Varoufakis le madré démasqué par Eric Toussaint

Région :

L’ignoble Yanis Varoufakis que les médias occidentaux présentent depuis 2015 comme un rebelle décravaté, briseur de tabous et gauchiste radical n’a toujours été qu’une baudruche infatuée, une starlette superficielle amoureuse des micros et des caméras. Sa promesse de détruire les bases sur lesquelles s’appuyait l’oligarchie grecque profiteuse, solennellement prononcée devant le journaliste Paul Mason, ses pleurnicheries face à son “échec” et à l’égoïsme des Allemands et de l’Eurogroupe dans les colonnes du Monde Diplomatiquede l’été 2015, tout a concouru, à l’époque, à faire de lui l’un des plus mauvais grimaciers de la scène politique européenne de ce siècle. Mais il fallait aller plus loin dans de dépècement de cette âme vouée à toutes les reptations. Celui qui s’était présenté à l’époque comme un erratic marxist avouant ainsi, mais seulement à moitié, la corruption qui lui rongeait le bulbe, est aujourd’hui totalement mis à nu et pour tout dire éviscéré par le scalpel d’Eric Toussaint qui lui a consacré une série d’articles dont le dernier paru – le sixième – s’intitule “Dès le début, Varoufakis-Tsipras mettent en pratique une orientation vouée à l’échec”. Celui qui s’était présenté à l’époque comme un erratic marxist avouant ainsi, mais seulement à moitié, la corruption qui lui rongeait le bulbe, est aujourd’hui totalement mis à nu et pour tout dire éviscéré par le scalpel d’Eric Toussaint qui lui a consacré une série d’articles dont le dernier paru – le sixième – s’intitule « Dès le début, Varoufakis-Tsipras mettent en pratique une orientation vouée à l’échec. »

Pour ceux qui n’auraient pas lu cette prose salutaire débroussaillée de croyances et de niaiseries, voici un extrait parlant qui leur donnera envie d’en savoir plus.

«Le programme de Thessalonique, présenté en septembre 2014, promettait de mettre fin au second mémorandum et de le remplacer par un plan de reconstruction nationale, d’obtenir un effacement de la plus grande partie de la dette publique, de rompre avec l’austérité, de rendre au peuple grec la jouissance d’une série de droits sociaux, de rétablir largement les salaires et les retraites dans l’état préexistant au mémorandum de 2010, de mettre fin aux privatisations, de prendre le contrôle des banques, de créer une banque publique de développement, de réduire les dettes des ménages à bas revenus à l’égard de l’État et des banques privées, de créer 300 000 emplois, de faire revivre la démocratie (voir l’Encadré : Extraits du programme de Thessalonique).»

Varoufakis était opposé à ce programme et le déclare haut et fort dans son livre. Se rapportant à septembre 2014, il écrit : « Alexis avait présenté les grandes lignes de la politique économique de Syriza dans un discours à Thessalonique. Surpris, je me suis procuré le texte et je l’ai lu. Une vague de nausée et d’indignation m’a submergé. Je me suis tout de suite mis au boulot. Moins d’une demi-heure plus tard, j’avais un article que le Premier ministre Samaras utiliserait pour fustiger Syriza devant le Parlement : « Même Varoufakis, votre gourou économique, estime que vos promesses sont bidon. » Et elles l’étaient. (…) Le programme était tellement bancal que je n’ai même pas pris la peine de le critiquer point par point. »

Varoufakis, un traître ordinaire qu’on a vu se promener bras dessus bras dessous avec le radical Mélenchon, trop fier d’être photographié à côté de ce nouvel Hercule promis à toutes les écuries d’Augias, à côté de ce tigre de papier à qui le Monde Diplomatique a ouvert ses colonnes, à côté de ce ministricule d’un jour déboutonné toujours à qui Les liens qui libèrent ont tendu une plume trempée dans l’encre sucrée des boniments. De quoi faire se délecter les clients de cafés, éternels cocus en terrasse d’un grand soir qui ne passera pas par eux parce qu’ils ne cherchent que le confort et ont opté, du fond du coeur, pour un capitalisme à visage “humain”, pour une société de consommation expurgée d’excès trop visibles et rendue, de ce fait, supportable.

Bruno Adrie

Photo : Yanis Varoufakis et Jean-Luc Mélenchon (source : le blog de Jean-Luc Mélenchon)



Articles Par : Bruno Adrie

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]