Tous derrière la Guadeloupe !

Après trois semaines de grève générale, la mobilisation ne faiblit pas en Guadeloupe. Regroupés autour du collectif «Kont pwofitasyon» (contre la « profitation »), les syndicats guadeloupéens donnent une sacrée leçon de détermination à leurs homologues métropolitains.

Le bras de fer engagé par les syndicats guadeloupéens et le collectif LKP est juste ! Les manifestants exigent, en premier lieu, le relèvement «immédiat» de 200 € des plus bas salaires, des retraites et des minima sociaux. Revendication ô combien délicate (qui a valu le départ «surprise» de Yves Jégo, puis son retour, flanqué de deux médiateurs nommés par le Premier ministre) que le gouvernement se refuse à satisfaire pour ne pas la voir se généraliser à tout le territoire.

Désormais, la grève générale qui affecte l’île depuis le 20 janvier s’est étendue à la Martinique depuis six jours et menace de toucher la Réunion ! A quand la métropole ? Pourtant, il y a de quoi s’énerver :

Le 5 février, lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a annoncé un «plan de relance sociale» adossé à un fatras de mesures qui restent à négocier, financé par les intérêts 2009 des prêts accordés aux banques (1,4 milliard d’euros, à en croire Sarkozy). Un «plan» d’autant plus fumeux que le montant même des intérêts 2009 est aujourd’hui contesté et, qu’au final, ce seront les clients des banques qui paieront l’addition. Donc, rien à attendre dans «l’immédiat», comme l’exigent les Guadeloupéens.

1,4 milliard d’euros hypothétiques pour 65 millions d’habitants, cela nous donne 22 € de «relance sociale» par tête de pipe. Voilà ce que les 2,5 millions de manifestants du 29 janvier ont obtenu «concrètement» (1) ! Cette seule annonce sujette à caution aurait du provoquer l’ire des syndicats métropolitains appelés à rencontrer Nicolas Sarkozy le 18 février prochain pour engager les négociations. Les Guadeloupéens, eux, ont fixé un autre calendrier pour obtenir satisfaction : Poursuivre la grève générale et ne rien lâcher !

Qui, des Antillais ou des Métropolitains, verra ses revendications aboutir ? Nous, nous choisissons notre camp : Soutien sans faille à la grève générale en Guadeloupe (2) !

Actuchomage

(1) Le «paquet fiscal», première loi votée par le gouvernement Sarkozy/Fillon, c’est 14 milliards d’€ par an pour une majorité de Français aisés, voire très aisés. Le «paquet social» de Nicolas Sarkozy pour «le bas de la classe moyenne», c’est dix fois moins.

(2) Une grève que les journalistes qui ont «interrogé» Nicolas Sarkozy le 5 février dernier ont consciencieusement occultée…

Le 11 février 2009.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]