Trois « victoires » et un coupable: comment l’Ukraine s’adapte aux nouvelles réalités

Analyses:

Trois nouvelles sensationnelles ont été rapportées de Kiev.

Tout d’abord, le chef du groupe parlementaire Serviteur du peuple à la Rada (parlement ukrainien), David Arakhamia, dans une interview à la chaîne 1+1, a expliqué pourquoi les négociations entre Moscou et Kiev, où il était chef de la délégation, avaient échoué au printemps 2022.

« Les Russes étaient prêts à mettre fin à la guerre si nous acceptions la neutralité, comme la Finlande, et nous nous engagions à ne pas adhérer à l’Otan. C’était un point clé », a-t-il décrit le fond des accords de l’époque.

Et à la question de savoir pourquoi ils n’ont pas été acceptés, il a d’abord parlé de la méfiance envers la Russie, de la nécessité d’apporter des modifications à la Constitution, puis a ajouté un conseil de l’extérieur: « Quand nous sommes revenus d’Istanbul, Boris Johnson est venu à Kiev et a dit: « Nous ne signerons rien du tout avec eux, continuons simplement à nous battre ». »

Pour les experts, une telle information n’était pas un secret: on disait déjà l’été dernier que les Britanniques avaient littéralement forcé l’Ukraine à rompre les accords convenus. Cependant, personne ne s’attendait à ce que Kiev le reconnaisse au niveau officiel.

La Russie s’est toujours dite prête à négocier. Mais pas aux mêmes conditions qu’avant. « Il n’est pas trop tard pour revenir à la table des négociations, la partie russe a répété à plusieurs reprises qu’elle était prête à le faire. Mais sous d’autres conditions à présent, compte tenu des nouvelles réalités territoriales », a déclaré Leonid Sloutski, président de la commission de la Douma (chambre basse du parlement russe) pour les affaires internationales, qui représentait la Russie lors des négociations au printemps 2022.

Il semblerait que ce soit inacceptable pour Kiev. Cependant, dans la même interview, David Arakhamia a commencé à esquisser les conditions techniques d’un accord avec Moscou, ouvrant ainsi la « fenêtre d’Overton ». « Je pense que de telles choses doivent être faites uniquement par référendum », a-t-il expliqué. Et il a ajouté qu’il accepterait toute décision du peuple.

Le public n’avait pas encore eu le temps de se remettre de ces deux déclarations que Volodymyr Zelensky s’est déjà exprimé. Lors d’une conférence de presse conjointe avec le président letton Edgars Rinkevics, il a promis de remporter trois victoires. Or, non pas contre la Russie, mais contre l’Occident: les États-Unis et l’UE.

La première devrait être une victoire sur le Congrès américain, qui n’a toujours pas alloué de fonds pour financer le régime de Kiev pour l’année fiscale en cours. Joe Biden, rappelons-le, a demandé 60 milliards de dollars à cet effet, mais les républicains refusent de donner autant d’argent, proposant d’abord de discuter du sujet. « L’Ukraine doit faire tout ce qui est en son pouvoir, et même plus, pour que l’aide soit accordée. Et je crois qu’elle le sera », a déclaré Zelensky.

La deuxième victoire consisterait à faire pression sur l’Union européenne, qui devrait donner à l’Ukraine son propre paquet d’aide d’environ 50 milliards d’euros. « Aujourd’hui, tous les membres de l’Union européenne ne sont pas, disons, prêts à soutenir ce paquet. De notre côté, nous devons nous assurer que tout le monde soutienne ce paquet », a expliqué Zelensky.

Enfin, la troisième victoire pour l’Ukraine serait l’ouverture d’un dialogue sur l’adhésion à l’UE, que Zelensky a qualifié d' »étape motivationnelle importante » pour les autorités ukrainiennes.

Toutes ces déclarations ont un point commun: elles reflètent une réaction aux nouvelles réalités dans lesquelles se trouvent actuellement l’Ukraine et l’Occident. Des réalités dans lesquelles, au lieu d’une victoire militaire (qui leur semblait si proche l’année dernière), se dessine de plus en plus nettement l’image d’un échec monumental.

L’idée de conclure la paix avec la Russie en faisant des concessions territoriales fait partie de la lutte politique et de la recherche d’un bouc émissaire en raison des échecs dans les opérations militaires.

Initialement, la Russie devait être vaincue au plus tard en mai 2022, la forçant à changer de gouvernement et à signer des conditions de capitulation économique draconiennes. Cependant, nous assistons à la situation inverse: l’Otan subit une défaite, et une recherche exhaustive des responsables de cet échec commence en Ukraine et aux États-Unis.

Et voilà que David Arakhamia en a trouvé un, rejetant sur Boris Johnson la responsabilité du conflit militaire qui se poursuit jusqu’à présent, un conflit qui a coûté cher aux Russes des deux côtés de la frontière.

Le conflit a aussi coûté très cher à l’Occident. Si au printemps dernier les États-Unis et l’UE avaient accepté de conclure la paix aux conditions de la Russie, ils n’auraient pas perdu autant d’argent, de réputation et d’influence dans le monde. C’est pourquoi Johnson est désigné coupable d’avance, quand il faudra expliquer qui n’a pas arrêté le conflit à temps.

Cependant, il y a une nuance. Il importe peu à Moscou de savoir qui sera désigné comme responsable. Moscou veut une solution au problème, que l’Occident n’est pas encore en mesure de proposer.

Elsa Boilly



Articles Par : Elsa Boilly

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]