Print

Une logique cartésienne
Par Ramón Chao
Mondialisation.ca, 28 octobre 2008
28 octobre 2008
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/une-logique-cart-sienne/10722

Compte-rendu du livre de Salim LAMRANI Double morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme. Paris : Editions Estrella, 2008.

Si vous voulez voir appliquée à la littérature la formule qu’avait Jean Vigo pour filmer ses documentaires : (« un point de vue documenté », disait-il), lisez n’importe quel livre ou article de Salim Lamrani, un jeune de gauche engagé particulièrement avec Cuba et le Venezuela. Lamrani expose ses convictions avec un tel flot de références qu’il devient très difficile pour tout contradicteur de les réfuter. Donnez-lui un thème utilisé par la presse bourgeoise sur (ou presque toujours contre) les deux pays cités, et le fureteur Lamrani sort un arsenal d’analyses, de citations et de déclarations qui laisse l’autre sans voix.

Il avait déjà déployé son arsenal dialectique dans des ouvrages tels que Washington contre Cuba, Cuba face à l’Empire, entre autres.

Poursuivant les analyses sur cette lutte injuste, inégale et héroïque de la part de la petite île, il étudie à fond le rapport d’Amnesty International sur le respect des droits de l’homme dans le monde, et avec une logique cartésienne, il expose ses principales résolutions et principes, en particulier sur les sanctions diplomatiques imposées à Cuba par l’Union européenne entre 2003 et 2005 en raison de la « situation des droits de l’homme ».

Lamrani commence par faire l’éloge du sérieux et du prestige d’Amnesty International (« sans doute l’organisation de défense des droits de l’homme la plus prestigieuse au monde »), ce qui l’autorise par la suite à tirer certaines conclusions du rapport. Cuba est le pays qui viole le moins les droits de l’homme : 23 des 25 nations qui ont voté les sanctions politiques et diplomatiques contre ce pays présentent un panorama des droits de l’homme bien plus désastreux que celui de l’accusé. Par conséquent, elles ne sont pas autorisées à s’ériger en juges, et encore moins à imposer des sanctions.

Cette prémisse étant établie, Lamrani démarre toute une série de considérations. Amnesty ne signale aucun cas d’assassinat politique à Cuba contrairement à la Grande-Bretagne ; elle n’a découvert aucun cas de torture à Cuba (sauf les innombrables de Guantanamo !), alors qu’elle qualifie de traitement inhumain les agissements de la police en Belgique, en France, en Grèce, en Italie, etc. ; elle dénonce l’utilisation de la torture pour obtenir des preuves en Allemagne, des disparitions en Estonie, des séquestrations de personnes par les autorités en Italie, l’impunité pour les crimes commis par des agents de l’Etat en Autriche, en Espagne, en Grèce etc. ; la stérilisation forcée de femmes issues de minorités en République tchèque, et d’autres exemples qu’il conviendrait de détailler mais il faudrait citer tout le livre pour cela.

Si la comparaison entre Cuba et l’Union européenne est celle que nous venons de relater, que dire de la comparaison avec les pays d’Amérique latine? On aura beau chercher, Amnesty n’a évoqué, pour Cuba, aucun cas d’assassinat ou d’exécution extrajudiciaire de la part des forces de l’ordre, comme c’est le cas aux Bahamas, au Brésil, au Canada, en Colombie, en République dominicaine, au Mexique (les femmes !) et j’arrête là. La liste est beaucoup, beaucoup plus longue. Cela semblerait incroyable si Lamrani n’examinait pas minutieusement les situations et les cas dans chacun des pays. Bien sûr, tout cela se sait de façon dispersée ; cela se sait, mais voir tout cela réuni est terrifiant. Oui, cela se sait, mais comme a dit Gide : « Dans le monde tout est dit, mais comme personne n’écoute, il faut répéter cent fois ».

Double morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme

Préface de Gianni Minà

Paris : Editions Estrella, 2008.

123 pages.

10€

Pour toute commande, veuillez contacter [email protected]

*Ancien rédacteur en chef du service Amérique latine de Radio France Internationale, Ramón Chao est écrivain, journaliste et père du célèbre chanteur Manu Chao.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.