Un membre de l’administration Obama réclame «l’infiltration cognitive» des «groupes de conspiration sur le 11 septembre»

Dans un article académique de 2008, la personne nommée par le président Barack Obama à la tête de l’Office of Information and Regulatory Affairs (Bureau de l’Information et des Affaires réglementaires) a recommandé l’« infiltration cognitive » des groupes qui mettaient en oeuvre la promotion des « théories de conspiration » comme celles entourant le 11 septembre.

Cass Sunstein, professeur de droit à Harvard, est le co-auteur de cet article intitulé « Conspiracy Theories: Causes and Cures » (Les théories de conspiration : les causes et les remèdes), dans lequel il soutient que le gouvernement devrait infiltrer furtivement les groupes présentant des théories alternatives sur des événements historiques par le biais des « forums de discussion, des réseaux sociaux en ligne ou même des groupes en espaces réels et tenter de miner » ces groupes.

À titre de directeur de l’Office of Information and Regulatory Affairs, M. Sunstein est responsable de la « supervision des politiques liées à la vie privée, de la qualité de l’information et des programmes statistiques », selon le site Web de la Maison-Blanche.

 
M. Sunstein

L’article de M. Sunstein, publié dans le Journal of Political Philosphy en 2008 et découvert récemment par le blogueur Marc Estrin, stipule : « [N]otre principale affirmation est que les théories de conspiration découlent non pas de l’irrationalité ou de la maladie mentale, mais d’une “épistémologie invalide”, venant sous la forme d’un nombre extrêmement limité de sources informationnelles (pertinentes) ».

Par « épistémologie invalide », M. Sunstein veut dire que les personnes croyant aux théories de conspiration ont un nombre limité de sources d’information auxquelles elles font confiance. Par conséquent, M. Sunstein avance dans l’article que le simple fait de réfuter les théories de conspiration en public ne fonctionnerait pas : il faudrait infiltrer les sources mêmes en lesquelles les théoriciens de conspiration croient.

M. Sunstein, dont l’article se concentre largement sur les théories de conspiration du 11 septembre, suggère que le gouvernement « enrôle des représentants non gouvernementaux afin de réfuter ces théories. Cela pourrait garantir que ce sont des experts indépendants crédibles qui présentent la contestation plutôt que des administrateurs gouvernementaux. Il existe toutefois un compromis entre la crédibilité et le contrôle. Le prix de la crédibilité est que l’on ne peut pas voir que le gouvernement contrôle les experts indépendants.

Téléchargez l’article en PDF ici.

M. Sunstein a par ailleurs soutenu que « le gouvernement pourrait employer des tactiques (légales) pour briser les groupes cognitifs serrés qui mettent de l’avant des théories extrêmes ». Il a suggéré que les « agents du gouvernement (et leurs alliés) se joignent à des forums de discussion, à des réseaux sociaux en ligne ou même à des groupes en espaces réels et tentent de miner des théories de conspiration en propagation en soulevant des doutes à propos de leurs fondements factuels, de leur logique causale ou de leur incidence pour l’action politique ».

« Nous nous attendons à de telles tactiques de la part d’agents d’infiltration ou du FBI, écrit M. Estrin sur Rag Blog, exprimant sa surprise quant à l’appui d’une telle stratégie par un « conseiller présidentiel de haut rang ».

M. Estrin souligne que, M. Sunstein préconise l’infiltration de groupes « extrémistes » afin de saper la confiance de ces groupes au point où « les nouvelles recrues seront suspectes et les participants des réseaux virtuels de ces groupes douteront de la bonne foi l’un de l’autre ».

M. Sunstein a été lui-même la cible de nombreuse « théories de conspiration », principalement de la chambre d’écho politique de droite et des émissions de chaises conservatrices prétendant qu’il est en faveur du décret d’un “second Bill of Rights”, lequel abolirait le deuxième amendement. Le dernier livre de M. Sunstein, « On Rumors: How Falsehoods Spread, Why We Believe Them, What Can Be Done » (Les rumeurs : comment les mensonges se propagent, pourquoi nous les croyons, ce que nous pouvons faire) a été critiqué par certaines personnes de droite et qualifié de « plan directeur pour la censure en ligne ».

M. Sunstein « désire détenir des blogues et des hébergeurs Web responsables des remarques des commentateurs sur les sites Web, tout en changeant les lois sur la diffamation afin qu’il soit plus facile d’intenter un procès pour propagation de “rumeurs”, écrit Ed Lasky sur American Thinker.

Article en anglais : Obama Staffer Calls for « Cognitive Infiltration » of  » 9/11 Conspiracy Groups », publication originale, le 15 janvier 2010.

Traduction de l’anglais : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca. 



Articles Par : Daniel Tencer

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]