Un émissaire américain* lance un avertissement aux autorités libanaises : “Tirez les leçons de Gaza”

Le Liban a confirmé la position du Hezbollah, à savoir que le calme ne sera rétabli à la frontière QUE si l'assaut israélien contre Gaza prend fin & si Israël respecte lui aussi l'accord frontalier.

Washington continue de faire pression sur le Liban pour qu’il retire ses troupes du Hezbollah de la frontière sud du pays.

*

Les médias libanais ont rapporté le 16 janvier que le conseiller principal de la Maison Blanche, Amos Hochstein, a menacé le Liban de guerre lors de sa visite dans le pays la semaine dernière, qui visait à désamorcer les tensions et à rétablir le calme à la frontière sud.

Selon un rapport d’Al-Akhbar, lors d’une réunion entre Hochstein, le Premier ministre libanais Najib Mikati et le ministre des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib, ainsi que d’autres responsables libanais et américains, l’envoyé américain a appelé les autorités libanaises à

“évacuer les combattants du Hezbollah sept kilomètres au-delà de la Ligne bleue” et à “se faire remplacer par l’armée libanaise afin de permettre aux Israéliens de retourner dans les colonies du nord évacuées au début de la guerre”.

“Si les Israéliens retournent dans leurs maisons au nord et ouvrent leurs fenêtres le matin, qui verront-ils devant eux ? Le Hezbollah”, a déclaré M. Hochstein à des responsables libanais.

“Il n’est pas nécessaire de retirer le Hezbollah au nord du fleuve Litani”, a déclaré M. Hochstein, comme le stipule la résolution 1701 des Nations unies.

Selon le rapport d’Al-Akhbar, Hochstein a ensuite déclaré

“sur un ton qui n’était pas dépourvu de menace implicite” que “sinon, Israël lancera une guerre contre le Hezbollah, qui, avec le Liban, doit tirer les leçons de ce qui s’est passé à Gaza”.

Les responsables libanais auraient répondu à M. Hochstein en confirmant la position du Hezbollah, à savoir que le calme ne pourra être rétabli à la frontière sud que si l’assaut israélien contre la bande de Gaza prend fin. Ils ont également confirmé leur volonté de voir le Liban appliquer officiellement la résolution 1701, à condition qu’Israël accepte également d’appliquer pleinement l’accord.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 1701 après la guerre de 2006 au Liban, interdisant toute présence militaire dans la zone située entre le fleuve Litani et la frontière avec Israël, à l’exception de l’armée libanaise et des forces internationales de maintien de la paix de la FINUL.

En 2022, le Hezbollah a rétabli une présence significative de bataillons et de brigades au sud du fleuve Litani et à la frontière israélienne, en réponse aux violations et empiètements israéliens continus de la souveraineté du Liban, qui ont eu lieu au cours des années qui ont suivi la guerre de 2006.

Le rapport d’Al-Akhbar indique qu’il y a eu 30 000 violations israéliennes terrestres, aériennes et maritimes depuis 2006. Le quotidien ajoute que la création d’une zone démilitarisée à la frontière libanaise doit également dépendre de la pleine application par Tel-Aviv de la résolution 1701.

Cependant, il existe également 13 points frontaliers contestés en territoire libanais occupé : le point B1-Naqoura, les fermes de Shebaa, les collines de Kfar Shuba et la ville de Ghajar.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah frappe les sites militaires israéliens à la frontière en solidarité avec Gaza et sa Résistance.

Les tirs croisés à la frontière libanaise, qui ont commencé au début des hostilités, se sont intensifiés à la suite d’une frappe israélienne sur Beyrouth au début du mois et de l’assassinat d’un haut commandant du Hezbollah une semaine plus tard.

La résistance libanaise a réagi en attaquant des centres de commandementisraéliens stratégiques, déclenchant une recrudescence des frappes aériennes israéliennes violentes et aveugles sur le Liban, qui se poursuivent depuis le mois d’octobre.

Alors que Tel-Aviv affirme vouloir mettre fin aux combats par voie diplomatique, il n’a montré aucune intention ou volonté de mettre en œuvre la résolution 1701 de son côté de la frontière.

 

* un émissaire américain né en Israël, ce qui laisse songeur sur ce que Washington met effectivement en avant lors de ces “négociations diplomatiques” avec le Liban et le Hezbollah concernant le génocide perpétré à Gaza par Israël.

 

Article original en anglais :‘Learn from Gaza,’ US envoy warns Lebanese officials, The Cradle, le 16 janvier 2023.

Traduction : Spirit of Free Speech



Articles Par : The Cradle

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]