Une « Europe de la défense » … financée par la spoliation des actifs russes gelés ?

Le Conseil européen ouvre la voie à l’utilisation des bénéfices des actifs russes gelés, autrement dit à leur spoliation. Il est vrai que la guerre atlantiste en Ukraine coûte cher, de plus en plus, et qu’elle ne va pas se terminer demain. Il faut donc financer l’alignement atlantiste de l’UE, pompeusement appelé « Europe de la Défense » ou service extérieur de l’OTAN. C’est un moyen immoral et illégitime, mais l’UE est en guerre, puisque le monde global en a besoin.

Deux informations intéressantes, et liées, viennent de tomber de l’Olympe européen. L’une concerne le montant de l’investissement des pays européens dans le conflit en Ukraine – impressionnant. L’autre, la possible utilisation des bénéfices des actifs russes gelés – il faut bien compenser.

Ainsi, dans son discours lors du Forum 2024 du groupe Banque Européenne d’Investissement, Charles Michel a officialisé des chiffres intéressants, tout en reconnaissant le changement radical de cap de l’UE – sa militarisation.

« Depuis le début de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine, nous avons brisé d’innombrables tabous. Nous faisons ce qui aurait été impensable même quelques jours avant le début de la guerre, en livrant des armes à l’Ukraine par l’intermédiaire de la facilité européenne pour la paix, pour un montant de plus de 5 milliards d’euros. Le soutien militaire apporté à l’Ukraine par l’UE et ses États membres depuis le début de la guerre s’élève à environ 28 milliards d’euros.« 

28 milliards d’euros … L’on comprend, qu’il ne reste plus d’argent pour les autres secteurs, pour les agriculteurs, pour l’hôpital, etc.  Et pour cause, depuis des années, la priorité politique a été donnée à la défense, c’est-à-dire à la guerre.

« Les dépenses de défense des alliés européens ont augmenté en moyenne de plus de 8 % l’année dernière »

Et cela ne date pas de l’année dernière. Ainsi, cette Europe soi-disant créée pour éviter la guerre, a mis en place les structures l’entretenant.

« il s’agit de la neuvième année consécutive d’augmentation des dépenses de défense. En 2022, un quart des dépenses totales en matière de défense, soit près de 60 milliards d’euros, a été consacré à l’investissement dans ce domaine. En d’autres termes, nous pourrions investir au moins 600 milliards d’euros dans la défense au cours des dix prochaines années. »

Vous aviez des doutes sur l’orientation de ce monde global : la globalisation, c’est la guerre. Elle ne peut exister autrement, que dans le conflit. Tout d’abord, parce que théoriquement elle ne peut laisser de place à la différence, sinon elle ne serait plus globale. Ensuite, parce que ce fanatisme totalitaire la conduit à détruire tout ce qui ne s’aligne pas, poussant la logique jusqu’à l’auto-destruction. Ce que nous voyons avec la deuxième information du jour.

Le Conseil européen a donné son accord pour l’utilisation des bénéfices des avoirs russes gelés.

« Les Vingt-Sept ont adopté lundi une décision et un règlement qui clarifient les obligations des dépositaires centraux de titres (CSD) qui détiennent les actifs et réserves de la Banque centrale de Russie (BCR) immobilisés en raison des mesures restrictives de l’UE, ouvrant la voie à l’éventuelle mise en place d’une contribution financière au budget de l’UE provenant de ces bénéfices nets pour financer la reconstruction de l’Ukraine.

Le Conseil souligne que cette contribution financière peut être acheminée via le budget d’aide à l’Ukraine, qui fait partie du budget de l’UE pour les quatre prochaines années et sur lequel le Conseil et le Parlement européen sont parvenus à un accord provisoire le 6 février. »

Plus concrètement :

« Selon le document, les dépositaires centraux détenant des actifs de la Banque centrale de Russie d’une valeur supérieure à 1 million d’euros doivent comptabiliser et conserver séparément les intérêts courus en raison des sanctions de l’UE. »

Mais a priori les 4,4 milliards de bénéfice pour 2023 ne pourront pas être transférés, ce mécanisme devrait concerner l’année 2024.

Si cette décision est mise en oeuvre, il ne restera plus rien de la confiance dans le système financier occidental : tout pays, qui n’est pas aligné, risque alors de se retrouver dans la même situation que la Russie. Ce n’est qu’une question de temps. Quand ils auront goûté à « l’argent facile », il ne sera plus possible de les arrêter. Et la globalisation aura détruit le socle libéral, sur lequel les pays occidentaux se sont construits. Ce libéralisme, mort, qui a accouché de ce monstre.

Karine Bechet-Golovko



Articles Par : Karine Bechet-Golovko

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]