Terrorisme : Les macabres bananiers des Etats-Unis.

Dole, Chiquita et Del Monte.

Platanario

Récemment, Johann Hari nous expliquait l’histoire de la monoculture de la banane comme parabole du pouvoir entrepreneurial qui s’étend dans tout le secteur agricole (« El plátano, parábola de nuestro tiempo ». La Jornada, du 3 juin 2008 ). Ce fruit nous permet de connaître aussi le deux poids-deux mesures avec lesquels ses multinationales propriétaires s’arrangent, selon qu’elles opèrent dans un pays riche, ou qu’elles le font -elles définissent, visualisent et déprécient- dans une république bananière.

Les compagnies bananières étasuniennes, comme explique Augusto Zamora (Ambassadeur du Nicaragua en Espagne) dans le livre [de Vicent Boix Bornay] « El parque de las hamacas (Le parc des hamacs) », ont été pionnières dans l’implantation d’un modèle de spoliation qui excelle encore à souhait. L’entreprise en accord avec le gouvernement bénéficie d’un régime légal exceptionnel, en vertu duquel elle peut réaliser son activité dans le pays et employer une main-d’œuvre nationale avec des salaires de misère et privé de ses droits élémentaires. En échange, celle-ci paie au gouvernement quelques impôts, symboliques en proportion des bénéfices obtenus, et « embauche » comme employés hautement qualifiés des membres de l’oligarchie locale. Gouvernement et oligarchie sont les seuls qui bénéficient de l’exploitation du pays et de sa population ».

Effectivement. L’ONG britannique Christian Aid a étudié le comportement fiscal de quelques multinationales dans son travail quand elles opèrent dans les pays du sud par tout dans le monde. Ses calculs soulignent que dans ses périples dans le monde, avec escales dans des paradis fiscaux, prés de 160 milliards de dollars par an d’argent public sont détourné. Pour comprendre la valeur de ce chiffre, pensons que selon le sommet de la FAO à Rome sur la crise alimentaire, 30 milliards de dollars sont nécessaires pour relancer la production agricole et combattre la pauvreté et la malnutrition. Parmi ces multinationales, mégacorporations ou transnationales (ou comme il vous plait d’appeler ces Léviathans), on trouve justement les actuels Royaumes planétaires de la banane : Dole, Chiquita et Del Monte. Avec une forte probabilité, deux bananes sur trois que nous achetons est une banane qui vient de l’une de ces compagnies. Dans ce cas concret, elles font baisser leur fiscalité approximativement à 15 %, tandis qu’aux États-Unis -où l’on trouve leur siège social- elles seraient imposées autour de 35 %. Avec les investissements de tels amis, les investissements de tes ennemis ne sont pas nécessaires.

Le manque de scrupules avec lequel ces compagnies agissent dans des pays tiers, s’illustre avec les bananières qui continuent d’être des protagonistes macabres. Pour le traitement des plantations les techniciens des entreprises bananières ont mis au point dans les années 60 un pesticide, le dibromo chlore propane (Nemagon) qui est appliqué dans 15 pays du monde, la majorité au sud, qui -preuves de laboratoire faites- a de ses graves effets sur la santé humaine, et même après qu’il ait été interdit par les autorités des Etats-Unis. Être une travailleuse ou un travailleur d’une plantation bananière signifie avoir perdus ses terres, abandonnere une agriculture de subsistance pour travailler comme journalier dans une agriculture de monoculture et d’exportation, et être atteint par les fumigations comme un simple parasite. Un parasite sans droits qui a souffert et souffre des conséquences du mépris des entreprises bananières.

Article original en espagnol: La Jornada . Mexico, le 29 juillet 2008 .

Traduction El Correo.

Gustavo Duch Guillot, est le Directeur de Vétérinaires Sans Frontières.



Articles Par : Gustavo Duch Guillot

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]