Syrie / Irak : Quoi d’autre après l’élimination des Assyriens ?

Le 10 mai 2014, j’écrivais à un ami ce texte que je ne renierai pas aujourd’hui, sauf que depuis, les évènements sont venus prouver que tous les pays des Bilad al-Cham et de Mésopotamie courent un même danger et sont logés sous la même enseigne sanglante. Ce n’est qu’une question de temps, chaque scénario macabre avorté étant suivi d’un nouveau scénario encore plus dramatique.

Ce texte, le voici :

« Merci encore pour votre soutien face à la terrible injustice qui frappe les Syriens, leur État, leur Armée, leurs infrastructures, et surtout leur Civilisation. Comme vous le savez, à Homs, à Alep, et partout en Syrie, il n’y a pas que le vivant qui souffre. Voici un court témoignage, venu d’Alep. Il en dit long sur la tragédie syrienne :

« Le malheur veut qu’ils savent parfaitement que notre ville résume l’Histoire du monde. Chez nous, à Alep, les pierres respirent, racontent, et vivent… Nous avons beau tenter de nous persuader du contraire, nous les pleurons autant que nos disparus ». [Farés Chehabi, le 8 Mai 2014] [1].

Témoignage qui m’amène à un article concernant Abu Dhabi, une région où je m’étais rendue il y a quelques années. J’en étais revenue troublée par le décalage entre le foisonnement d’une extravagance moderne, occidentale, luxueuse jusqu’à l’outrance, et la colère qui transpirait tous les soirs à la télé nationale, en langue arabe, contre tout ce qui touchait de près ou de loin à ce même Occident.

Cet article, en voici des extraits, je les retranscris pour vous. Ils traduiront mieux ma pensée :

Dossier intercalé : « LE LOUVRE ABU DHABI » / Le FIGARO MAGAZINE du 25 avril 2014 :

 Extrait page VI : « Ce musée né de la péninsule arabique tournée vers un monde globalisé en perpétuelle évolution, vise à souligner les similitudes de cette vie humaine qui nous est commune, en transcendant les différences nationales, géographiques, naturelles et historiques ».

Extrait page VII : « Les Émirats ne sont pas bridés dans leur politique d’acquisition. Ils ont voulu rassembler une collection qui raconte le cheminement de l’histoire de l’Homme. Des œuvres d’art islamique, chrétien, ancien et moderne se côtoieront : l’idée est de décloisonner les formes, les styles et les époques. La plus grande liberté a présidé à la constitution de la collection, comme en témoigne, par exemple, la présence d’une Vierge de Bellini tenant dans ses bras l’Enfant Jésus. Et la collection comprend également plusieurs représentations de la nudité, en sculpture comme en peinture [!]. Ce musée fera le lien entre les différentes civilisations et j’ai bon espoir qu’il fasse reculer l’intolérance et le repli identitaire. En voyant cette collection, on ne peut qu’être fier de ce que le Louvre et ses partenaires participent à l’édification d’une mondialisation éclairée en faisant partager la culture au plus grand nombre ». [Marc Ladreit de la Charrière, président de l’agence France-Muséums].

Ce n’est sans doute pas rédhibitoire en soi. Il n’empêche que nous, Français, devrions être fiers de cette « mondialisation éclairée » aux pétrodollars qui fait que les personnes les plus cultivées et les plus écoutées, en France, travaillent à la destruction systématique de l’un des berceaux de la Civilisation. Entre Alep, Ma’loula… et le « LOUVRE DES SABLES », ils ont choisi !

 

C’est aussi grave que ce qui s’est passé en Irak, quoique certains vous diront que les Irakiens peuvent toujours aller admirer la Porte d’Ishtar au musée Pergame à Berlin et, chemin faisant, un « Salon d’Alep » quand ils auront tous disparu. Il leur faudra juste payer la modique somme du ticket d’entrée et un peu de leur temps à faire la queue dans une ambiance dépaysante des plus enrichissantes. Que demander de plus aux conservateurs de leur culture dont le message n’est universel qu’entre les mille murs d’un musée occidental ? Et puis, il n’y a pas de quoi pleurer. Dans quelques années, nos musées s’enrichiront d’une multitude d’autres trésors inestimables venus des Bilad al-Cham et de Mésopotamie ; trésors volés certes, mais que nous protégerons mieux que tous ces états faillis, sans oublier que nous serons ravis de les prêter aux plus offrants, pour « souligner les similitudes de cette vie humaine qui nous est commune, en transcendant les différences nationales, géographiques, naturelles et historiques » [sic !].

 TRANSCENDANCE !?  Là aussi, j’emprunterai quelques lignes à un auteur qu’on ne présente plus :

« D’ici quelques décennies ce que l’on nommait autrefois la Terre Sainte en raison de l’apparition du christianisme dans cette région du monde, ne sera plus qu’un souvenir lointain, en l’absence de toute présence chrétienne signifiante. Une Europe sans enracinement ne sera plus qu’un immense marché économique néolibéral, un navire sans direction et sans valeurs, à la remorque du couple américano-israélien et des pétrodollars de la Péninsule arabique ». [Georges CORM – Université Saint-Joseph Perspectives & Reflexions N° 2 – 2014].

Est-ce grave ? Est-ce triste ? Y a-t-il de quoi pleurer lorsqu’on a compris qu’en Syrie, c’est à la fois la Chrétienté, l’Islam, le Vivre ensemble autrement, mais pareillement, qui sont aujourd’hui immolés pour que vive la « Nouvelle alliance » qui se fiche de toute transcendance qu’elle soit divine ou, tout simplement, humaine ?

Il faut croire que NON. À les entendre, il faut juste adopter la spiritualité du « veau d’or » et tout ira bien dans le meilleur des mondes. Ne les laissez pas faire ! ».

Vœu pieux, car tout porte à croire qu’ils ont toujours l’intention de les laisser faire, quitte à ensuite nous expliquer les nuances entre déplacement des populations consenti ou non par les grandes puissances, crime contre l’humanité ou effet collatéral, nettoyage ethnique ou génocide… Mais ici, je donnerai la parole à Mme Leila Nicolas Rahbani, analyste politique, chercheuse et professeur de droit international à l’Université libanaise de Beyrouth.

Mouna Alno-Nakhal


Jour après jour, nous découvrons les tragédies qui frappent les Chrétiens du Levant arabe, la dernière étant le massacre des Assyriens de l’est de la Syrie ; massacre commis par l’organisation « Daech » dont des éléments sont entrés dans la ville de Hassaka, tuant des dizaines de ses citoyens, capturant femmes et enfants, brûlant les églises, [et détruisant les vestiges de leur passé, Ndt] [2].

Jusqu’ici, les Assyriens de cette ville avaient résisté en dépit de tout ce qui se passait autour d’eux et de tous les dangers qui les guettaient. Mais, aujourd’hui, leur sort pourrait ne pas être très différent de celui qui menace tous les Syriens et, plus particulièrement, les chrétiens.

À suivre les événements en Syrie et en Irak, en butte aux invasions répétées de Daech, l’on ne peut ne pas remarquer un lien fondamental entre ces invasions et le peu d’empressement dont témoigne la Coalition internationale à protéger les minorités de la région, ou à prendre des mesures pour éloigner Daech et empêcher de nouvelles attaques contre les civils.

Le plus grave danger qui guette les Assyriens et les chrétiens d’Irak et de Syrie réside probablement dans l’information rapportée par le Times, il y a quelques jours [3]. Elle dit que les Assyriens d’Irak planifient leur autonomie à Ninive en attendant que la région soit récupérée par les forces de la Coalition internationale, et qu’environ mille soldats chrétiens assyriens sont actuellement entraînés par des retraités de l’armée des États-Unis [4] dans une base militaire en Irak, financés par des Assyriens vivant aux USA et en Europe. Ceci pour aboutir à la création d’un mini-état autonome comprenant les Assyriens et d’autres petites minorités.

Si le Times dit vrai, ce serait là ce qui se prépare de plus dangereux pour les Chrétiens, dont les Assyriens, car c’est une « recette toute prête » pour éliminer ce qu’il en reste dans la région ou, du moins, pour les plonger dans le chaudron des illusions destructrices qui les achèveront ; avant même la partition planifiée des États de la région et le déplacement des chrétiens qui y seront encore.

Ce qui vient de se passer, plus l’hypocrisie occidentale à l’égard des Chrétiens de Syrie et d’Irak, ainsi qu’à l’égard des Chrétiens libanais avant eux, démontrent très clairement que l’exode des Chrétiens n’est pas une idée qui a germé subitement dans l’esprit du décideur occidental, mais constitue une part essentielle de ses plans pour la région [5].

Entretemps, la France discute encore du nombre de ces déplacés chrétiens qu’elle s’autoriserait à accueillir et, hier, la Coalition internationale, qui prétend combattre Daech, a abandonné les villages chrétiens de l’est de la Syrie à leur sort ; alors que les éléments de Daech n’auraient pu pénétrer ces villages, de la manière dont ils l’ont fait, sans le consentement de la Turquie et la connivence de la Coalition qui, d’après ses propres déclarations, ne les a bombardés qu’une fois qu’ils avaient fini de les envahir !

Par ailleurs, qui lit l’ouvrage intitulé les « Notes stratégiques » [6] rédigé par Abdullah bin Muhamad -l’un des penseurs d’Al-Qaïda et apparemment agent de l’Occident- constate qu’il parle ouvertement de la planification du « chaos global » dans la région et de « l’exode des minorités hostiles », considérant que « le principe même de la consolidation de l’État [le Califat] fait qu’il est de notre devoir de travailler à vider cette région des minorités religieuses et à faire d’Al-Cham [les Pays du Levant] la deuxième région interdite aux non-musulmans, après celle de la Péninsule arabique.

Il poursuit : « C’est pourquoi je pense qu’il est de notre devoir de travailler à l’expulsion des Juifs, et à l’exode des Chrétiens, des Druzes, des Alaouites, des Baha’is, en plus des Chiites et des Adorateurs du Diable. En termes plus clairs, je dis que la meilleure politique pour traiter ce dossier des minorités, avec tout ce qu’il comporte comme dangers, est d’imposer une nouvelle réalité vide de toutes ces minorités ».

Par conséquent, il est primordial que les Chrétiens réalisent qu’ils ne peuvent s’engouffrer derrière les plans suspects des Occidentaux visant la partition des États de la région, tout comme ils ne peuvent tirer sur la corde des illusions mortelles tissée par certains libanais dans cette guerre ; corde qui s’est enroulée autour de leurs cous, les a neutralisés, leur interdisant toute participation effective aux vraies décisions.

Désormais, les Chrétiens doivent sérieusement et impérativement :

1. Prendre conscience de ce qui se passe autour d’eux et s’élever au-dessus des mesquineries et des intérêts médiocres.

2. Comprendre qu’aucune assurance, à titre personnel, ne peut les protéger et que leur sécurité dépend de leur engagement dans le combat, aux côtés de leurs coreligionnaires, de l’Armée libanaise et des armées irakienne, syrienne et égyptienne.

3. Tirer les leçons du passé et ne plus faire confiance à l’Occident, car si les Chrétiens de Syrie et les Chrétiens du Liban, avant eux, avaient compté sur les Occidentaux, tous seraient aujourd’hui exilés dans le froid canadien.

4. Résister avec la Résistance et rien que la Résistance, en sachant que le combat armé est désormais du devoir des Syriens, des Irakiens, des Chrétiens et Musulmans, main dans la main. Car ils sont les enfants et les habitants de cette terre. Et aussi, parce que celui qui ne s’adapte pas aux circonstances, ne défend pas sa terre et son honneur, est inévitablement voué à l’extinction.

 Dr Leila Nicolas Rahbani

26/02/2015

 

 

Article original : New Orient News

http://www.neworientnews.com/index.php/2013-08-24-22-19-26/7556-2015-02-26-08-12-32

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca

 

Notes :

[1] Syrie : Le pilleur d’Alep !

http://www.mondialisation.ca/syrie-le-pilleur-dalep-2/5323740

[2] Groupe Etat islamique : Destruction d’ « idoles » au musée de Mossoul

http://www.mondialisation.ca/groupe-etat-islamique-destruction-d-idoles-au-musee-de-mossoul/5434003

[3] Ancient Iraqi Christians rise up against jihadists | The Times

http://www.thetimes.co.uk/tto/news/world/middleeast/iraq/article4354008.ece?CMP=Spklr-144899479-Editorial-FBPAGE The%20Times%20and%20The%20Sunday%20Times%20-%20timesandsundaytimes-20150214-World&linkId=12354833

[4] American in Iraq training ‘a Christian army’ to fight Islamic State

http://www.thestar.com/news/world/2015/02/20/american-in-iraq-training-a-christian-army-to-fight-islamic-state.html

[5] Sarkozy : « Les chrétiens de Syrie et du Liban n’ont plus leur place au Proche Orient »

http://www.silviacattori.net/article2394.html

[6] اﺬﻛﺮة اﻹﺳاﺗﻴﺠﻴﺔ  – Les « Notes stratégiques » / PDF

 

https://azelin.files.wordpress.com/2011/09/abd-allah-bin-mue1b8a5ammad-strategic-notes.pdf

 



Articles Par : Leila Nicolas Rahbani

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]ca