Print

Une promenade idyllique
Par Filippo Gentiloni
Mondialisation.ca, 16 juin 2008
Il manifesto 16 juin 2008
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/une-promenade-idyllique/9353

Le président américain George W. Bush accueille le pape Benoît XVI à la base aérienne militaire d'Andrews, au Maryland 
Photo: AFP/Vincenzo Pinto
Le président George W. Bush a accueilli le pape.

Cela vaut la peine de réfléchir encore sur l’étreinte entre le pape et Bush : une étreinte « suffocante »  comme l’a écrit hier Enzo Mazzi dans nos pages.

Comment donc le Vatican a-t-il abandonné sa prudence traditionnelle et sa réserve ? Comment donc cet enthousiasme  pour le monde riche et dominateur ? Et cette étreinte avec Bush ne peut pas ne pas être rapprochée de l’enthousiasme pour le triomphe de Berlusconi.

Le Vatican cherche à l’évidence à se ranger de manière voyante du côté du vainqueur. Il est rescapé de quelques défaites, plus ou moins bruyantes, et il veut les oublier. Et surtout faire oublier.

 Aux USA le scandale de la pédophilie et la baisse manifeste des adhésions. D’autre part le succès des églises «self-service », même chez les catholiques. Chez nous le risque d’une religion réduite au privé : la nécessité de ce fait, d’un état qui aide (et finance, surtout les écoles). Bienvenues, alors, les génuflexions de Bush, de Berlusconi et des mas medias  du monde entier.

  
Très significative cette promenade des deux grands dans les jardins du Vatican. Ce n’était jamais arrivé. Les commentateurs de la Rai, pendant ce temps, parlaient d’une conversion possible de Bush au catholicisme. Oui, peut-être, mais en tout cas après la fin de la présidence.

  
Dans tous les cas une promenade idyllique, dans un très bel environnement, surréel. Lointaines, très lointaines toutes les tragédies. Les échos de la guerre et le désespoir des affamés ne parvenaient pas jusqu’à l’entretien « familier ». Ni les disputes entre les chrétiens et les musulmans. Physiquement proches mais spirituellement très lointains – presque comme à Guantanamo- les camps de roms à la périphérie romaine.

  
Pour le Vatican, un virage en quelques décennies seulement : du Concile, avec l’église « des pauvres » et de la théologie de la libération qui ne faisait pas la génuflexion, loin de là, ni devant le pape ni –surtout- devant le président des Etats-Unis. Peu de décennies sont passées, mais le panorama a changé : pas tant à Washington qu’à Rome. Le pape semble être redevenu, comme on disait, l’ « aumônier de la Maison Blanche ».

 

Edition de dimanche 15 juin de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/oggi/art55.html


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.