Un article jette une nouvelle lumière sur la fabrication d’accusations contre Strauss-Kahn

Un article rédigé par le journaliste d’investigation de longue date Edward Epstein Jay et publié dans le New York Review of Books, jette une nouvelle lumière sur l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, l’ancien chef du Fonds monétaire international, en mai dernier à New York suite à de fausses accusations de viol.

L’article suggère que cette arrestation pourrait avoir été le produit d’une opération d’infiltration montée avec la connaissance de hauts responsables du gouvernement français, notamment du principal conseiller en matière de renseignements du président Nicolas Sarkozy.

Strauss-Kahn était à l’époque le favori pour la nomination présidentielle du Parti socialiste (PS) français, et en avance sur Sarkozy dans les sondages pour l’élection de l’an prochain. Son arrestation a conduit à sa démission en tant que directeur général du FMI et à la sélection de François Hollande comme président du PS, un candidat beaucoup moins populaire pour occuper la présidence du parti.

L’aspect le plus remarquable de l’article d’Epstein est de constater combien son enquête est sans particularité. Il n’y a en effet pas de percée sensationnelle et aucun nouveau témoin ou inattendu, seulement une compilation minutieuse des données disponibles des tribunaux et des dossiers publics. Sur cette base, Epstein souligne de nombreuses contradictions entre les faits documentés et le récit donné par Nafissatou Diallo, la femme de ménage employée à l’hôtel de luxe Sofitel et qui affirmait y avoir été violée par Strauss-Kahn.

Epstein est un journaliste d’investigation dont l’expérience remonte à son livre-analyse sur l’assassinat de John F. Kennedy, Inquest, et dans lequel il réfute les allégations de la Commission Warren selon lesquelles Lee Harvey Oswald était un assassin solitaire. Ce qu’il fait dans la New York Review of Books aurait pu être fait par le New York Times ou l’un des grands réseaux de télévision. Mais pour cela il eut fallu que ceux-ci souhaitent rapporter la vérité sur l’affaire Strauss-Kahn.

Ces médias ont en effet mené une chasse aux sorcières dans leurs reportages sur l’affaire de viol supposé, qui s’est finalement effondrée après que le bureau du District Attorney de New York se soit trouvé dans l’impossibilité de dissimuler les contradictions flagrantes des dépositions de Diallo. Pas plus le Times que les réseaux n’ont parlé de l’article d’Epstein, bien que des comptes-rendus sur celui-ci aient été publiés en ligne et par les agences de presse.

Epstein a établi la chronologie détaillée des événements du 14 mai 2011 – fondée sur l’utilisation des cartes d’accès utilisées par le personnel et les clients, les relevés de téléphone cellulaire, et les bandes vidéo horodatées des caméras de surveillance. La rencontre sexuelle entre Strauss-Kahn et Diallo n’aurait pu avoir lieu que lors d’un intervalle de sept minutes, entre 12 h 06, moment où Diallo entre dans la suite de Strauss-Kahn, et 12 h 13, moment où celui-ci effectue un appel téléphonique à sa fille, Camille.

L’article note qu’un employé masculin de l’hôtel a utilisé sa carte d’accès pour entrer dans la suite de Strauss-Kahn une minute avant Diallo, ce qui rend l’agression sexuelle encore moins plausible. Cet employé, Syed Haque, travaillait pour le service de chambre et devait ramasser les plats de la suite. La carte d’accès n’enregistre que les entrées dans les chambres, mais non les sorties. On ne peut donc savoir si cet employé était dans la suite quand Diallo est entrée, ou pendant la rencontre sexuelle présumée. Haque a refusé de parler avec les avocats de Strauss-Kahn.

Epstein attire ensuite l’attention sur les dossiers des cartes d’accès d’une chambre adjacente, le 2820, où Diallo est entrée avant d’aller dans la suite de Strauss-Kahn, puis de nouveau après le supposé « viol », avant d’informer la sécurité de l’hôtel qu’elle avait été agressée. Dans ses déclarations aux procureurs, Diallo a menti à plusieurs reprises à propos du fait qu’elle était allée dans la chambre 2820 avant et après l’événement, jusqu’à ce que les dossiers des cartes d’accès aient été produits.

Les procureurs décrivent comme « inexplicable » la décision de Diallo de dissimuler ses visites à la chambre 2820, notant dans leur requête de rejet que si elle avait fait mention de ces visites, la chambre aurait été fouillée comme faisant partie de la scène du crime.

Epstein écrit : « Compte tenu des témoignages contradictoires de Diallo, tout ce que nous savons vraiment à propos de ce qui s’est passé dans la chambre 2820 adjacente, c’est que Diallo y est allée une fois avant sa rencontre avec DSK, puis une fois après, et qu’elle a omis de mentionner cette dernière visite lors de son témoignage sous serment devant le grand jury. Nous ne savons toujours pas s’il y avait quelqu’un dans la chambre 2820 lorsqu’elle s’y est rendue à nouveau après sa rencontre avec DSK, ou si, avant que la police n’arrive, quelqu’un l’ait influencée pour qu’elle omette toute mention de la chambre 2820. »

L’implication claire toutefois est que cette chambre à proximité aurait servi de point de commandement pour une opération d’infiltration contre Strauss-Kahn, où Diallo se serait rapportée à ses acolytes avant et après la supposée « agression ». Sofitel a refusé de divulguer qui occupait la chambre 2820 ce jour-là, invoquant des raisons de confidentialité.

Epstein suggère que les personnes qui dirigeaient Diallo et orchestraient le coup monté étaient liées à l’administration Sarkozy en France. Il note que lorsque John Sheehan, directeur de la sécurité à l’hôtel, a été alerté du « viol » rapporté, il a appelé un numéro de téléphone commençant avec l’indicatif régional 646 au groupe Accor, la société française propriétaire de Sofitel.

Le patron de Sheehan chez Accor, René-Georges Querry, est un ancien haut fonctionnaire de la police française qui, écrit Epstein, « a travaillé dans la police étroitement avec Ange Mancini, l’actuel coordonnateur du renseignement auprès du président Sarkozy. Querry, au moment où Sheehan a fait son appel dans le 646, se rendait à un match de football à Paris dans la loge du président Sarkozy. »

On pourrait facilement conclure de cette chaîne de relations que la nouvelle de l’arrestation de Strauss-Kahn aurait pu être communiquée directement au président français.

Une autre possibilité soulevée par Epstein est que Sheehan aurait appelé un agent de sécurité de rang inférieur chez Accor, Xavier Graff, qui a été plus tard suspendu par l’entreprise après la révélation qu’il s’est vanté dans un courriel à un ami qu’il avait aidé à « faire tomber » Strauss-Kahn.

La preuve la plus extraordinaire rapportée dans l’article d’Epstein concerne les actions de Brian Yearwood, l’ingénieur d’hôtel, et de celles d’un homme non identifiable, semblant être un agent de sécurité, tous deux vus sur une vidéo alors qu’ils accompagnent Nafissatou Diallo au bureau de la sécurité où elle a signalé agression. Ce n’est environ qu’une heure plus tard que le bureau de sécurité a appelé la police au 911, un délai noté par Epstein comme bizarre et inexpliqué.

Deux minutes après que l’appel au 911 a été placé, mêlant du coup officiellement la police dans l’affaire et assurant la diffamation et l’humiliation publique de Strauss-Kahn, Yearwood et l’homme non identifié apparaissent sur une bande vidéo de sécurité se donnant à chacun un « high-five » et effectuant ce que les avocats de Strauss -Kahn ont décrit comme une danse de la victoire. Que célébraient-ils?

D’autres aspects de cette affaire soulèvent également des questions, selon Epstein. Strauss-Kahn avait été informé cette journée-là que des collaborateurs de Sarkozy avaient lu ses courriels privés, ce pour quoi il avait par conséquent demandé une analyse technique de son BlackBerry du FMI. Ce Blackberry a ensuite disparu, et sa localisation GPS a cessé de fonctionner à 12 h 51. L’appareil n’a toujours pas été retrouvé.

Un autre mystère est le long délai écoulé avant que la victime du viol présumé obtienne un traitement médical. Comme écrit Epstein : « Après qu’elle ait dit qu’elle avait été victime d’une agression sexuelle brutale et soutenue, il est difficile de comprendre comment le personnel de sécurité aurait exclu qu’elle puisse exiger des soins médicaux immédiats. Mais ce n’est pourtant pas avant 13 h 31, donc plusieurs minutes après avoir reçu le message de Sheehan, que le personnel de sécurité a logé un appel au 911. Elle n’est arrivée au St. Luke’s Hospital qu’à 15 h 57, donc près de quatre heures après la présumée agression. »

Toutes ces questions soulevées par Epstein remettent en cause la décision d’inculper Strauss-Kahn et la frénésie des médias dans cette affaire. Comme le World Socialist Web Site l’a souligné à l’époque, des droits démocratiques de base étaient en jeu, dont la présomption d’innocence.

L’accusation s’est précipitée pour inculper Strauss-Kahn avant que les preuves puissent être examinées et évaluées objectivement, de façon à accomplir sa destruction politique. Cet objectif était partagé par l’administration Obama, qui était en conflit avec le directeur du FMI dans le domaine de la politique économique mondiale, de même que par le gouvernement Sarkozy en France.

Les médias contrôlés par la grande entreprise ont été mobilisés à cet effet, de même que leurs acolytes petits-bourgeois des publications « de gauche », de Nation à Socialist Worker. Ce n’est pas la première fois, pas plus que cela ne sera la dernière, qu’un scandale sexuel sordide a été utilisé pour réglementer les affaires internes de la bourgeoisie impérialiste.

Strauss-Kahn reste bien sûr un représentant de la grande entreprise, et ne diffère pas de Sarkozy, d’Obama ou de tout autre politicien capitaliste à cet effet. Mais une mise en garde s’impose cependant : si un tel traitement brutal et une telle affaire fabriquée peuvent être imposés à un tel individu, à quoi l’élite dirigeante peut être prête contre des individus de la classe ouvrière qui n’ont pas accès comme Strauss-Kahn à des millions de dollars et à un soutien juridique onéreux?

Article original, WSWS, paru le 30 novembre

L’auteur recommande également :

Les questions sérieuses soulevées par l’affaire Dominique Strauss-Kahn
[20 mai 2011]

Les leçons politiques à tirer de l’affaire Strauss-Kahn
[7 juillet 2011]



Articles Par : Patrick Martin

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]