Un pays de criminels de guerre

Les mensonges et les crimes de guerre sont un droit en Amérique

Devant l’escalade de massacres de civils, conséquence à la fois des crimes de guerre perpétrés par des troupes américaines démoralisées et brisées et de l’atroce guerre civile déclenchée par la calamiteuse invasion illégale de l’Irak, le sous-comité au financement de la Défense de la Chambre des Représentants a décidé de dilapider les 50 millions de dollars supplémentaires permettant la poursuite, pendant encore 5 mois, de cette guerre perdue. Nos « représentants » élus sont tellement à la botte du complexe militaro-industriel que malgré l’opprobre jetée sur l’Amérique, malgré son image de pestiférée et malgré sa débâcle militaire, ils refusent de fermer le robinet du financement des marchands de mort par les contribuables.

Les guerres de Bush en Irak et en Afghanistan coûtent au contribuable américain $300,000,000 par jour ! Des guerres perdues. Pourtant, ces imbéciles du Congrès envisagent la prolongation du financement du conflit pour un an. Si on multiplie 300 millions par 365 jours on obtient
$109.500.000.000. Mais cela ne s’arrête pas là. Cette somme énorme ne prend pas en compte le matériel détruit, les vies ruinées et les frais médicaux qu’il faut engager à long terme pour les victimes du conflit, mutilés et autres handicapés.

Doux lecteur, retirez-vous suffisamment de satisfaction du massacre de femmes et d’enfants irakiens qui justifie cette addition ? Assassiner des « enturbannés » est-ce si important pour vous ? Si c’est le cas, vous êtes un malade, tout comme l’ensemble des membres de l’administration Bush.

Bien plus importante est l’information selon laquelle cette guerre a fait, dans la seule ville de Bagdad, 1400 morts le mois dernier. Encore plus important peut-être : avec la résurgence des talibans, le gouvernement Bush a dû mener plus de 750 frappes aériennes en Afghanistan au mois de mai. C’est à dire 25 frappes par jour. Et c’est couru à l’avance, la plupart des victimes sont évidemment des femmes et des enfants.

L’Amérique baigne dans la honte des crimes de guerre. Le massacre scandaleux de civils en précède un autre, qui sera à nouveau démenti ou étouffé jusqu’à ce que des photos et des témoignages viennent révéler la vérité au grand jour.

Les Marines, corps d’armée autrefois respecté, incapables de vaincre la résistance qui les prend pour cible un par un, sont devenus une force militaire frustrée et démoralisée qui se venge en assassinant des bébés de trois mois et des vieilles femmes.

Le Conseil de l’Europe a publié un rapport où il accuse l’administration Bush de kidnapper des « terroristes présumés » et de les remettre en douce à des pays totalitaires où ils seront forcément torturés. Sean McCormick, porte parole du Département d’Etat, dont la tâche consiste à justifier le comportement criminel de l’administration Bush, a déclaré qu’il était « déçu » par ce rapport. Sean semblait sincèrement étonné que la plus ancienne Organisation Politique d’Europe critique le jugement solide de la vertueuse administration Bush ou s’élève contre les violations par les Etats-Unis des lois internationales et des droits de l’Homme.

Et si les Américains peuvent encore se regarder dans une glace, c’est uniquement parce qu’ils sont mal informés et qu’ils n’ont qu’une vague idée des crimes commis en leur nom. Un tiers de la population américaine est persuadée que l’Irak était à l’origine du 11 septembre et que Bush a trouvé des armes de destruction massive en Irak. Apparemment, un important pourcentage de la population croit que l’Iran possède des armes nucléaires et que l’Amérique risque d’être attaquée par l’Iran. Une démocratie ne peut pas fonctionner si le peuple prend sa responsabilité de citoyen tellement à la légère qu’il se complait dans l’ignorance crasse.

Autrefois conservatrices, aujourd’hui proto-nazies, des publications comme « National Review » ou la page éditoriale du Wall Street Journal, ne cessent de faire résonner les tambours de la guerre, comme le font les radios de droite et les organes de propagande des néo-cons tels que le « Weekly Standard » ou « Fox News ». Les quelques vérités qui parviennent à se faufiler dans les brèches de la propagande de guerre sont vite occultées.

Massacre de civils ? oh, seulement quelques fruits pourris. On vous arrangera ça avec des séminaires pour les troupes sur l’éthique militaire et les valeurs essentielles.

Retrait des troupes? dès que cette mission obscure sera terminée. Pas d’armes de destruction massive ? Pas grave. Il nous fallait bien une excuse pour envahir l’Irak et y « installer la démocratie » pour assurer la sécurité de l’Amérique.

L’opinion mondiale ? Il n’y a que notre opinion qui compte.

Le déficit? pas de souci. On peut encore emprunter à la Chine. Notre endettement croissant est bien la preuve que notre puissance fait de nous un débiteur de choix.

Les partisans de Bush accusent de trahison tous ceux qui leur disent la vérité. Les partisans de Bush sont accros à la propagande comme d’autres peuvent l’être à la drogue ou l’alcool. Essayez donc de sevrer les partisans de Bush des mensonges évidents qui sont à la base de ce gouvernement et ils vous traiteront de tous les noms des saints du Paradis.

Ils sont fiers d’être américains. Les mensonges et les crimes de guerre sont un droit en Amérique.

Et vous feriez mieux de la fermer si vous ne voulez pas que ces camps de concentration construits par Halliburton ne deviennent votre nouvelle demeure.

Titre original: « You’d Better Shut Up War Criminal Nation« CounterPunch; June 9, 2006

http://www.counterpunch.org/roberts06092006.html



Articles Par : Dr. Paul Craig Roberts

A propos :

Paul Craig Roberts, former Assistant Secretary of the US Treasury and Associate Editor of the Wall Street Journal, has held numerous university appointments. He is a frequent contributor to Global Research. Dr. Roberts can be reached at http://paulcraigroberts.org

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]esearch.ca