Un profond mouvement antiguerre émerge en Allemagne

Dans un appel en Allemagne, des politiciens, des célébrités et des scientifiques ont rendu public leur mécontentement face au réarmement de la Bundeswehr dans la foulée du conflit en Ukraine. «Cela n’empêche pas de mourir en Ukraine et ne rend pas le monde plus pacifique ou plus sûr», clament-ils. En Allemagne, la population se souvient des bombardements destructeurs sur les principales villes du pays durant la Seconde Guerre mondiale et des victimes civiles et ne veut pas de guerre.

D’outre-Rhin, la guerre reste une réalité palpable et effroyable qui ne provoque pas une excitation à la mener comme ce que nous pouvons le constater, par exemple, actuellement en France à travers certains média dominants. Ces signataires, qui représentent un avis majoritaire dans la population civile, voient avec inquiétude la montée d’ une approche va-t-en-guerre de l’UE et de l’Allemagne poussée par un président ukrainien voulant faire déborder un conflit actuellement limité à l’Ukraine sur les pays de l’UE en forçant à l’intervention de l’Otan.

Ces célébrités, ces scientifiques et ces politiciens s’ opposent au programme spécial de 100 milliards d’euros prévu pour la Bundeswehr. Le gouvernement du SPD, des Verts et du FDP, avec le soutien de la CDU/CSU, prévoit «le plus grand réarmement de l’Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale», dénoncent-ils. L’appel a été lancé, entre autres, par les politiciens du SPD, Andrea Ypsilanti et Jan Dieren, par la politicienne de gauche Julia Schramm et le sociologue Klaus Dörre. Parmi les signataires figurent la théologienne luthérienne Margot Käßmann, les actrices Katja Riemann et Corinna Harfouch, les musiciens Sebastian Krumbiegel et Bela B. ainsi que la figure historique du parti écologiste, Hans-Christian Ströbele, et le député de gauche Gregor Gysi qui est issu de la RDA.

Die Welt précise que le communiqué publié mardi dit également: «L’armement prévu depuis des décennies ne met pas fin aux morts en Ukraine, ne rend pas notre monde plus pacifique et plus sûr. Nous ne pouvons pas nous les permettre au nom de l’avenir». Les signataires de l’appel, militant pour un arrêt de cette euphorie de guerre dans le camp occidental, font savoir que cela n’aide pas non plus le peuple ukrainien car les nouvelles armes ne soutiendraient pas l’Ukraine dans sa lutte et son droit à l’autodéfense. Pour eux, un armement comme moyen de dissuasion n’est pas la bonne voie.

Les dépenses de Défense des 30 pays de l’Otan dépassent déjà les dépenses de la Russie de près de vingt fois, informe le quotidien allemand, ce qui indique bien la mise en place d’un engrenage dangereux qui est en train de s’égarer dans une folie générale pour la question de l’Ukraine. «L’acquisition d’armes conventionnelles telles que des avions de combat et des drones capables d’être armés comme moyen de dissuasion dans le cadre de blocs militaires nucléaires est inutile», martèlent les signataires. Ces derniers sont d’avis qu’ une chose est évidente: «Cette guerre et les terribles images de morts et de destruction en Ukraine ne peuvent pas justifier un changement radical de cap dans la politique étrangère allemande et la plus forte augmentation des dépenses d’armement allemandes depuis la Seconde Guerre mondiale – même à travers une modification de la Loi fondamentale».

Le Spiegel indique que 600 célébrités se battent contre les plans du chancelier allemand, Olaf Scholz de vouloir moderniser la Bundeswehr. Même des responsables politiques situés dans la coalition actuelle du gouvernement allemand se joignent aux signataires qui ont conscience du danger de l’engrenage militaire dans lequel l’Allemagne est en train de sombrer. Ces signataires font fonctionner leur raison et ne sombrent pas aux passions des va-t-en-guerre qui disent que l’Otan doit devenir plus puissante, que l’Allemagne doit s’impliquer davantage. En annonçant un fonds spécial de 100 milliards d’euros pour la Bundeswehr, Olaf Scholz a fait ressurgir un appel antiguerre et antimilitariste dans le pays.

 Olivier Renault



Articles Par : Olivier Renault

A propos :

Olivier Renault, journaliste. Il travaillé, entre autres, pour RUE89, Die Junge Freiheit, des sociétés de production à Berlin et Hambourg pour la télévision allemande...

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]