Un pape hors de l’histoire

Région :

Un pape désespéré : ainsi se souviendra-t-on de Benoît XVI. Chacune de ses paroles est inspirée par une vision sombre, quasi wagnérienne, du monde où il lui échoit de vivre et régner : rien ne sauve de la modernité. Il a pour l’univers de la technique une aversion thomiste heideggérienne et, grâce à la technologie de la communication de masse, il ne cesse de dénoncer le nihilisme de la technologie. Le présent paraît être pour lui un désert de sentiments et de valeurs dont le relativisme l’angoisse.
 

Le dernier exemple de ce désespoir démesuré nous vient du discours qu’il a tenu hier matin aux évêques européens : oublieuse des valeurs chrétiennes, l’Europe risquerait « l’apostasie d’elle-même, avant celle de Dieu ». «Apostasie» est un mot grave, dramatique, d’un Julien empereur*. Il évoque un hara-kiri moral. Cependant, il n’exprime ici qu’un vieux syllogisme tautologique : si l’essence de l’Europe est sa chrétienté, quand l’Europe arrête d’être chrétienne, elle cesse d’être Europe, exactement comme si tous les hommes sont des bipèdes, et Socrate est humain, alors Socrate est un bipède. Pour le pontife, le moderne est la voie au suicide, même physique, de la civilisation occidentale : « sous l’angle de la démographie » de fait l’Europe s’acheminerait « à prendre congé de l’histoire ». On s’attendrit de voir que celui qui nous prédit notre long congé de l’histoire soit celui qui préside une religion en piqué depuis 40 ans : aujourd’hui, moins de 30 % des italiens, de 8 % des français et de 6 % des anglais vont à la messe. A lire les chiffres des inscriptions dans les séminaires, il semble que ce soit le clergé catholique, et non pas l’Europe relativiste, qui prenne congé de l’histoire.  Plus qu’un émule de Francis Fukupostasie Fukuyama (qui théorisa dans les années 90 la « fin de l’histoire »), Benoît XVI  semble donc victime du syndrome des Thermopyles : il se voit en moderne Léonidas, dernier bastion  contre le relativisme  éthique.

Tant de désespoir l’aveugle parfois. Il ne réalise pas que ce qui met en déroute l’Eglise catholique en Amérique latine n’est pas le matérialisme, mais les sectes évangéliques : ce qui enterre le dieu catholique ce sont d’autres dieux, pas l’athéisme. Qu’il s’agisse d’Islam, de fécondation assistée ou de Dico**, l’épaisseur de son désespoir lui fait affronter toute bataille comme si c’était Fort Alamo. Le pontife s’enferme ainsi dans une véritable « fièvre identitaire » : la crainte paroxystique de perdre son identité, la défense à tout prix de l’identité (chrétienne). Mais là où passe la rhétorique identitaire, aucune herbe de tolérance ne repousse plus, et ne reste qu’un paysage de ruines, de fondamentalismes ethniques, religieux : en somme, un beau choc de civilisations. La curie commence déjà à douter  de l’opportunité stratégique d’un tel pessimisme : si la situation est si désespérée, la bataille n’est-elle peut-être pas déjà perdue ? Léonidas-Benoît ne risque-t-il pas de nous couler avec lui ? Certes, de nombreux cardinaux regrettent aujourd’hui la décision hâtive du 19 avril 2005, quand ils élurent Joseph Ratzinger au siège de Pierre. Dostoïevski nous l’avait bien dit que le désespoir est luciférien, diabolique.  

Edition de dimanche 24 mars 2007 de il manifesto


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


* l’empereur Julien l’Apostat (331-363) abandonna le christianisme et favorisa le retour au paganisme ; il fut tué lorsque d’une campagne contre les Partes : ce fut la dernière (dramatique) tentative de résurrection des anciens dieux (précision de l’auteur)

** projet de loi sur de loi sur les Droits et devoirs des personnes cohabitant de façon stable, voir en italien:

 http://www.pariopportunita.gov.it/Pari_Opportunita/UserFiles/comunicati-stampa/dico.pdf



Articles Par : Marco d’Eramo

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]