Print

Trump et l’Ukraine: Une guerre politique éclate aux États-Unis
Par Patrick Martin
Mondialisation.ca, 25 septembre 2019
wsws.org 23 septembre 2019
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/trump-et-lukraine-une-guerre-politique-eclate-aux-etats-unis/5637168

La Maison-Blanche de Trump s’est retrouvée cette semaine sous le feu des opposants du Parti démocrate et de la plupart des médias d’entreprise après qu’il a été révélé que Trump avait discuté avec son homologue ukrainien d’une enquête sur l’ancien vice-président Joe Biden et son fils Hunter concernant les activités commerciales du jeune Biden en Ukraine.

La discussion, qui a eu lieu lors d’un appel téléphonique du 25 juillet avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, était un effort flagrant de Trump pour obtenir le soutien d’un gouvernement étranger afin de recueillir des informations sur un candidat démocrate à la présidence qui serait considéré à la Maison-Blanche comme le plus dangereux opposant de Trump.

Qu’une telle action soit légale ou non, elle démontre certainement les efforts extraordinaires que Trump est prêt à déployer pour utiliser les pouvoirs de la présidence contre ses opposants politiques. Et il y a l’accusation supplémentaire encore plus explosive que Trump a directement menacé Zelensky d’une interruption de l’aide militaire américaine s’il ne coopérait pas à la campagne anti-Biden.

Selon des reportages basés sur les fuites initiales concernant l’appel du 25 juillet, Trump n’a pas discuté de l’aide militaire américaine, mais la Maison-Blanche a bloqué l’aide – initialement approuvée par le Congrès l’an dernier – jusqu’au 12 septembre, soit 18 jours seulement avant la fin du présent exercice financier. Le Bureau de la gestion et du budget n’a donné aucune raison pour retarder le déblocage des fonds, ne citant que des problèmes de procédure, mais ce retard a donné lieu à des enquêtes de la part des démocrates et des républicains au Congrès et à la présentation d’une loi pour obliger le déblocage des fonds.

Le contact entre Trump et l’Ukraine a été découvert pour la première fois lorsqu’un agent de renseignements non encore identifié qui surveillait l’appel téléphonique entre Trump et Zelensky a déposé une plainte de lanceur d’alerte auprès du directeur national du renseignement (DNI) à cette date, Dan Coats, ancien sénateur. La plainte a été jugée «crédible» et «urgente» par l’inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson, qui a cherché à informer le Congrès, comme l’exige la loi, mais a été bloqué par le DNI Joseph Maguire, qui a remplacé Coats le 16 août. Maguire a consulté la Maison-Blanche avant de prendre cette mesure et a reçu l’appui du ministère de la Justice.

La plainte a fait l’objet d’une fuite dans le Washington Post la semaine dernière, déclenchant une frénésie médiatique, alors que d’autres reportages, basés sur des sources de renseignement, associaient la demande d’une enquête sur Biden au blocage de l’aide militaire américaine. Dimanche, les médias américains étaient en pleine action, les chroniqueurs réclamant la destitution de Trump et l’accusant d’extorsion contre l’Ukraine.

La Maison-Blanche et ses défenseurs ont riposté, principalement contre Biden et son fils. Trump lui-même a confirmé sur Twitter qu’il avait discuté des Biden lors de son appel du 25 juillet avec Zelensky, tout en déclarant que tous ces appels de président à président devraient être confidentiels, c’est-à-dire qu’ils ne devraient pas être surveillés ou filtrés d’aucune façon par les agences de renseignement américaines, que Trump considère, à juste titre, comme un foyer d’ennemis politiques.

Il ne fait aucun doute que Hunter Biden a cherché à profiter de la notoriété politique de son père sous le gouvernement Obama-Biden en servant d’intermédiaire pour des affaires en Chine, en Ukraine et dans d’autres pays. Une telle corruption est une pratique courante dans la politique capitaliste, imitée par Trump à une échelle encore plus grande alors que sa famille ratisse des millions de dollars de gouvernements étrangers et de l’armée américaine à travers le réseau d’hôtels et de stations balnéaires de l’Organisation Trump dans le monde.

En Ukraine, Hunter Biden était aligné sur les mêmes forces que celles sur lesquelles était aussi aligné le futur directeur de campagne de Trump, Paul Manafort: les oligarques associés au président prorusse Viktor Ianoukovitch, qui a été évincé lors d’un coup d’État d’extrême droite soutenu par la CIA début 2014. Les oligarques milliardaires ont cherché des intermédiaires américains pour les aider à conclure des accords commerciaux avantageux avec le nouveau gouvernement de Petro Poroshenko, soutenu par les États-Unis.

Hunter Biden a été engagé par un magnat du gaz, Mykola Zlochevsky, qui avait été ministre sous Ianoukovitch. En avril 2014, Zlochevsky a nommé le jeune Biden au conseil d’administration de sa société, Burisma Holdings, dans le cadre d’un effort transparent visant à obtenir des faveurs à Washington et à Kiev. Malgré cela, le nouveau gouvernement a ouvert une enquête sur la corruption en Birmanie, l’une des nombreuses enquêtes de ce type visant les oligarques de la fraction qui n’a plus la cote.

La campagne de Biden suscite une nervosité évidente quant aux conséquences du regain d’intérêt des médias pour le fils de Biden, longtemps considéré comme l’une des principales vulnérabilités du candidat. Un mémo à la presse publié par la campagne de Biden samedi s’est conclu par un avertissement en caractères gras: «Tout article, segment, analyse et commentaire qui ne démontrent pas dès le départ qu’il n’y a pas de fondement factuel aux affirmations de Trump, et qu’elles sont entièrement discréditées, induit les lecteurs et téléspectateurs en erreur.»

L’argument prédominant, cependant, tant de Biden et de ses collègues démocrates que de leurs propagandistes médiatiques, a été que Trump est coupable d’un acte sans précédent en cherchant à recruter un gouvernement étranger pour faire son sale boulot politique. «Cela semble être un abus de pouvoir écrasant», a dit M. Biden en Iowa. «Nous n’avons jamais rien vu de tel de la part d’un président.»

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui a bloqué un véritable effort de destitution de la Commission judiciaire de la Chambre, a affirmé dans une déclaration: «Si le président a fait ce qui a été allégué, alors il s’engage dans un dangereux champ de mines qui pourraient avoir de graves répercussions sur son administration et notre démocratie.»

De nombreux démocrates de la Chambre et du Sénat sont allés plus loin, citant en particulier le prétendu échange d’aide militaire pour une collaboration contre Biden. Le sénateur Brian Schatz (D-Hawaii) a écrit sur Twitter: «Tout cela est impardonnable». «Ce n’est pas une mince affaire. Nous avons besoin de plus de faits, mais nous serions négligents dans notre devoir de ne pas poursuivre les faits où qu’ils mènent.»

Dans un éditorial commun du Washington Post de dimanche, George Conway, le mari de Kellyanne Conway, l’une des plus proches collaboratrices de Trump, et Neal Katyal, ancien solliciteur général des États-Unis, ont exhorté Trump à la destitution, l’appelant, dans un langage à la Watergate, «un cancer à la présidence».

Le Post lui-même a écrit dans son propre éditorial: «Si les comptes-rendus que nous avons entendus sont exacts, Trump est coupable d’abus flagrant de ses fonctions… Le fait que le président utilise l’aide militaire affectée par le Congrès pour faire pression sur un autre gouvernement afin qu’il enquête sur un de ses opposants potentiels lors des élections de 2020 constitue un abus de pouvoir manifeste.»

Pour tous ces opposants à Trump au sein de la classe dirigeante américaine, l’affaire ukrainienne est l’occasion de réaffirmer les premières affirmations faites au cours de la campagne antirusse qui a déclenché la longue enquête du Conseiller spécial Robert Mueller. Mettre l’accent sur les efforts de Trump visant à obtenir le soutien du gouvernement ukrainien aux élections de 2020 a pour but de légitimer l’affirmation bidon selon laquelle le soutien du gouvernement russe est responsable de la victoire de Trump aux élections de 2016.

Comme le WSWS l’a expliqué à plusieurs reprises, la campagne anti-Russie est un conflit entre deux fractions également réactionnaires au sein de l’élite dirigeante américaine, en grande partie motivée par des divergences sur la politique étrangère. Les démocrates, avec l’appui d’une grande partie de l’appareil de renseignement militaire et de la presse, s’opposent à tout affaiblissement de la position conflictuelle à l’égard de la Russie qui a été adoptée pendant le second mandat d’Obama et a trouvé une expression particulièrement réactionnaire en Ukraine, dans la guerre civile syrienne et dans la montée de l’OTAN en Europe orientale.

Alors que Trump emploie des méthodes de gouvernement de plus en plus autoritaires, comme le montre l’affaire ukrainienne, mais beaucoup plus sinistre dans ses attaques contre les droits démocratiques, en particulier ceux des immigrants et des réfugiés, les démocrates utilisent la campagne anti-Russie pour faire campagne contre la dissidence sur Internet, affirmant que les divisions sociales en Amérique sont créées par des trolls et des agents numériques russes, non par des inégalités économiques toujours plus grandes dans le pays le plus inégalitaire des plus importants pays capitalistes.

La nouvelle étape de la crise politique ouverte par les révélations ukrainiennes pourrait produire de nouvelles surprises. Les démocrates du Congrès exigent la publication de la plainte des dénonciateurs qui a mis en lumière l’appel téléphonique de l’Ukraine, ainsi qu’une transcription de l’appel. Trump doit rencontrer Zelensky mercredi pour la première fois, en marge de la session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Patrick Martin

 

 

Article paru en anglais, WSWS, le 23 septembre 2019

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.