPMorgan, l’ancien économiste de la Réserve fédérale Mike Dueker et William Broeksmit, un ancien haut dirigeant de la Deutsche Bank, trouvé « pendu dans sa maison, une mort ayant également l’apparence d’un suicide ».  Selon les reportages, Broeksmit était lié au processus de manipulation des marchés des changes.

Michel Chossudovsky

 

Article original: Suicides of Bank Executives, Fraud, Financial Manipulation: JPMorgan Chase Advisor Tony Blair is Not Involved, publié le 14 février 2014.

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

Rendez-vous de Tony Blair : Texte du 28 janvier 2008, Press JP Morgan Chase Press Release (en anglais)

Appointment of Tony Blair: Text of January 2008 Press JP Morgan Chase Press Release

NEW YORK, January 10 [2008]/PRNewswire-FirstCall/ — JPMorgan Chase announced
today that it has appointed former British Prime Minister Tony Blair in a
senior advisory capacity to the firm, effective immediately. Mr. Blair will
also join the company’s International Council.

Mr. Blair will advise JPMorgan Chase’s CEO and senior management team
on a part-time basis – drawing on his immense international experience to
provide the firm with strategic advice and insight on global political
issues and emerging trends.

In addition, Mr. Blair will participate in select events and
conferences for the company including senior-level client events and will
provide briefings on political trends to the firm’s Board of Directors.

« We’re honored that Tony Blair has chosen to join JPMorgan Chase as a
senior advisor to our executive team and Board, » said Jamie Dimon, Chairman
and CEO. « We operate our business all over the world, and Tony Blair will
bring our leaders and clients a unique and invaluable global perspective
that is especially critical in turbulent times like these. Our firm will
benefit greatly from his knowledge and experience. »

Mr. Blair added, « It is a great opportunity to be able to contribute to
the work of JPMorgan Chase. They are a leading company at the cutting edge
of the global economy, with a footprint in virtually every part of the
world. I look forward to advising them on how they approach the huge
political and economic changes that globalisation brings. I am excited at
the prospect of joining Jamie Dimon, for whom I have a lot of respect, and
the whole team, adding my own experience to their work and helping them to
grow. »

JPMorgan Chase & Co. (NYSE: JPM) is a leading global financial services
firm with assets of $1.5 trillion and operations in more than 50 countries.
The firm is a leader in investment banking, financial services for
consumers, small business and commercial banking, financial transaction
processing, asset management, and private equity. A component of the Dow
Jones Industrial Average, JPMorgan Chase serves millions of consumers in
the United States and many of the world’s most prominent corporate,
institutional and government clients under its JPMorgan and Chase brands.
JPMorgan Chase is committed to investing in education, economic
opportunity, development and environmental programs that enable people and
communities to thrive. Information about the firm is available at

http://www.jpmorganchase.com.

 

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

 


Guerre et mondialisation


Mondialisation de la pauvreté.

 



Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal, Editor of Global Research.  He has taught as visiting professor in Western Europe, Southeast Asia, the Pacific and Latin America. He has served as economic adviser to governments of developing countries and has acted as a consultant for several international organizations. He is the author of eleven books including The Globalization of Poverty and The New World Order (2003), America’s “War on Terrorism” (2005), The Global Economic Crisis, The Great Depression of the Twenty-first Century (2009) (Editor), Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011), The Globalization of War, America's Long War against Humanity (2015). He is a contributor to the Encyclopaedia Britannica.  His writings have been published in more than twenty languages. In 2014, he was awarded the Gold Medal for Merit of the Republic of Serbia for his writings on NATO's war of aggression against Yugoslavia. He can be reached at [email protected]

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]