USA-Italie, militarisation et «missions humanitaires» en Méditerranée: Les précieux dons de Letta à Obama

L'art de la guerre

Etre reçu à la maison Blanche équivaut aujourd’hui, en Occident, à ce que signifiait autrefois être admis à la cour. Le grand jour pour Enrico letta sera après-demain (jeudi 17 octobre), quand il sera accueilli par le président Obama. En apportant de précieux dons en hommage. C’est ce qu’on comprend du communiqué de la Maison Blanche. Avant tout « le Président et le premier ministre Letta soutiennent tous les deux le Partenariat transatlantique pour le commerce et les investissements ». Le projet d’une OTAN économique, voulu par les multinationales et grandes banques étasuniennes, auquel le président Napolitano, en février dernier à la Maison Blanche, a exprimé son appui inconditionnel avant même que l’accord ne soit écrit et que n’en soient évaluées les conséquences pour l’économie italienne (surtout pour les PME et les exploitations agricoles).

Un autre thème de la rencontre sera « la coopération USA-Italie dans l’OTAN ». C’est-à-dire la coopération italienne à la présence de commandements et bases militaires étasuniennes, auxquels s’ajoutent les structures OTAN qui sont toujours sous commandement étasunien. Letta assurera Obama que le Muos de Niscemi sera complété, malgré l’opposition populaire. Il l’assurera que l’Italie restera dans le programme du chasseur étasunien F-35, quoi qu’en dise le parlement. Ce dont témoigne le fait que, bien que la Chambre (26 mai) et le Sénat (16 juillet) aient engagé le gouvernement à ne pas acheter de chasseur F-35 sans que le parlement se soit exprimé à ce sujet, le 12 juillet a été consigné au site de Cameri le fuselage du premier F-35 « italien » et, le 30 juillet, le Pentagone a commandé à la firme Lockheed Martin les 6 premiers des 90 F-35 que l’Italie achètera. À un prix qui reste à définir : dans le budget 2014 du Pentagone, les 29 premiers chasseurs coûtent 219 millions de dollars pièce, qui, développement et essais compris, grimpent à 291 millions.

Troisième thème de la rencontre : celui des « défis communs en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ». Letta assurera Obama que l’Italie, outre qu’elle restera en Afghanistan comme « nation cadre » après 2014, s’occupera en Libye de reconstituer l’armée et les institutions et de désarmer les milices. Ce n’est pas par hasard que, trois jours avant que Letta soit reçu à la Maison Blanche,  son gouvernement a lancé la « mission militaire humanitaire », dont l’objectif déclaré est de faire de la Méditerranée « une mer sûre ». Le but de l’opération, déclare le ministre de la défense Mario Mauro, est de « tripler notre présence, en termes d’hommes et de moyens, dans la zone sud de la Méditerranée, pour une mission militaro-humanitaire dont le but est de contenir la crise due en partie à la situation de « non Etat » dans lequel se trouve la Libye ».  Ces mêmes forces aéronavales, utilisées dans la guerre qui a réduit la Libye à un « non Etat », sont maintenant envoyées « contenir la crise » qui en est dérivée.

On instrumentalise la tragédie humaine provoquée par la guerre, dont les derniers drames en Méditerranée ne sont que le pointe de l’iceberg. Les sauvetages de naufragés, sous les objectifs des télécaméras, servent à accréditer l’idée qu’il faut potentialiser les forces armées, impliquées toujours et partout dans des « missions humanitaires ». Si le véritable objectif était de sauver des vies humaines, on n’utiliserait pas des navires de guerre, très coûteux et non adaptés à ces opérations,  mais on créerait une task force civile adaptée. Le but réel de la mission, qui triplera la présence militaire italienne dans la zone sud de la Méditerranée, est de renforcer la stratégie USA/OTAN en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Pour sa mission « humanitaire » Obama fera les louanges de Letta sous les objectifs des télécaméras. Celles qui nous montrent les tragédies de la Méditerranée, par contre, s’éteindront bientôt.

Et d’autres embarcations couleront en silence.

 Manli Dinucci

Edition de mardi 15 octobre 2013 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20131015/manip2pg/14/manip2pz/347178/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinuccu est géographe et journaliste.



Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres: Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]