Surenchère sécuritaire en France – L’expulsion

Région :

En France, il ne se passe guère une journée sans qu’un membre du gouvernement ou le premier d’entre eux ne sombrent dans la surenchère sécuritaire. Après avoir annoncé que toute personne d’origine étrangère ayant assassiné un représentant des services de l’ordre serait déchue de sa nationalité, après avoir rasé près de 70 camps occupés par les Roms, ou «gens du voyage», après avoir menacé de représailles financières les maires ne respectant pas les obligations sécuritaires, voilà que l’on vient d’ordonner «l’expulsion», pour ne pas dire la déportation, de 700 Roms vers leurs pays d’origine, soit la Roumanie et la Bulgarie.

Cette énième mesure qui fait bondir même au sein de l’UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, intervient quelques jours après que le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU (CERD) eut épinglé la France. Dans un rapport préliminaire, le porte-parole du CERD soulignait avec justesse «qu’il y a une contradiction entre l’image exportée à l’étranger et la réalité sur le terrain. Il est temps que vous fassiez vivre les rêves d’égalité et de fraternité».

À peine l’avis d’expulsion divulgué, bien des tensions s’immisçaient dans les relations que la France entretient avec la Roumanie et la Bulgarie. D’autant plus que le secrétaire d’État aux Affaires étrangères est allé jusqu’à évoquer la mise au rencart, pendant un certain temps, de l’intégration de ces nations au sein de l’espace Schengen. Et dire que 20 % seulement des communes françaises, et non roumaines ou bulgares, observent les règles afférentes à l’usage par les Roms des aires de stationnement.

Cela rappelé, ce recours à la politique du muscle peine à cacher la ferme volonté de Sarkozy de séduire l’électorat du Front national (FN) en vue de la présidentielle de 2012. Paradoxe des paradoxes, les premiers sondages effectués permettent d’avancer que c’est peine perdue. Mais encore? En stigmatisant les uns, en prenant les autres pour des boucs émissaires, Sarkozy légitime l’idéologie du FN qui en tire, pour l’instant du moins, le profit suivant: une augmentation des intentions de vote, Marine Le Pen faisant moins peur que son père.

Ce recours peine à cacher également le désir du chef de l’État de gommer l’affaire Bettencourt-Woerth de la une des journaux. Depuis le début de son offensive contre ces autres qui ne sont pas comme nous, les suites de l’affaire passent trop inaperçues. Ainsi en est-il des fausses déclarations, autre découverte du journal en ligne Médiapart, du ministre Éric Woerth dans le cadre d’une demande de prêt bancaire pour financer sa campagne électorale. Bref, le sursaut tout en muscles de Sarkozy est aussi un paravent à l’histoire Bettencourt, la généreuse pourvoyeuse de fonds de l’UMP.

Le pire, et Sarkozy le sait fort bien, c’est que cette escalade contre les immigrants, les Roms et autres «déviants» est une contradiction de la trilogie républicaine — liberté, égalité, fraternité —, ainsi que de l’article 1 de la Constitution, qui «assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion». Point.



Articles Par : Serge Truffaut

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]