« Triple Frontière », la fiction qui prépare l’invasion.

L’avant-garde de la « Guerre de l’or bleu » : L’autre « Triple Frontière »

Katherine Bigelow est obsédée par le sujet. L’année dernière , elle a gagné l’Oscar du meilleur film et de la meilleure direction avec « Démineurs », qui se déroule entre les explosifs de la guerre d’Irak. Encouragée, la californienne, veut faire un autre film plein de bombes. Tom Hanks jouerait le rôle principal et cela va se passer, cette fois, à la « Triple Frontière », ce point « mystérieux » qui réunit au même endroit l’Argentine, le Paraguay et le Brésil. [Et comme par hasard c’est la zone géographique de l’« Aquifère Guarani »]

 Le cinéma, comme toute fiction, peut se donner les droits qu’il veut. Et les spectateurs se donneront ensuite le droit de penser. Le problème ne surgit pas quand l’art imite la réalité mais, comme le dirait Oscar Wilde, quand la réalité imite l’art.

Après avoir relu les dépêches de Wikileaks, la « Triple Frontière » apparaît comme l’un des grands soucis de la diplomatie et du renseignement des États-Unis. La crainte est pointée pas tant sur la ville argentine Puerto Iguazú, ni sur la brésilienne Foz do Iguaçú, mais sur la paraguayenne Ciudad del Este, ancien Puerto Stroessner. Le stéréotype accumule des facteurs. L’un de ces facteurs est que là-bas il y a des contrebandiers. Un autre facteur est l’existence d’une grande communauté d’origine palestinienne. Les deux données sont certaines. À partir de ces vraies prémisses, la fausseté transformera ensuite des coïncidences en causes. C’est à dire : la présence d’une communauté arabe serait un fait suffisant pour supposer un danger, à tel point que, dans cette vision, la « Triple Frontière » serait l’une des socles internationaux d’Al Qaida. Est-ce le cas ? Tout est possible. Bien qu’en suivant le même critère, serait aussi un centre international d’Al Qaida, la ville allemande de Hambourg, parce que c’est là qu’a fonctionné la cellule dormante de l’égyptien Mohamed El Amir Awad Al Sajjid Atta, qui a fini pour attaquer New York.

Quelque chose de possible est-il sûr ? Par prévention, l’Argentine, le Paraguay et le Brésil ont décidé de prêter une attention spéciale aux trois villes, surtout après l’attentat de l’AMIA de 1994 et de l’attentat des Tours Jumelles de 2001. Wikileaks révèle que chaque pays a des échanges des données de renseignement de manière bilatérale avec les États-Unis. Dans des termes diplomatiques, les trois voisins sont convenus avec Washington de la formation d’un « Trois Plus Un », un forum de discussion de politiques publiques.

Dans ce Trois Plus Un l’état de tension se répète. D’un côté, les délégués étasuniens partent de la base que le terrorisme existe effectivement et que donc la coopération sur la sécurité doit être globale et non bilatérale. D’un autre côté, les trois pays sudaméricains admettent l’observation préventive mais pas que la zone soit diabolisée. Un film de fiction a le droit d’imaginer le royaume du démon. Mais un pays sérieux doit le vérifier.

Pour mettre la zone sous un contexte plus vaste, la délégation argentine devant le Parlement du Mercosur, une institutions en formation, a organisé le Premier Forum de Parlementaires de la Triple Frontière, qui démarre aujourd’hui à Port Iguazú. Convoqués par la députée argentine Julia Perié, ouvriront les séances notamment le ministre de Sécurité Nilda Garré, le sous-secrétaire de la Chancellerie José Vitar, le secrétaire de Communication Publique Juan Manuel Abal la Medina, le coordonnateur de l’Unité Présidente Rafael Follonier et le président du Parlement du Mercosur, Florisvaldo Fier, un médecin du PT brésilien qui agit en politique sous le nom de Docteur Rosinha.

Perié a organisé le Forum pour discuter une intégration et des ressources naturelles. Il a dit à Página/12 que la relation entre les trois pays (avec l’Uruguay ils sont les pleins membres du Mercosur) dépasse dans beaucoup la dimension du mystère et des fantômes.

Ce n’est pas la même même chose de « vivre à la limite » [titre VO du film Démineur] que vivre dans la limite. Certains se consacrent, peut-être, au premier. Des millions de paraguayens, de brésiliens et d’ argentins font, tous les jours, le second.

[email protected]

Página 12 . Le Buenos Aires, le 31 mars 2011.

*******
« Complément d’information » :

 Tom Hanks à l’affiche du prochain film controversé de Kathryn Bigelow. AFP, Los Angeles, le 2 décembre 2010.

 Dispute pour l’Or Bleu de l’Aquifère Guarani dans la « Triple Frontière » d’Argentine, Brésil et Paraguay

 Le « danger terroriste » de la « Triple Frontière » est l’Eau

 Les opérations d’Intelligence pour prendre le contrôle de l’Aquifère Guarani recommencent

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi


Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 Unported.

El Correo. Paris, le 1er avril 2011.



Articles Par : Martín Granovsky

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]