Torture en Irak : Pire que sous Saddam !

On torture plus, semble t-il, aujourd’hui en Irak que sous l’ancien leader Saddam Hussein, selon le chef des experts anti-torture de l’ONU.

Manfred Nowak a indiqué que la situation en Irak était « incontrôlable », avec des exactions commises par les forces de sécurité, des groupes de miliciens et des insurgés anti-US.

Les corps trouvés à la morgue de Bagdad « présentent souvent des marques de graves tortures », a déclaré dans son rapport le Bureau des Droits Humains de la Mission d’Assistance de l’ONU en Irak.

Les blessures ont confirmé les témoignages des réfugiés venant d’Irak, a assuré M. Nowak.

Il a déclaré aux journalistes lors d’un briefing à Genève qu’il n’avait pas encore visité l’Irak, mais qu’il pouvait assurer du bien-fondé de ses informations sur la base des autopsies et des entretiens avec des Irakiens de la Jordanie voisine.

« Ce que la plupart des gens vous disent est que la situation est telle aujourd’hui en Irak en ce qui concerne la torture qu’elle est totalement incontrôlable », a précisé le professeur de droit autrichien.

« La situation est si mauvaise que beaucoup de personnes estiment qu’elle est pire qu’à l’époque de Saddam Hussein », a t-il ajouté.

Méthodes brutales

Le rapport des Nations-Unies indique que les corps des détenus présentent souvent les marques des coups portés avec des câbles électriques, des blessures à la tête et aux parties génitales, des jambes et mains cassés, des brûlures électriques et à la cigarette.

Les corps vus à la morgue de Bagdad « montrent souvent des marques de tortures graves comprenant des blessures provoquées par l’usage d’acide et des brûlures causées par des substances chimiques ».

De nombreux corps n’ont plus de peau, les os du dos, des mains et des jambes sont cassés, les yeux et les dents arrachés et d’autres blessures ont été faites par des perceuses électriques ou des clous, atteste le rapport de l’ONU.

Les victimes viennent des prisons tenues par les forces multinationales sous direction étasunienne ainsi que de celles des ministres de l’Intérieur, de la Défense et des milices privées, ajoute le rapport.

Les méthodes de torture les plus brutales sont l’oeuvre des milices privées, a souligné M. Nowak aux journalistes.

Le rapport mentionne aussi que les représailles sectaires signifient que les corps sont souvent trouvés « avec des marques établissant que les victimes ont été sauvagement torturées avant leur exécution extrajudiciaire ».

Il conclut que la torture menace « le tissu même du pays » dans la mesure où les victimes crient vengeance et vont encore plus loin dans la violence.

M. Nowak a assuré qu’il aimerait bien se rendre en Irak en personne, mais que la situation actuelle ne lui permettrait pas d’établir un rapport précis, étant donné qu’il serait périlleux de sortir de la Zone Verte hautement sécurisée de Bagdad où sont établis le gouvernement irakien et le gouvernorat US.

Source : BBC News

Traduit de l’anglais par Gérard Jugant pour Le Grand soir



Articles Par : BBC

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]