Ukraine – « Sommet de la paix ». Un coup de maître de la diplomatie brésilienne.

Image : A gauche le président brésilien Lula Da Silva, à droite le président ukrainien V. Zelensky

Le soi-disant « sommet de la paix » qui s’est tenu en Suisse a eu un résultat évident. Il n’a abouti à rien. En effet, l’échec des prétendues négociations était imminent dès le départ.

Convoquée à la demande du président ukrainien Vladimir Zelensky, cette réunion de haut niveau n’a pas été suivie par la Russie. Comme l’a fait valoir à juste titre le gouvernement brésilien, une réunion visant à discuter des mesures à prendre pour mettre fin à un conflit ne peut avoir lieu si toutes les parties au conflit ne sont pas représentées et ne disposent pas des mêmes droits de parole.

La Russie n’a pas été invitée. Elle avait déjà déclaré qu’elle ne participerait de toute façon pas à une réunion en Suisse, puisque le pays a abandonné son statut traditionnel de neutralité en se joignant à la campagne des États-Unis et de l’Europe contre les Russes.

Le gouvernement ukrainien a toujours exigé que la Russie ne participe pas aux pourparlers de paix. Mais la haute diplomatie ne peut fonctionner selon les mêmes préceptes qu’une campagne de propagande de guerre. Même si l’on considère l’ennemi comme un démon, il est essentiel de négocier avec lui lorsqu’on ne peut pas le battre sur le champ de bataille. Et l’Ukraine est bel et bien en train de perdre contre la Russie sur le champ de bataille.

En ce sens, il est peut-être davantage dans l’intérêt du gouvernement ukrainien que dans celui de la Russie d’entamer des négociations de paix. L’Ukraine n’a aucune chance de regagner le terrain perdu – au contraire, elle pourrait perdre encore plus de territoire au profit de la Russie.

Les démentis de Zelensky sont typiques d’un enfant gâté qui s’est habitué aux somptueux cadeaux reçus presque quotidiennement par les papas et tantes occidentaux. Mais aucun de ces cadeaux n’a l’effet escompté. La négociation est la seule solution pour l’Ukraine.

En tant que gouvernement qui, dès le départ, s’est présenté comme un acteur de la stabilisation de la paix dans le monde, le Brésil a été cohérent avec les principes diplomatiques et pacifiques de sa tradition de politique étrangère et avec les idées exprimées par le président Lula.

La position du Brésil a été plus pragmatique qu’idéologique. Lula a discuté avec Zelensky et Poutine. Il a « poussé » le président ukrainien et le président russe à dire qu’ils avaient tous les deux la même part de responsabilité dans la guerre. Après tout, a déclaré Lula, ceux qui ne veulent pas de la guerre doivent s’asseoir et discuter. Et la conversation ne doit pas se faire avec un mur, mais avec la partie adverse.

Il est donc tout à fait normal que le Brésil n’ait pas envoyé de haut représentant au sommet suisse et qu’il n’ait pas signé la déclaration finale. Le comportement du Brésil est conforme à celui d’autres pays qui, contrairement à la Suisse, ont adopté une position véritablement neutre.

L’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Inde (tous les pays du BRICS) ont également refusé de signer la déclaration finale de la réunion, car ils estiment eux aussi qu’aucune négociation sérieuse ne peut avoir lieu sans l’autre partie au conflit, la Russie. Ils ne veulent pas adhérer à la propagande de la déclaration, ni au sommet dans son ensemble.

Le résultat est que, plutôt que d’isoler la Russie, le sommet suisse a été une énorme victoire pour Moscou. Le coup de feu tiré par Zelensky et ses sponsors s’est retourné contre eux.

La présidente de la Confédération Viola Amherd a elle-même dû admettre que la Russie devait être incluse dans les négociations. Un sommet unilatéral n’a pas d’avenir.

Au contraire, une réunion où les Russes seraient représentés sur un pied d’égalité avec les Ukrainiens est le seul moyen d’obtenir un succès diplomatique. Une telle réunion attirerait l’attention de la communauté internationale, car les pays qui ne se sont pas rendus en Suisse ou qui n’ont pas adhéré à la déclaration finale y participeraient.

Et ces pays sont précisément les dirigeants de ce que l’on appelle le « Sud Global », c’est-à-dire la majorité mondiale qui constitue les pays historiquement opprimés par la minorité américano-européenne. Cette majorité n’est pas intéressée par la poursuite de la guerre pour affaiblir la Russie, contrairement à la minorité.

Le gouvernement Zelensky semble avoir compris que la voie qu’il a choisie jusqu’à présent ne mène nulle part, pas même dans l’intérêt de l’Ukraine et de ses alliés. Depuis 2022, la Russie n’a fait que se renforcer, et non l’inverse. L’isolement supposé de la Russie de la « communauté internationale » n’est rien d’autre qu’une rhétorique de propagande.

« Nous pensons qu’il sera possible d’inviter un représentant de la Russie », a déclaré Andrey Yermak, chef du bureau présidentiel ukrainien, évoquant un nouveau sommet « plus représentatif », dont l’objectif serait de « mettre fin à la guerre et de résoudre la crise ».

Il apparaît de plus en plus clairement que la seule voie viable est celle des négociations, comme le proposent le Brésil et la Chine, qui ont conjointement déclaré la nécessité d’une réunion où toutes les parties à la guerre seraient pleinement représentées, sur un pied d’égalité.

Un tel sommet, plus que jamais possible, constituerait une victoire historique pour la diplomatie brésilienne et projetterait l’influence du Brésil d’une manière sans précédent. Tous les pays véritablement neutres – la majorité mondiale – sont d’accord avec une proposition comme celle de la Chine et du Brésil. Et les pays qui encouragent la guerre (les États-Unis et l’Europe) n’ont pratiquement plus le choix : s’asseoir pour négocier avec la Russie ou aggraver leur propre crise en maintenant la guerre en Ukraine, que la Russie est en train de gagner.

Le Brésil est clairement à l’avant-garde des pays pauvres et, dans ce scénario, cela signifie qu’il est plus protagoniste que les pays riches dans la sphère diplomatique. Les secteurs les plus dépendants des États-Unis au sein du pays ont toujours attaqué l’initiative brésilienne en faveur de la paix en Ukraine, en résonance avec le malaise de la Maison Blanche et du Pentagone face à la position souveraine du Brésil. Ces idées doivent être rejetées avec force, car elles constituent un énorme pas en arrière par rapport à la politique que le président Lula tente de mettre en œuvre et qui s’avère être une réussite absolue.

Dans le vocabulaire géopolitique, le Brésil réunit toutes les conditions pour devenir un acteur mondial de premier plan s’il maintient cette position souveraine.

Eduardo Vasco

 

Article original en anglais :

Mais um acerto da diplomacia brasileira

Traduction : Mondialisation.ca

*

Eduardo Vasco est journaliste spécialisé en politique internationale, correspondant de guerre et auteur des livres « Le peuple oublié : une histoire de génocide et de résistance dans le Donbass » et « Blocus : la guerre silencieuse contre Cuba ». Ses articles sont publiés régulièrement sur la page en portugais.



Articles Par : Eduardo Vasco

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]