Une guerre toxique

Le petit stock de tubes à oxygène et d'inhalateurs de Rabah sera bientôt épuisé. De plus, les coupures de courant constantes l'empêchent de recharger les appareils médicaux dont il a besoin.

Trouver de l’air pur à Gaza est devenu quasiment impossible.

Les parents craignent que les substances toxiques émises par les armes israéliennes ne provoquent une augmentation des troubles respiratoires chez les enfants.

Alaa, une mère de famille, a récemment été réveillée au milieu de la nuit par sa fille Hala, 8 ans.

Hala avait de la fièvre et des difficultés à respirer.

Elle a été emmenée à l’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza, qui fonctionne avec une capacité réduite après avoir été attaqué par les forces israéliennes en décembre. Son personnel a confirmé que les poumons de Hala avaient été endommagés.

Dans un premier temps, Hala s’est vu prescrire des antibiotiques et un inhalateur.

Quelques jours plus tard, son état s’est aggravé et elle a été transférée dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital. Les tentatives pour la sauver en lui fournissant de l’oxygène ont échoué.

Tragiquement, Hala est morte.

Alaa, la mère de Hala, accuse Israël d’être responsable de la mort de sa fille. Après avoir été déplacée au début de cette guerre génocidaire, la famille a vécu avec les parents d’Alaa dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza.

Quinze personnes ont partagé un espace restreint.

“Israël a délibérément tué mon enfant”, a déclaré Alaa. “Israël nous a contraints à respirer un air toxique.”

“L’environnement est empoisonné”, ajoute-t-elle, “l’odeur de la poudre et du phosphore blanc est suffocante.”

L’oxygène vient à manquer

Outre la pollution causée par les armes israéliennes, l’air de Gaza a été pollué par la combustion généralisée de bois et d’autres matériaux.

L’électricité et le carburant étant rares, les gens n’ont pas eu d’autre choix que d’allumer des feux pour avoir un peu de chaleur et cuire les rares aliments encore disponibles.

Rabah Shehada, aujourd’hui âgé de 69 ans, a été diagnostiqué asthmatique lorsqu’il était enfant.

Sa santé s’est détériorée au cours des derniers mois.

Il crache du sang, son rythme cardiaque s’accélère, il ressent des douleurs abdominales, et il est essoufflé. Ces symptômes s’aggravent chaque fois qu’il se trouve à proximité d’un feu.

Après avoir été examiné par un médecin travaillant dans une école qui fait actuellement office de clinique pour les Palestiniens déplacés, il a été diagnostiqué comme souffrant d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Son petit stock de tubes à oxygène et d’inhalateurs sera bientôt épuisé. De plus, les coupures de courant constantes l’empêchent de recharger les appareils médicaux dont il a besoin.

“Je suis souvent réveillée par ses violentes quintes de toux”, explique Siham, l’épouse de Rabah. “Je crains de le perdre un jour ou l’autre”.

Une femme du nom de Shurouq a récemment donné naissance à une fille à l’hôpital al-Helal al-Emirati de Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza.

Le bébé – nommé Samar – a présenté une température excessivement élevée alors qu’il n’avait qu’une semaine.

“Je me suis précipité chez mon voisin avec Samar dans mes bras”, raconte Shurouq. “Je l’ai supplié de nous emmener à l’hôpital dans son taxi.”

Samar a perdu connaissance sur le chemin de l’hôpital. Depuis, elle reçoit un traitement à base d’oxygène.

Elle souffre d’une infection pulmonaire, et sa vie est gravement menacée.

Shurouq pense que l’état de santé de sa fille est dû à l’exposition à l’air pollué pendant la grossesse.

Après avoir été chassée de chez elle, elle a vécu dans une tente à l’ouest de la ville de Khan Younis. De nombreux déchets ont été déversés dans les environs, en particulier après la destruction d’une décharge municipale.

“J’ai toujours respiré de l’air contaminé par des substances dangereuses lorsque les déchets étaient brûlés”, a déclaré Shurouq. “Le ciel était rempli de fumée grise toute la journée.”

 

Khuloud Rabah Sulaiman

Salma Yaseen

 

Article original en anglais : A toxic War, Electronic Intifada, le 8 février 2024/

Traduction : Spirit of Free Speech

*

Khuloud Rabah Sulaiman est un journaliste vivant à Gaza.

Salma Yaseen est étudiante en littérature anglaise à l’université islamique de Gaza.



Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]