Tribunaux militaires: le projet provoque un tollé

Jamais depuis la deuxième guerre mondiale, des tribunaux militaires ne se sont substitués à la justice civile. Mardi pourtant, George Bush a approuvé l’utilisation de tribunaux militaires spéciaux dont le  but serait de juger les non-américains accusés d’actes terroristes, plus vite et plus discrètement que devant un tribunal classique. L’ordre signé dans ce sens par le président américain ne nécessite aucune approbation du Congrès. Les tribunaux militaires sont là «pour protéger les Etats-Unis et ses citoyens, pour prévenir des attaques terroristes et pour mener efficacement les opérations militaires», est-il écrit dans un ordre long de cinq pages. Ces tribunaux seraient composés d’officiers jouant le rôle de juges et de jury. Contrairement à la justice civile, qui requiert un jury de douze personnes devant parvenir à un verdict unanime, le jury militaire déciderait de reconnaître un suspect coupable à une majorité des deux tiers. Pareil pour la condamnation, pouvant aller jusqu’à la peine de mort. Les détails du fonctionnement devraient être réglés par le Secrétariat à la Défense et la hiérarchie militaire, mais les décisions de ces tribunaux, qui pourraient être t! enues secrètes, ne seraient pas sujettes à appel. Le président Bush déciderait seul qui, selon lui, devrait être jugé par ces tribunaux qui pourraient siéger à l’étranger, dans des bases militaires américaines ou même sur des bateaux.

Suite à cette décision, les critiques ont plu de tous côtés. Des membres républicains du Congrès se sont joints à leurs collègues démocrates pour sommer l’administration Bush de venir s’expliquer. Dans le New York Times, le chroniqueur conservateur William Safire parle de «tribunal militaire de pacotille(…) La solution n’est pas de corrompre notre tradition judiciaire», écrit Safire. Pour le sénateur démocrate du Vermont, Patrick Leahy, cela «envoie au monde entier un message indiquant qu’il est acceptable de tenir des procès secrets et de procéder à des exécutions sommaires, sans possibilité de contrôle judiciaire quand l’accusé est étranger. Il n’y a pas eu de déclaration de guerre formelle, pours! uit le sénateur, et dans le même temps, nos tribunaux civils restent ouverts et disponibles pour juger des terroristes supposés». Côté conservateur, les avis sont toutefois partagés. Le président de la chambre des représentants, le Républicain de l’Illinois Dennis Hastert, a estimé : «Nous devons les juger selon moi comme des criminels de guerre. Je pense que nous devrions traiter ces personnes de la même manière que nous avons traité les terroristes et les criminels de guerre de la deuxième guerre mondiale au Japon et en Allemagne», a ajouté le Républicain, précisant : «Ce sont des gens qui sont des ennemis jurés des Etats-Unis. Selon moi, ce ne sont pas des citoyens américains» . Même langage guerrier pour le vice-président. Parlant des terroristes, Dick Cheney a affirmé : «Ils ne méritent pas les mêmes garanties et les mêmes précautions que celles qui seraient utilisées pour un citoyen américain». Selon lui, les tribunaux militaires garantissen! t «qu’ils auront le type de traitement qu’ils méritent». «Ceci est une guerre globale, a expliqué le principal conseiller juridique du président. Pour mener à bien une inculpation (devant un tribunal civil), nous pourrions avoir besoin de révéler nos sources et nos méthodes». Pour un grand nombre d’avocats et de défenseurs des libertés civiles, cet argument ne tient pas dans la mesure où la justice civile offre toutes les garanties nécessaires. «Des tribunaux militaires, des preuves secrètes, aucun chiffre sur le nombre de personnes que le gouvernement a emprisonnées… Nous avons l’air d’un pays du tiers monde», a déclaré Jim Zogby, président de l’Arab-American Institute. Selon lui, les autorités américaines sont désormais perçues comme menaçantes dans le monde arabe, et 40 % des étudiants émiratis qui étudiaient aux Etats-Unis seraient déjà rentrés chez eux. Ce n’est pas la première fois que la question des libertés civiles se pose, dans l! a lutte contre le terrorisme. La loi «anti-terroriste», autorisant plus d’écoutes téléphoniques et plus de moyens de surveillance électronique, poussée devant le Congrès par l’administration Bush, avait déjà été vivement critiquée. Cette nouvelle décision du président intervient dans un climat de suspiscion à l’égard de la communauté arabe. Il existe un projet pour questionner près de 5 000 personnes récemment arrivées sur le territoire américain, et le FBI a l’intention de vérifier les données concernant des centaines d’étudiants originaires du Moyen-Orient. Dans le même esprit, le processus de délivrance des visas d’hommes musulmans ou arabes entre 16 et 45 ans a été ralenti par le département d’Etat pour laisser le temps au FBI de procéder à des vérifications. Dans un éditorial titré «une parodie de justice», le New York Times parle d’une idée «dangereuse» s’inscrivant dans une «troublante série de tentatives depuis le 11 septembre de contourner la! constitution».



Articles Par : Philippe Bolopion

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]