Militarisation

À la table Italie-Russie siégeait... Ainsi est passé sous silence le fait que le 25 octobre les forces armées italiennes commençaient sous commandement USA, avec celles des autres pays Otan, l’exercice de guerre Trident Juncture 2018, dirigé contre la Russie.
Marchés et UE en alerte, opposition à l’attaque, appel du Président de la République à la Constitution, parce que la manoeuvre financière, annoncée, du gouvernement comporterait un déficit d’environ 27 milliards d’euros. Silence absolu sur le fait que l’Italie dépense en une année une somme analogue dans un but militaire.
Le contrat de gouvernement, stipulé en mai dernier par le M5Stelle et par la Lega, confirme que l’Italie considère les États-Unis comme son “allié privilégié”. (...) On ignore de ce fait, au gouvernement comme dans l’opposition, la stratégie USA de diabolisation de la Russie, visant à créer l’image de l’ennemi menaçant contre qui nous devons nous préparer à combattre.
Ce que Friedman exprime en termes provocateurs est la position d’un puissant front intérieur et international opposé à la négociation USA-Russie, qui devrait se poursuivre avec l’invitation de Poutine à la Maison Blanche. Mais il y a une différence substantielle... l’opposition à la négociation s’exprime non seulement en paroles mais surtout avec les faits.