États-Unis et Israël, De la double utilité du Choc et de l’effroi.

Semer le choc et l’effroi engendre des peurs, des dangers et des destructions incompréhensibles pour certains éléments ou secteurs de la société à l’origine de la menace, ses dirigeants ou les citoyens en général. La nature, sous forme de tornades, d’ouragans, de tremblements de terre, d’inondations, d’incendies contrôlés, de famines et de maladies, peut provoquer le choc et l’effroi. Shock and Awe. Achieving Rapid Dominance, Doctrine militaire établie pour la guerre des Etats-Unis en Irak.(1)

« Seule une crise, réelle ou imaginaire, peut engendrer un changement profond. » Milton Friedman.

Avec les attentats du 11 septembre 2001, certains ont eu « leur » Shoah, ce genre de crime terrible, qui justifie ensuite toutes les prérogatives, toutes les extrémités, qui légitime tous les comportements même absents, d’ordinaire des pires cauchemars : l’extermination, la torture extrême, nier à des gens de notre espèce le moindre droit, même le plus élémentaire, les traiter comme des animaux, décréter des embargos pour la nourriture et les médicaments, l’assassinat d’enfants et de vieillards, la déportation dans des enclos, la mise à mort par les moyens les plus terribles qui soient***. Et cela, sans plus devoir rendre aucun compte et en apparaissant toujours comme la victime. Car la blessure justifie absolument tous les actes perpétrés en son nom.

Loin de moi de tirer, aujourd’hui, des conclusions définitives sur l’origine des attentats du 11 septembre 2001, ou d’en suggérer, afin de m’épargner le Choc et l’effroi qui règnent autour de ces controverses, et d’être traité de tous les noms, par exemple de celui qui rime avec hérisson*.

Mais le choc et l’effroi, doctrine admirablement développée dans le travail de Naomi Klein (2), et qui consiste à terroriser la cible de nos attaques afin de la rendre complètement perdue et de la dominer plus facilement ensuite, n’est-ce que ça ? N’y a-t-il pas un autre aspect, plus terrifiant encore, hypothèse que beaucoup rejeteront parce que cela détruirait tous leurs repères, toutes leurs intimes convictions ?

Je ne saurais trop vous conseiller la vision de ce petit film de 7 minutes . Naomi Klein dénonce, dans La Stratégie du Choc, « l’existence d’opérations concertées dans le but d’assurer la prise de contrôle de la planète par les tenants d’un ultralibéralisme tout puissant. Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour substituer aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation. » Prétraiter la cible, un pays, une population, une armée (Irak en 1991-Tempête du Désert-(3)), un groupe de personnes par une série de chocs ou un seul d’une violence inouïe, puis, sans attendre, imposer son véritable objectif, la cible ayant perdu tout repère, elle ne peut s’y opposer. Que l’objectif soit économique, militaire, social…cela marche. Je vous encourage à regarder le petit film référencé un peu plus haut et à lire La Stratégie du Choc, de Naomi Klein(2).

Il y a dans l’Histoire, des crimes, des offenses d’une portée démesurée, mais qui ont eu ensuite, pour des gouvernements et pour une partie des victimes de ces crimes, de ces offenses immenses, la conséquence de pouvoir se comporter comme ils l’entendent. Sans plus jamais devoir se justifier. Car les critiquer, quelle que soit la critique, revient, selon eux, à nier leur offense, leur blessure originelle. A la remettre en cause, chose inacceptable. Même s’il n’en est rien, toute critique actuelle, sur les actes actuels, d’une autorité actuelle, mais descendant du peuple ayant subi l’Offense passée, est prise pour une remise en question de l’Offense impardonnable. Tout est permis, dorénavant. Et sera excusé.

Et si une critique arrive quand même à sortir de la gorge nouée de certains, le bouclier de l’offense et du crime anciens est brandi. Au risque d’être traité de facto d’antisémite, alors que je ne le suis pas, le peuple juif est l’exemple le plus connu de crime odieux (la Shoah), et ça c’est indiscutable, ayant ensuite entraîné une immunité d’inhumanité pour leur gouvernement actuel, et ça c’est discutable. Loin de moi l’idée de bâtir une théorie autre que celle enseignée dans nos manuels d’Histoire autour de la Shoah, je ne parle que de cette conséquence, dont la réalité, elle, n’est pas révélée par mon article, mais se trouve partout autour de nous, et est une évidence, il suffit de suivre l’actualité : télévision, journeaux, livres… C’est un fait, la Shoah sert au gouvernement actuel d’Israël pour faire ce qu’il fait aujourd’hui, sans devoir rendre aucun compte. Sans apparaître aucunement comme l’oppresseur. Il est la victime perpétuelle. Tsahal-Hamas. Lion-chat. Mais le lion, dans notre scénario, réussit la prouesse d’apparaître toujours comme la victime. La souffrance infligée au peuple juif par les bourreaux allemands justifie, excuse, disculpe, innocente, fournit un alibi. Définitivement. Cette conséquence est évidente, tous les jours.

Ne dit-on pas, dans certaines pathologies, que certains patients retirent un bénéfice de leur maladie (assistance, pitié, secours, indulgence) ? Goldstone(4), Shlomo Sand(5), Noam Chomsky(6), Uri Avnery (4)…mettent tous en évidence la position de victime permanente brandie par Israël. Et je n’ai pris, sciemment, que quelques exemples de critiques brillantes par des auteurs juifs.

Avec les attentats du 11 septembre 2001, certains ont eu, symboliquement, leur Shoah, son équivalent en termes de bénéfice secondaire…

Certains… Qui ? Ce ne sont pas les Etats-Unis (le pays, le peuple), ce n’est pas tout le gouvernement américain. Je n’ai aucun nom à vous donner.

Seulement des livres, des pistes à vous proposer (7), et surtout le conseil de suivre votre voie, de faires vos recherches et de tirer vos conclusions, en vous permettant, toujours, de changer votre avis, au fur et à mesure de vos découvertes, sans vous imposer, jamais, aucune limite sous le seul prétexte qu’une Offense ancienne devrait transformer définitivement tel chemin en sens interdit.

Certains… Certainement le « complexe » militaro-industrialo-financier des Etats-Unis, et plus probablement encore, du monde entier. Que ce soient des personnes (présidents, secrétaires, ministres, journalistes) ou des agences (CIA, SAIC[8], NSA[9], OTAN[10]), celles-ci ne sont « que » les outils pour répandre le choc et l’effroi, de par le monde à conquérir, dans l’intérêt de ce complexe.

Le troisième élément, le mot financier, est majeur. Rien que ce fait, à lui seul : toutes les transactions financières autour du 11 septembre 2001 et surtout leur mise à l’abri de toute enquête, démontre que la version officielle de cet événement n’a rien à voir avec la vérité(11). Avec ce que nous voulons, ou devons tous croire, peut-être, mais pas avec la vérité.

Il n’est un secret pour personne (enfin, personne qui cherche et creuse) que la CIA a été créée par les financiers de Wall Street**. Si quelqu’un tousse à la Bourse(12) dans la Rue du Mur, ou à la City(13), la CIA, la NSA le savent et rendent compte à leurs maîtres. De tout.

Laissez-moi citer Noam Chomsky (14) : « Les gouvernements ont tenté, et tentent toujours, de s’unir autour du pouvoir économique. James Morgan décrit, dans le Financial Times de Londres, le ‘gouvernement mondial de facto’, qui prend forme dans le ‘nouvel âge impérial’, gouvernement constitué par le FMI(15), la Banque Mondiale, le groupe des 7, l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce-GATT (16)- et toute institution destinée à servir les intérêts des sociétés transnationales, des banques et des sociétés de placements. Ces institutions possèdent un atout enviable : leur imperméabilité aux influences populaires. »

Quand aux éléments militaro-industriels, indissociables du précédent, cherchez par vous-même les budgets qui leur sont consacrés, crise ou pas crise, et ces budgets de la guerre ne cessent d’augmenter, y compris sous la présidence du prix Nobel de la paix.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont été pour certains, aux Etats-Unis et dans le monde, l’Offense suprême, le Crime impardonnable, définitivement, pour justifier ensuite de tuer même en tirant dans le dos, de kidnapper même en risquant de se tromper de suspect, de se proclamer Champion des démocraties tout en déchirant les conventions de Genève***, de torturer et de tuer de la façon la plus cruelle qui soit, de prendre des enfants, des vieillards, de les parquer comme nous ferions avec des animaux, de les couper de tout et de les exclure de toute Humanité.

Tout cela sans plus rendre aucun compte. Quelles que soient les commissions parlementaires de façade qui ne font que donner l’illusion d’une recherche de la vérité***. Dans le cas de l’agresseur, excusé et présenté comme la victime, il est naturel et normal de l’exposer comme une nation, un pays offensé et ayant droit à l’autodéfense et dans le cas de l’autre pays, il est naturel également de le réduire, lui, à une organisation terroriste, et, cette autre nation qui est pourtant bien plus que ça, de lui nier tout droit à l’autodéfense. « Le secrétaire d’Etat adjoint pour les droits de l’homme, Michael Posner, a reconnu que Richard Goldstone était une « personnalité distinguée », mais en précisant aussitôt que son rapport était « profondément erroné ». Il a expliqué que les Etats-Unis refusaient de « mettre sur le même plan moral un Etat démocratique comme Israël qui a le droit de se défendre et le Hamas, qui a répondu au retrait d’Israël de Gaza en terrorisant les civils dans le sud d’Israël ». Israël(en fait le Mossad) d’un côté. Le Hamas(en fait la Palestine) de l’autre. Un pays, noble, opposé à un repaire abject de terroristes et le tour est joué. http://www.humanrights-geneva.info/Washington-torpille-le-rapport,6683 . La Shoah…Les attentats du 11 septembre 2001…sont des événements effroyables où d’innocentes personnes ont payé de leur vie le prix de la sauvagerie humaine, personne ne peut humainement remettre cela en question. Mais les conséquences ont été les mêmes et se servir d’une ignominie pour en commettre d’autres en s’imaginant au-dessus de toute critique, de tout compte à rendre, et que cela donne légalement tous les droits, est toujours un crime contre l’Humanité. Un crime peut-être plus grand encore.

Les attentats du 11 septembre ont été pour le complexe militaro-industrialo-financier étatsunien et du monde leur Shoah, qui elle est toujours pour le gouvernement israélien, la justification de leur impunité permanente face à leurs crimes insupportables.

Le Choc et Effroi. Cette doctrine sert certainement, ainsi que le développe brillamment Naomi Klein, à terroriser sa cible, son ennemi, pour, après, sans attendre, lui imposer notre volonté sans plus aucune difficulté. La doctrine du capitalisme destructeur.

Je soutiens qu’il en existe une variante, tout aussi terrifiante. Barbare et inhumaine. Une forme interne, en quelque sorte : un ébranlement émotionnel excessif, qu’il soit provoqué ou non, ciblant les nôtres, nos enfants à nous, et utilisé pour défendre, appuyer, justifier, ensuite, les comportements les plus inhumains qui soient. Tout devenant excusable, grâce à cette Offense. Sans ce choc, cet effroi subi de l’intérieur, des populations, des ministres, des politiciens, des représentants, des congressistes des journalistes, des familles…des humains, n’auraient jamais supporté, et ne supporteraient jamais, encore aujourd’hui, de telles conduites, celles de nos gouvernements actuels agressifs, arrogants et destructeurs.

Le Choc et l’Effroi sont le vrai moteur du monde, partout et tout le temps, ce sont la peur et la haine attisées par ceux qui nous dominent, tantôt pour vaincre les populations envahies, tantôt pour avoir le soutien des leurs et de leurs électeurs. Profiter du moment de stress et d’émotion intense, quand il est encore à son maximum, pour commettre l’impardonnable, l’injustifiable et espérer s’en sortir sans jamais devoir, un jour, en répondre.

Si les populations pouvaient se renseigner, s’informer et ouvrir les yeux sur ces manipulations, elles pourraient réaliser qu’elles ont bien plus à craindre de ces techniques que de n’importe quelle organisation terroriste, et ainsi, se prémunir de toute cette peur.

Notes

(1) Bud Edney, « Appendix A : Thoughts on Rapid Dominance”, dans Harlan K. Ullman et James P. Wade, Shock and Awe. Achieving Rapid Dominance, NDU Press Book, Washington, DC, 1996, p.110.

(2 )Journaliste, essayiste, réalisatrice, diplômée de la London School of Economics, Naomi Klein est l’auteur de NO LOGO, et de LA STRATEGIE DU CHOC, la montée d’un capitalisme du désastre Ed Leméac/Actes Sud ISBN 978-2-7427-7544-6.

(3) La plupart des soldats irakiens se rendront sans résistance.

(4) Rapport Goldstone (condamnation ONU des crimes de guerre par Israël et le Hamas à Gaza, pour l’offensive Plomb Durci, 2008-2009) : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2797&var_recherche=rapport+Goldstone

(5) Shlomo Sand http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2258

(6) Noam Chomsky : le champ du possible : Dialogue sur le conflit israélo-palestinien, ADEN, 2008.

(7) Eric Laurent, Webster Tarpley, Daniele Ganser, Thierry Meyssan, David Ray Griffin, Jürgen Elsässer, Nafeez Mosaddeq Ahmed, Noam Chomsky, Jean Bricmont, Naomi Klein…

(8) SAIC : Science Applications International Corporation http://www.dailymotion.com/video/x5zbuh_la-saic-ou-la-cia-xxl_news

(9) NSA, National Security Agency http://fr.wikipedia.org/wiki/National_Security_Agency

(10) OTAN Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_du_trait%C3%A9_de_l’Atlantique_Nord

(11) Nafeez Mossadeq Ahmed, La Guerre contre la Vérité, 11 septembre, désinformation et anatomie du terrorisme, éd. DemiLune collection Résitances, 2006.

(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Wall_Street

(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9_de_Londres

(14) Noam Chomsky, Un Monde Complètement Surréel, le contrôle de la pensée publique, Ed LUX, 2003, p.24.

(15) FMI Fonds Monétaire International

(16) GATT, ancêtre de l’OMC, Organisation Mondiale du Commerce.

* Robert Faurisson http://www.erichufschmid.net/HoloHoax/Faurisson-video-mars2007-F.html

** http://www.fromthewilderness.com/free/economy/dontblink.html 

Remember – The National Security Act of 1947, which created the CIA, was written by Wall Street lawyer and banker Clark Clifford. Clark Clifford is the man who brought the CIA backed drug bank BCCI into the United States. Allen Dulles who virtually designed the CIA and served as its Director, and his brother John Foster who was Eisenhower’s Secretary of State, were Wall Street lawyers from the firm Sullivan and Cromwell. Dwight Eisenhower’s personal liaison with the CIA was none other than Nelson Rockefeller. William Casey was Chairman of the Securities and Exchange Commission under Richard Nixon. Former CIA Directors from William Raborn to William Webster to Robert Gates to James Woolsey to John Deutch all sit or have sat on the Boards of the largest, richest and most powerful companies in America.

***A VOIR : “Made in USA”.



Articles Par : Pascal Sacré

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]