Une guerre contre la Russie est à l’ordre du jour

Région :

L’échec généralisé des médias étasuniens à dévoiler la vérité porte à réfléchir. Les États-Unis, un pays qui hérisse ses armes nucléaires et qui poursuit une politique d’hégémonie mondiale, a une population qui est maintenue dans l’ignorance – en fait, on lui fait plutôt un lavage de cerveau – à propos du plus important et du plus dangereux événement de notre époque.

La puissance du lobby israélien est un élément important qui permet de maintenir les Étasuniens dans l’ignorance. Récemment, j’ai regardé un documentaire qui démontrait le contrôle exercé par le lobby israélien sur la perception qu’ont les étasuniens du conflit israélo-palestinien. Le documentaire (anglais) est disponible ici: http://www.informationclearinghouse.info/article14055.htm

La couverture partiale des médias étasuniens a pour résultat que peu d’Étasuniens sont conscients du fait que pendant des décennies, Israël a effectué un nettoyage ethnique des Palestiniens en les jetant hors de leurs foyers et de leurs terres le tout, sous la protection du veto des États-Unis à l’ONU. Au lieu de cela, les Palestiniens dépossédés sont dépeints comme des terroristes fous qui attaquent des innocents en Israël.

Si on lit les journaux israéliens, comme Haaretz, ou des publications d’organisations israéliennes, comme le Comité Israélien Contre les Démolitions de Maisons, on a une opinion radicalement différente de la situation donnée dans la version propagandiste des médias et des évangélistes étasuniens.

La plupart des Étasuniens savent que l’attaque réalisée par des terroristes musulmans contre le USS Cole au port d’Aden en l’an 2000 a fait 17 morts et 39 blessés parmi les marins étasuniens. Mais rares sont ceux qui ont entendu parler de l’attaque israélienne de 1967 contre le USS Liberty et qui a fait 34 morts et 174 blessés parmi les marins étasuniens. Subissant les pressions du lobby israélien, le président Johnson a ordonné à l’amiral McCain, le père du candidat présidentiel Républicain, de dissimuler cette attaque. À ce jour, il n’y a jamais eu d’enquête du Congrès sur cet événement.

Le manque d’objectivité des médias étasuniens dans la couverture du conflit entre la Géorgie et la Russie est encore une fois évident. Les médias étasuniens ont présenté le conflit comme une invasion russe de la Géorgie, alors qu’en réalité, l’armée géorgienne, entraînée et équipée par les États-unis et Israël, a lancé une attaque visant à tuer et à faire fuir la population russe de l’Ossétie du Sud, une province séparatiste.

Les forces russes de maintien de la paix, avec celles de la Géorgie, sont stationnées en Ossétie du Sud depuis le début des années 1990. Sur l’ordre de Mikheil Saakashvili, la marionnette américaine occupant la fonction de « président » de la Géorgie, les forces de maintien de la paix de la Géorgie ont retourné leurs armes sur les forces russes de maintien de la paix qui ne se doutaient de rien et ils les ont assassinés.

Ce geste de Saakashvili – élu avec l’argent de l’association néoconservatrice « National Endowment for Democracy (1), » une élection truquée et réglée en faveur de l’hégémonie étasunienne – est un crime de guerre. En vérité, les russes auraient dû mettre la main sur Saakashvili, puisqu’il est beaucoup plus coupable que ne l’était Saddam Hussein. Mais c’est la Russie, et non pas Saakashvili, que les médias étasuniens ont diabolisé.

Les Étasuniens sont devenus des sujets parfaits au Big Brother de George Orwell. Ils s’assoient stupidement devant les bulletins de nouvelles télévisés ou encore, ils absorbent les mensonges que leur servent le New York Times ou le Washington Post. Quel est le problème avec les étasuniens? Pourquoi n’opposent-ils aucune résistance à cela? Est-ce que la nation étasunienne est une nation de moutons telle que le juge Andrew P. Napolitano le prétend? Les Étasuniens font la promotion de « la liberté et de la démocratie » alors qu’ils vivent sous le joug d’un ministère de la Propagande.

Il y a deux décennies, le Président Reagan est parvenu à un accord avec le président soviétique Mikhail Gorbachev pour mettre fin à la dangereuse guerre froide. Mais tous les successeurs de Reagan ont cherché à faire naître un nouveau conflit avec la Russie. En violation de l’entente, les frontières de la Russie ont été prises par l’OTAN et les États-Unis sont déterminés à inclure d’anciens [pays] membres constitutifs de la Russie au sein même de l’OTAN. Dans un effort visant à neutraliser la force de dissuasion nucléaire et l’indépendance de la Russie, les États-Unis installe un système de défense anti-missiles balistiques sur des bases à proximité des frontières de la Russie.

L’agressive politique militaire gratuite des États-Unis envers la Russie conduira à la guerre nucléaire. Je suis convaincu que si les étasuniens élisent John McCain, ou que si les Républicains devaient encore voler une autre élection présidentielle, il y aura une guerre nucléaire dans la deuxième décennie du 21e siècle. Les mensonges des néoconservateurs, la propagande, l’agitation de drapeaux par des machos, et l’utilisation de la politique étrangère étasunienne aux fins des intérêts de quelques entreprises de sécurité militaire, de compagnies pétrolières, et d’Israël, se dirigent tous dans cette direction.

Les élections de novembre sont peut-être la dernière chance d’éviter une guerre nucléaire. Mais nous sommes peut-être déjà passé à côté de cette occasion. Les Républicains ont choisi comme candidat l’un des plus ignorants bellicistes qui soit actuellement en vie. Le choix des Démocrates s’est fait entre l’une des femmes qui sème le plus de discorde aux États-Unis et un homme métis avec un drôle de nom. Considérant le goût de la guerre des Étasuniens, le candidat Démocrate pourrait bien ne pas parvenir à vaincre le candidat favorable à la guerre des Républicains.

Beaucoup d’Étasuniens voteront contre Obama parce qu’il est noir. Pourquoi donc une ascendance métisse confère-t-elle la couleur noire? Si la population étasunienne était majoritairement noire, est-ce que Obama serait considéré blanc?

La race et la propagande sont plus susceptibles de déterminer l’issue de l’élection de novembre que toutes autres vraies questions ou considérations des électeurs.

La vraie question est étouffée par les médias. La classe moyenne étasunienne est détruite par la délocalisation des emplois et par les visas de travail donnés aux étrangers, tandis que les revenus des super riches ne cessent d’augmenter. Le statut de monnaie de réserve du dollar US s’érode continuellement. Les États-Unis sont grandement endettés au niveau national et à l’étranger. L’assurance maladie est inabordable pour la grande majorité de la population. Les anciens combattants blessés sont considérés sans importance alors que les bénéfices de la compagnie Halliburton augmentent toujours. Les étasuniens sont en train de perdre leur maison pendant que le gouvernement des États-Unis voit au sauvetage des banques. Les guerres avec l’Iran, la Russie et la Chine sont prévues afin d’assurer l’hégémonie des États-Unis.

Les Étasuniens n’ont plus un gouvernement qui est pour le peuple et par le peuple. Ils ont un gouvernement pour et par des intérêts particuliers possédant une idéologie démentielle.

Mais les Étasuniens ont la guerre, sur laquelle ils peuvent rejeter toutes leurs frustrations, leurs ressentiments, et leurs déceptions sur les « terroristes musulmans » et « les agresseurs russes. » Peu d’Étasuniens sont préoccupés par le fait que 1,25 million d’Iraquiens et un nombre indéterminé d’Afghans sont morts à la suite des invasions étasuniennes du régime Bush basées sur le mensonge et la tromperie. Malgré tout, les Étasuniens, à l’instar du sénateur Biden, le candidat à la vice-présidence retenu par Obama qui comprend que les guerres sont fondées sur des mensonges, souhaitent toujours que les États-Unis gagnent. Par conséquent, même si tout est une erreur et une tromperie, on souhaite tout de même gagner et continuer à tuer.

Je connais des gens qui se plaignent encore que les États-Unis n’aient pas attaqué le Vietnam avec des bombes nucléaires. Lorsque je leur demande pourquoi il aurait fallu attaquer le Vietnam avec des bombes nucléaires, ils répondent, « si nous les avions bombardé au nucléaire, nous aurions gagné »

Qu’est-ce que les États-Unis aurait alors gagné? La réponse est une haine mondiale et la perte de la guerre froide.

Pour de nombreux Étasuniens, la guerre est comme un sport dans lequel ils prennent un plaisir pervers et ils acclament la victoire. Des millions d’Étasuniens demeurent toujours amer que « la presse libérale » et les mouvements anti-guerre aient entraîné les États-Unis à perdre la guerre du Vietnam, et ils sont déterminés à ce que cela ne se reproduise plus. Ces Étasuniens ne réalisent pas qu’il n’y avait pas plus de raison pour que les États-Unis combattent au Vietnam il y a 40 ans qu’il n’y en a aujourd’hui à se battre en Iraq et en Afghanistan et demain, en Iran.

Si Obama est élu, ce ne sera pas non plus une garantie contre la guerre nucléaire. Obama a démontré qu’il est lui aussi sous le joug du lobby israélien au même titre que McCain. Le conseiller aux affaires étrangères d’Obama, Zbigniew Brzezinski, n’est pas un néoconservateur, mais il est né à Varsovie, en Pologne, et il a de l’animosité envers la Russie. L’administration Bush a déjà modifié la doctrine étasunienne de la guerre préventive afin de permettre une attaque nucléaire. Avec un gouvernement US déterminé à sonner la charge contre la Russie par l’intermédiaire des États marionnettes et les bases militaires, la guerre est inévitable.

Tout candidat retenu par le président doit être confirmé dans ses fonctions par le Sénat. Toute personne qui sera retenue par Obama pour composer son administration et qui agirait contre les plans d’hégémonie étasuniens et israéliens, peut s’attendre à une opposition des grandes entreprises et du lobby israélien. Rien ne garantit qu’une éventuelle administration Obama ne sera pas entraînée sur « ces questions » par les mêmes intérêts particuliers qui ont intronisé l’administration Bush.

Les Étasuniens sont remplis d’orgueil, pas de connaissance. Ils ne sont pas conscients des calamités que la poursuite de l’hégémonie de leur gouvernement va leur apporter à eux-mêmes et à la vie sur terre.

Pour lire l’article original en anglais,War with Russia is on the Agenda,  cliquez ici

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info

NDT :

(1) Le National Endowment for Democracy (NED) (Dotation nationale en faveur de la démocratie) est une association à but non-lucratif des États-Unis dont l’objectif officiel est l’éducation et la formation vers la démocratie à travers le monde. Il a été fondé en 1983 et la plus grande part de ses fonds provient du Département d’Etat des États-Unis, avec approbation du Congrès; par cette approbation, le gouvernement se dégage de toute responsabilité directe des agissements de la NED.

Cet organisme a été créé par Ronald Reagan pour poursuivre les actions secrètes de la CIA en soutenant financièrement et en encadrant des syndicats, des associations et de partis politiques. (Source : Wikipédia)

M. Roberts a été l’assistant du Secrétaire du Trésor étasunien dans l’administration Reagan. Il est un ancien rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, il a été chroniqueur pendant 16 ans pour le magazine Business Week, et chroniqueur pour le Scripps Howard News Service et le Creator’s Syndicate à Los Angeles. Il a occupé de nombreux postes de professeurs, dont à la William E. Simon Chair in Political Economy, au Center for Strategic and International Studies, à l’université de Georgetown et Senior Research Fellow, à l’Hoover Institution, et à l’université de Stanford. Il a reçu la Légion d’Honneur du président de la France et la US Treasury’s Silver Medal pour « ses contributions exceptionnelles à la formulation de la politique économique des États-Unis. »



Articles Par : Dr. Paul Craig Roberts

A propos :

Paul Craig Roberts, former Assistant Secretary of the US Treasury and Associate Editor of the Wall Street Journal, has held numerous university appointments. He is a frequent contributor to Global Research. Dr. Roberts can be reached at http://paulcraigroberts.org

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]