Print

Une preuve de plus de la responsabilité des crimes de l’état colombien contre la population civile.
Par Global Research
Mondialisation.ca, 28 septembre 2009
http://www.elespectador.com/ 28 septembre 2009
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/une-preuve-de-plus-de-la-responsabilit-des-crimes-de-l-tat-colombien-contre-la-population-civile/15435

Condamnés a 30 ans de prison militaires : les Colombiens ayant assassiné 17 civils –dont quatre enfants– lors du bombardement à Santo Domingo, Colombie, en 1998. On présume aussi la complicité de la Brigade 18 dans cette attaque meurtrière.

Onze ans après cette attaque meurtrière, les lieutenants César Romero Padilla et Johan Jimenez Valencia des Forces aériennes colombiennes, ont été trouvés coupables et condamnés a 31 ans et huit mois de prison pour l’assassinat de 17 civils —dont quatre enfants— lors du bombardement du village de Santo Domingo, dans le département d’Arauca, Colombie.

Le Tribunal 12 pénal de Bogota a également condamné Hector Mario Hernandez Acosta, a 6 ans de prison, après avoir été reconnu comme co-auteur des assassinats.

Le 13 décembre 1998, l’hélicoptère UH1H 4407 des Forces aériennes de la Colombie lança une bombe de fragmentation sur un groupe de civils qui se trouvaient dans le village, tuant 17 personnes, dont 4 enfants, et causant des graves blessures a 21 personnes.

« Okay, je suis prêt. Je lance une fusée. Aidez-moi! »

(Vidéo du bombardement sur Youtube)

Les actions des militaires colombiens ont été filmés dans un document audiovisuel où il est évident l’avertissement d’un militaire nord-américain qui « appuyait » la mission et qui lança : « Jésus Christ! Il est en train de tirer contre des civils ».

« Okay, je suis prêt.  Je lance une fusée.  Aidez-moi! »

(Vidéo du bombardement sur Youtube)

Pour en savoir plus, lire l’article en espagnol : Condenan a más de 30 años a militares por bombardeo de Santo Domingo par Giovanni González, le 26 septembre 2009.

 Posté par Jorge Parra.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.