Print

Violence sexuelle: et si la famille écoutait?
Par Claude Jacqueline Herdhuin
Mondialisation.ca, 10 mars 2017

Url de l'article:
https://www.mondialisation.ca/violence-sexuelle-et-si-la-famille-ecoutait/5578891

Les conséquences de la violence sexuelle et du viol n’ont pas de limites dans le temps. La victime devra vivre avec ses traces, physiques et psychologiques toute sa vie. Je parle de traces, car il s’agit bien de l’empreinte laissée par l’agresseur, indélébile comme une marque au fer rouge. Cette marque, invisible pour les autres, agit comme un miroir déformant. Un miroir qui empêche la victime de se voir et de voir la vie, telle qu’elle est, et qui la tient enfermée dans sa prison. Survivre à un viol est un combat de chaque minute. Il n’y a plus d’intégrité du corps et le bien-être psychologique a disparu à la minute où l’agresseur a terminé de commettre son acte. Commence alors un long chemin de croix : souvent, la victime ne sait pas vers qui se tourner. Quand elle ose parler, on ne la croit pas. Si, par chance, quelqu’un tient ses dires pour véridiques et l’encourage à porter plainte, elle doit affronter sa honte et le doute des autorités. En effet, quand une victime parle, la première réaction des interlocuteurs est de douter. La victime est menteuse, où c’est de sa faute.

Être violée quand on est adulte est probablement l’expérience la plus destructrice. Cela anéantit à la fois l’intégrité du corps et de son intimité, mais aussi l’image de soi. On devient morcelé. Plus jamais on ne sera la même personne. La honte, fortement alimentée par les propos généralement tenus au sujet des femmes abusées sexuellement, gruge peu à peu la confiance en soi.

Mais qu’en est-il quand on est enfant? Comment survivre à un acte barbare, souvent commis par un proche? Comment comprendre qu’on n’est pas responsable? L’agresseur utilise la force, la violence physique, la séduction ou la manipulation. « C’est un secret. » « Tu es aussi coupable que moi, si tu parles… » Un oncle, un frère aîné, un père. La famille devrait être l’endroit où un enfant se sent le plus en sécurité. Les parents devraient être vigilants et les premières personnes à écouter leur enfant. Pourtant, c’est loin d’être la réalité. Combien de familles ferment les yeux, nient ce qu’elles soupçonnent ou voient? Combien de familles trouvent qu’une fillette est bien difficile! « Elle a mauvais caractère », dit-on pendant les réunions familiales. « Elle est bizarre. »Si, devenue adulte, la victime trouve le courage et la force de parler, la famille a tendance à l’ignorer, à la traiter de menteuse. En agissant de la sorte, la victime est condamnée pour un acte dont elle n’est pas responsable. Condamnée par les personnes qui devraient la protéger. Je pense toujours avec admiration au superbe film Festen, de Thomas Vintenberg. Terrible secret de famille révélé par Christian, abusé ainsi que sa sœur jumelle par son père quand ils étaient enfants. Cette dernière s’est suicidée, seule issue possible pour elle. Ce film montre comment une famille peut être criminelle. Criminelle en cachant un serpent dans son sein. Criminelle en refusant de croire l’enfant victime. Criminelle en faisant comme si tout allait bien.

Des enfants abusés sexuellement se suicident une fois devenus adultes. D’autres, hantés par ce souvenir, passent à côté de leur vie et ne peuvent jamais devenir ce qu’ils auraient pu être. Leurs rêves ont été tués par le viol. Un trou dans le cœur, ils survivent. Ceux qui parlent doivent accepter d’être considérés comme les perturbateurs d’une pseudo-harmonie familiale. Enfin, les victimes sont souvent condamnées à côtoyer leur agresseur, sauf si elles coupent les liens avec leur famille et acceptent tout ce que cela implique. Solitude et incompréhension de l’entourage devant une telle ingratitude.

La famille a un devoir de protection envers ses enfants, même quand ils sont devenus adultes. Parents, oncles, tantes, cousins, cousines, frères et sœurs ne devraient pas ostraciser la victime qui ose parler, mais lui tendre la main et surtout l’écouter. En agissant de la sorte, ils lui redonneront confiance en elle ainsi que sa légitimité d’exciter dans sa famille et dans sa vie.

Claude Jacqueline Herdhuin

Cet article a été publié initialement sur le blogue de l’auteure par le Huffington Post (Canada) le 10 mars 2017.

Avis de non-responsabilité: Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.