Print

Une sentence politique. Au nom des USA.
Par Danilo Zolo
Mondialisation.ca, 16 mars 2009
Réseau Voltaire/Il manifesto 16 mars 2009
Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/une-sentence-politique-au-nom-des-usa/12743


Abou Omar, www.dna.fr, 2007.

Des nouvelles d’agence nous informent que l’audience à huis clos de la Cour constitutionnelle sur le cas Abou Omar s’est conclue par une sentence dont c’est peu dire qu’elle est surprenante. La Cour aurait établi que les magistrats de Milan qui ont enquêté et  renvoyé en jugement l’ex-chef du Sismi (services secrets italiens, NdT) Nicolò Polari et 34 autres  personnes – parmi lesquelles 26 agents de la CIA – sont responsables de violation du secret d’Etat. Seraient donc recevables les recours présentés d’abord par le gouvernement Prodi, puis par le gouvernement Berlusconi qui entendaient empêcher les juges milanais de poursuivre dans leurs enquêtes et d’inculper les services secrets étasuniens et italiens pour avoir gravement violé l’ordre constitutionnel italien.

Comme on le sait, l’imam Abou Omar avait été enlevé à Milan le 17 février 2003 par la Cia. Selon la reconstruction des enquêteurs et les déclarations d’Abou Omar lui-même, l’imam avait été enlevé à Milan puis transféré en Egypte, où il avait été enfermé et aurait subi de graves tortures et sévices. Il n’est certes pas question  de prendre position au sujet de la sentence de la Cour Constitutionnelle italienne sur la base d’un bref communiqué d’agence. On ne pourra le faire qu’après avoir soigneusement examiné le texte de la sentence. Ce qu’on peut et doit cependant immédiatement déclarer est que le renversement des responsabilités juridiques et politiques des principaux acteurs de cet épisode semble singulier. 

Les responsables des comportements illégitimes, voire illégaux, seraient des magistrats qui ont essayé courageusement  d’opérer contre une pratique criminelle mise en acte pendant des années par les services secrets des Etats-Unis, avec souvent la complicité des gouvernements européens. Ce n’est pas un hasard si l’enlèvement d’Abou Omar a été considéré par la presse internationale comme un des cas les mieux documentés d’extraordinary rendition (enlèvement secret, NdT) opéré par  les services secrets étasuniens. Les membres de la Cia qui se sont rendus responsables de ce grave crime international avec la complicité des services secrets italiens seraient intouchables. La stratégie de l’administration Bush, à présent ouvertement dénoncée par le président Barak Obama comme lésant le droit international en plus de la Constitution des Etats-Unis serait à protéger.

On peut donc légitimement suspecter que les juges de la Cour Constitutionnelle aient fait un choix largement plus politique que juridique. Ceux-ci très probablement se sont rangés contre les juges milanais car ils n’entendent pas léser l’étroit rapport de coopération des gouvernement italiens –de droite ou de gauche- avec les stratégies hégémoniques des Etats-Unis : une puissance qui, ces décennies, s’est toujours  considérée  legibus soluta (« au-dessus de toute loi », NdT) et a systématiquement ignoré non seulement le droit international mais les droits les plus élémentaires des personnes, en les torturant, en les emprisonnant de façon abusive, et en commettant des massacres contre eux. 

Il n’est que de penser à Guantanamo, Abou Ghraib, Bagram : des horreurs accomplies au nom d’une guerre aussi délirante qu’inefficace contre le terrorisme. Une guerre qui, si elle était menée avec les moyens utilisés jusqu’ici par la grande puissance américaine, nous conduirait très probablement non pas à la défaite du terrorisme mais à de nouveaux 11 septembre.

 

Article reçu de l’auteur et traduit par Marie-Ange Patrizio

Publié par Réseau Voltaire

Publié de façon légèrement modifiée par il manifesto, jeudi 12 mars 2009

Documents joints


 

L’acte d’accusation des agents de la CIA (en version anglaise) dans l’affaire Abou Omar (Tribunal de Milan, 22 juin 2005), qui vient d’être invalidé par la Cour constitutionnelle italienne.

(PDF – 1.4 Mo)
 

 

Danilo Zolo est professeur de philosophie du droit international à l’Université de Florence et directeur du Jura Gentium Journal, Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale

http://www.juragentium.unifi.it/it/

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.