Ukraine redux : guerre, Russophobie et Pipelineistan

Le combo État profond/OTAN utilise Kiev pour déclencher une guerre afin d’enterrer Nord Stream 2 et les relations germano-russes.

L’Ukraine et la Russie sont peut-être au bord de la guerre – avec des conséquences désastreuses pour l’ensemble de l’Eurasie. Allons droit au but, et plongeons de plein fouet dans le brouillard de la guerre.

Le 24 mars, le président ukrainien Zelensky a, à toutes fins utiles, signé une déclaration de guerre contre la Russie, via le décret n°117/2021.

Ce décret établit que la reprise de la Crimée à la Russie est désormais la politique officielle de Kiev. C’est exactement ce qui a motivé l’expédition vers l’est, sur des wagons à plate-forme, d’un ensemble de chars de combat ukrainiens, à la suite de la saturation de l’armée ukrainienne par les États-Unis en équipements militaires comprenant des drones, des systèmes de guerre électronique, des systèmes antichars et des systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS).

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’exprime lors d’une conférence de presse conjointe avec le président du Conseil européen à Kiev, le 3 mars 2021

Plus important encore, le décret Zelensky est la preuve que toute guerre ultérieure aura été déclenchée par Kiev, ce qui démystifie les affirmations proverbiales « d’agression russe ». La Crimée, depuis le référendum de mars 2014, fait partie de la Fédération de Russie.

C’est cette (mes italiques) déclaration de guerre de facto, que Moscou a prise très au sérieux, qui a provoqué le déploiement de forces russes supplémentaires en Crimée et plus près de la frontière russe avec le Donbass. Il est important de noter que ces forces comprennent la redoutable 76e Brigade d’Assaut aérien de la Garde, connue sous le nom de parachutistes de Pskov et, selon un rapport des services de renseignement qui m’a été cité, capable de prendre l’Ukraine en six heures seulement.

Le fait qu’au début du mois d’avril, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, fraîchement débarqué de son ancien poste de membre du conseil d’administration du fabricant de missiles Raytheon, ait appelé Zelensky pour lui promettre « le soutien inébranlable des États-Unis à la souveraineté de l’Ukraine » n’aide certainement pas. Cela correspond à l’interprétation de Moscou selon laquelle Zelensky n’aurait jamais signé son décret sans le feu vert de Washington.

Le 8 mars 2021, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, prend la parole lors de la célébration de la Journée internationale de la Femme dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC

Contrôler le récit

Sébastopol, déjà lors de ma visite en décembre 2018, est l’un des endroits les plus lourdement défendus de la planète, imperméable même à une attaque de l’OTAN. Dans son décret, Zelensky identifie spécifiquement Sébastopol comme une cible privilégiée.

Une fois de plus, nous revenons aux affaires inachevées de l’après-Maidan de 2014.

Pour contenir la Russie, le combo État profond américain/OTAN doit contrôler la mer Noire – qui, à toutes fins pratiques, est désormais un lac russe. Et pour contrôler la mer Noire, ils doivent « neutraliser » la Crimée.

Si une preuve supplémentaire était nécessaire, elle a été fournie par Zelensky lui-même mardi de cette semaine lors d’un appel téléphonique avec le secrétaire général de l’OTAN et marionnette docile Jens Stoltenberg.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, donne une conférence de presse à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN au siège de l’Alliance à Bruxelles, le 24 mars 2021

Zelensky a prononcé la phrase clé : « L’OTAN est le seul moyen de mettre fin à la guerre dans le Donbass » – ce qui signifie, en pratique, que l’OTAN étend sa « présence » dans la mer Noire. « Une telle présence permanente devrait constituer un puissant moyen de dissuasion pour la Russie, qui poursuit la militarisation à grande échelle de la région et entrave la navigation marchande ».

Tous ces développements cruciaux sont et continueront d’être invisibles pour l’opinion publique mondiale en ce qui concerne le récit prédominant, contrôlé par les hégémons.

Le combo État profond/OTAN imprime 24/7 que tout ce qui va se passer est dû à « l’agression russe ». Même si les Forces armées ukrainiennes (FAU) lancent une blitzkrieg contre les Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. (Le faire contre Sébastopol en Crimée serait un suicide collectif certifié).

Aux États-Unis, Ron Paul a été l’une des rares voix à affirmer l’évidence : « Selon la branche médiatique du complexe militaro-industriel-congressionnel-médiatique américain, les mouvements de troupes russes ne sont pas une réponse à des menaces claires de la part d’un voisin, mais plutôt une “agression russe” supplémentaire ».

Ce qui est sous-entendu, c’est que Washington/Bruxelles n’ont pas de plan de jeu tactique, et encore moins stratégique, clair : seulement un contrôle narratif total.

Et cela est alimenté par une russophobie enragée – magistralement déconstruite par l’indispensable Andrei Martyanov, l’un des meilleurs analystes militaires du monde.

Le 31 mars, le chef d’État-major général des Forces armées russes, le général Valery Gerasimov, et le président des chefs d’État-major interarmées, le général Mark Milley, se sont entretenus au téléphone des proverbiales « questions d’intérêt mutuel », ce qui est peut-être un signe d’espoir.

Quelques jours plus tard, une déclaration franco-allemande a été publiée, appelant « toutes les parties » à la désescalade. Merkel et Macron semblent avoir compris le message lors de leur vidéoconférence avec Poutine, qui a dû faire subtilement allusion à l’effet produit par les Kalibr, Kinzhals et autres armes hypersoniques si les choses se corsent et que les Européens cautionnent une blitzkrieg à Kiev.

Le président français Emmanuel Macron s’exprime sous le regard de la chancelière allemande Angela Merkel après une vidéoconférence du Conseil de Sécurité franco-allemand au palais de l’Élysée à Paris, le 5 février 2021

Le problème est que Merkel et Macron ne contrôlent pas l’OTAN. Pourtant, Merkel et Macron sont au moins pleinement conscients que si le combo États-Unis/OTAN attaque les forces russes ou les détenteurs de passeports russes qui vivent dans le Donbass, la réponse dévastatrice visera les centres de commandement qui ont coordonné les attaques.

Que veut l’hégémon ?

Dans le cadre de son numéro de lapin Energizer, Zelensky a fait un autre geste qui a fait sourciller. Lundi dernier, il s’est rendu au Qatar avec une délégation de haut rang et a conclu une série d’accords, qui ne se limitent pas au GNL, mais comprennent également des vols directs entre Kiev et Doha, la location ou l’achat par Doha d’un port de la mer Noire, ainsi que de solides « liens militaires et de défense » – ce qui pourrait être un bel euphémisme pour un éventuel transfert de djihadistes de Libye et de Syrie pour combattre les infidèles russes dans le Donbass.

À la suite, Zelensly rencontre Erdogan en Turquie lundi prochain. Les services de renseignement d’Erdogan dirigent les proxies djihadistes à Idlib, et les fonds qataris suspects font toujours partie du tableau. On peut dire que les Turcs transfèrent déjà ces « rebelles modérés » en Ukraine. Les services secrets russes surveillent méticuleusement toute cette activité.

Une série de discussions informées – voir, par exemple, ici et ici – convergent vers ce qui pourrait être les trois principaux objectifs de l’hégémon dans tout ce désordre, à l’exception de la guerre : provoquer une fissure irréparable entre la Russie et l’UE, sous les auspices de l’OTAN ; faire échouer le pipeline Nord Steam 2 ; et augmenter les profits du complexe militaro-industriel dans le domaine de l’armement.

La question clé est donc de savoir si Moscou serait capable d’appliquer une manœuvre à la Sun Tzu sans se laisser entraîner dans une guerre chaude dans le Donbass.

Sur le terrain, les perspectives sont sombres. Denis Pouchiline, l’un des principaux dirigeants des Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, a déclaré que les chances d’éviter la guerre étaient « extrêmement faibles ». Le sniper serbe Dejan Beric – que j’ai rencontré à Donetsk en 2015 et qui est un expert certifié sur le terrain – s’attend à une attaque de Kiev début mai.

Le très controversé Igor Strelkov, que l’on peut qualifier d’exposant du « socialisme orthodoxe », critique acerbe des politiques du Kremlin et qui est l’un des très rares chefs de guerre ayant survécu après 2014, a déclaré sans équivoque que la seule chance de paix est que l’armée russe contrôle le territoire ukrainien au moins jusqu’au fleuve Dniepr. Il souligne qu’une guerre en avril est « très probable » ; pour la Russie, une guerre « maintenant » vaut mieux qu’une guerre plus tard ; et il y a 99 % de chances que Washington ne se batte pas pour l’Ukraine.

Sur ce dernier point au moins, Strelkov n’a pas tort : Washington et l’OTAN veulent une guerre menée jusqu’au dernier Ukrainien.

Rostislav Ischenko, le meilleur analyste russe de l’Ukraine que j’ai eu le plaisir de rencontrer à Moscou fin 2018, soutientde manière convaincante que « la situation diplomatique, militaire, politique, financière et économique globale impose puissamment aux autorités de Kiev d’intensifier les opérations de combat dans le Donbass ».

« D’ailleurs, ajoute Ischenko, les Américains se fichent éperdument de savoir si l’Ukraine tiendra un certain temps ou si elle sera réduite en miettes en un instant. Ils pensent qu’ils ont tout à gagner de l’une ou l’autre issue ».

Il faut défendre l’Europe

Imaginons le pire dans le Donbass. Kiev lance sa blitzkrieg. Les services secrets russes documentent tout. Moscou annonce instantanément qu’elle utilise toute l’autorité conférée par le Conseil de Sécurité des Nations unies pour faire respecter le cessez-le-feu de Minsk 2.

En l’espace de 8 heures ou 48 heures maximum, les forces russes réduisent en miettes tout le dispositif de la blitzkrieg et renvoient les Ukrainiens dans leur bac à sable, qui se trouve à environ 75 km au nord de la zone de contact établie.

Dans la mer Noire, d’ailleurs, il n’y a pas de zone de contact. Cela signifie que la Russie peut envoyer tous ses sous-marins avancés et sa flotte de surface n’importe où autour du « lac russe » : Ils sont de toute façon déjà déployés.

Une fois de plus, Martyanov recadre les choses lorsqu’il prédit, en se référant à un groupe de missiles russes développés par le bureau d’études Novator : « L’écrasement du système de commandement et de contrôle des Ukies est une question de quelques heures, que ce soit près de la frontière ou dans la profondeur opérationnelle et stratégique des Ukies. Fondamentalement, l’ensemble de la « marine » ukrainienne vaut moins que la salve de 3M54 ou 3M14 qui sera nécessaire pour la couler. Je pense que quelques Tarantul suffiront à l’achever dans ou près d’Odessa et à donner à Kiev, en particulier à son quartier général, un avant-goût des armes modernes de combat ».

La question absolument essentielle, sur laquelle on ne saurait trop insister, est que la Russie ne va pas (mes italiques) « envahir » l’Ukraine. Elle n’a pas besoin de le faire, et elle ne le veut pas. Ce que Moscou fera à coup sûr, c’est soutenir les républiques populaires de Novorossiya en leur fournissant du matériel, des renseignements, des moyens de guerre électronique, le contrôle de l’espace aérien et des forces spéciales. Même une zone d’exclusion aérienne ne sera pas nécessaire ; le « message » sera clair : si un avion de chasse de l’OTAN se présentait près de la ligne de front, il serait sommairement abattu.

Et cela nous amène au « secret » que l’on ne murmure que dans les dîners informels à Bruxelles et dans les chancelleries de toute l’Eurasie : les marionnettes de l’OTAN n’ont pas les couilles d’entrer dans un conflit ouvert avec la Russie.

C’est une chose d’avoir des chiens jappant comme la Pologne, la Roumanie, le gang balte et l’Ukraine amplifiés par les médias corporatistes sur leur scénario « d’agression russe ». En fait, l’OTAN a reçu un coup de pied au derrière collectif sans ménagement en Afghanistan. Elle a tremblé lorsqu’elle a dû combattre les Serbes à la fin des années 1990. Et dans les années 2010, elle n’a pas osé combattre les forces de Damas et de l’Axe de la Résistance.

Quand tout échoue, le mythe prévaut. C’est ainsi que l’armée américaine occupe certaines parties de l’Europe pour la « défendre » contre – qui d’autre ? – ces maudits Russes.

C’est la raison d’être de l’opération annuelle DEFENDER-Europe 21 de l’armée américaine, qui se déroule actuellement jusqu’à la fin du mois de juin et mobilise 28 000 soldats des États-Unis et de 25 alliés et « partenaires » de l’OTAN.

Ce mois-ci, les hommes et les équipements lourds prépositionnés dans trois dépôts de l’armée américaine en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas seront transférés vers de multiples « zones d’entraînement » dans 12 pays. Oh, les joies du voyage, pas de confinement dans un exercice en plein air puisque tout le monde a été vacciné contre le Covid-19.

Pipelineistan uber alles

Nord Stream 2 n’est pas une grosse affaire pour Moscou ; c’est au mieux un inconvénient du Pipelineistan. Après tout, l’économie russe n’a pas gagné un seul rouble grâce à ce gazoduc qui n’existait pas encore dans les années 2010 – et pourtant, elle s’en est bien sortie. Si le NS2 est annulé, il y a des plans sur la table pour rediriger la majeure partie des expéditions de gaz russe vers l’Eurasie, en particulier la Chine.

Parallèlement, Berlin sait très bien que l’annulation du NS2 serait une rupture de contrat extrêmement grave – impliquant des centaines de milliards d’euros ; c’est l’Allemagne qui a demandé la construction du gazoduc en premier lieu.

L’Energiewende (politique de « transition énergétique ») de l’Allemagne a été un désastre. Les industriels allemands savent très bien que le gaz naturel est la seule alternative à l’énergie nucléaire. Ils n’apprécient pas vraiment que Berlin devienne un simple otage, condamné à acheter du gaz de schiste ridiculement cher à l’hégémon – en supposant même que l’hégémon soit en mesure de le livrer, car son industrie de fracturation est en ruine. Merkel expliquant à l’opinion publique allemande pourquoi elle doit revenir à l’utilisation du charbon ou acheter du gaz de schiste aux États-Unis sera un spectacle à voir.

En l’état actuel des choses, les provocations de l’OTAN à l’encontre de NS2 se poursuivent sans relâche – via des navires de guerre et des hélicoptères. NS2 avait besoin d’un permis pour travailler dans les eaux danoises, et il a été accordé il y a seulement un mois. Même si les navires russes ne sont pas aussi rapides dans la pose de tuyaux que les précédents navires de la société suisse Allseas, qui a fait marche arrière, intimidée par les sanctions américaines, le Fortuna russe progresse régulièrement, comme l’a noté l’analyste Petri Krohn : un kilomètre par jour dans ses meilleurs jours, au moins 800 mètres par jour. Avec 35 km restants, cela ne devrait pas prendre plus de 50 jours.

Les conversations avec les analystes allemands révèlent un fascinant jeu d’ombres sur le front énergétique entre Berlin et Moscou – sans parler de Pékin. Comparez cela avec Washington : Les diplomates européens se plaignent qu’il n’y a absolument personne avec qui négocier concernant le NS2. Et même en supposant qu’il y ait une sorte d’accord, Berlin est enclin à admettre que le jugement de Poutine est correct : les Américains ne sont « pas capables de conclure un accord ». Il suffit de regarder le bilan.

Derrière le brouillard de la guerre, cependant, un scénario clair émerge : le combo État profond/OTAN utilise Kiev pour déclencher une guerre comme un laissez-passer pour finalement enterrer NS2, et donc les relations germano-russes.

Dans le même temps, la situation évolue vers un nouvel alignement possible au cœur de « l’Occident » : Les États-Unis et le Royaume-Uni opposés à l’Allemagne et à la France. Certaines exceptionnels de l’Anglosphère sont certainement plus russophobes que d’autres.

La rencontre toxique entre la Russophobie et le Pipelineistan ne sera pas terminée, même si le NS2 est achevé. Il y aura d’autres sanctions. Il y aura une tentative d’exclure la Russie de SWIFT. La guerre par procuration en Syrie va s’intensifier. L’hégémon ne reculera devant rien pour continuer à créer toutes sortes de harcèlements géopolitiques contre la Russie.

Quelle belle opération de remue-ménage pour détourner l’attention de l’opinion publique nationale de l’impression massive de monnaie masquant un effondrement économique imminent. Alors que l’empire s’effondre, le récit est gravé dans la pierre : tout est de la faute de « l’agression russe ».

Pepe Escobar

 

Article original en anglais : Ukraine redux: war, Russophobia and Pipelineistan, Asia Times, le 7 avril 2021.

traduit par Réseau International



Articles Par : Pepe Escobar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]