Voici comment les Saoudiens ont surmonté l’atteinte à leur réputation

La super bureaucrate de l’Union européenne, Ursula von der Leyen, a choisi le jour du poisson d’avril de l’année dernière pour menacer la Chine d’une “atteinte à sa réputation” au sein de la communauté mondiale pour avoir soutenu la guerre de la Russie en Ukraine. En tant qu’État civilisationnel, la Chine a accueilli avec dédain cette remarque arrogante, présomptueuse et égoïste. 

Le concept pue la mentalité néocoloniale. L’Arabie saoudite a subi une atteinte à sa réputation d’une autre nature. Le Royaume a réussi de manière spectaculaire à surmonter l’atteinte à sa réputation liée à l’assassinat de Jamal Khashoggi, un ancien employé de la CIA. Il s’agit d’une étude de cas intéressante pour l’Inde, qui est également hantée par le spectre de l’atteinte à sa réputation pour avoir prétendument commis des crimes transfrontaliers.

Du point de vue indien, l’expérience saoudienne comporte sept enseignements. Premièrement, l’Arabie saoudite a tenu bon ; deuxièmement, elle n’a pas cherché l’aide de tiers pour atteindre les courtiers du pouvoir à Washington ; troisièmement, elle a pris l’initiative de mettre en place son propre mécanisme d’enquête, qui a abouti à un raisonnement cognitif en très peu de temps ; quatrièmement, elle a continué en condamnant les auteurs saoudiens du meurtre de Khashoggi à des peines d’emprisonnement ; cinq, elle n’a pas laissé les “dommages à sa réputation” entraver la vie normale ; six, elle a tourné une nouvelle page de sorte qu’une “nouvelle normalité” est devenue possible, résiliente et orientée vers le long terme pour renforcer l’autonomie stratégique du Royaume ; et, sept, en dernière analyse, le “découplage” avec les États-Unis a aidé les Saoudiens à se débarrasser des dommages à sa réputation.

Il va sans dire que le dernier point est le cœur du problème. L’affirmation de l’autonomie stratégique de l’Arabie saoudite a pris une multitude de formes qui ont surpris l’administration Biden. On ne s’attendait pas à ce que l’Arabie saoudite se comporte de la sorte sous la pression, avec son processus de prise de décision pesant, sa gestion de l’État évoluant à un rythme glacial, sa classe compradore parmi les élites qui n’est que trop désireuse de capituler et la situation unipolaire de l’élite dirigeante, et ainsi de suite.

Mais la “nouvelle normalité” a également voulu que l’Arabie saoudite n’entre pas dans un bras de fer acrimonieux avec l’administration Biden, mais qu’elle soumette plutôt cette dernière à une négligence bienveillante qui a été très préjudiciable aux intérêts et à l’influence régionale des États-Unis et qui a porté atteinte à leur vanité d’être les seuls à avoir de l’influence au Moyen-Orient.

En réalité, les Saoudiens n’avaient pas d’autre choix, compte tenu de la réalité géopolitique profondément troublante selon laquelle Khashoggi était préparé par l’État profond des États-Unis à un destin politique plus important que celui d’un simple dissident – et c’est quelque chose que Riyad ne pouvait pas tolérer, car la stabilité du régime était menacée par l’Amérique, qui se prétendait paradoxalement le fournisseur de sécurité du Royaume et un allié stratégique depuis plusieurs décennies.

Il faut des années, voire une décennie, pour préparer une taupe afin qu’elle puisse fonctionner comme un atout stratégique, comme Khashoggi l’était pour les services de renseignement américains, et la fureur suscitée par son assassinat prématuré a provoquer les attaques médiatiques contre le régime saoudien – ciblant le prince héritier Mohammed bin Salman.

Cependant, au fil des mois, il est devenu de plus en plus difficile de diaboliser le prince héritier qui a pris la direction du Royaume pour l’engager sur la voie historique des réformes. Trois réalisations majeures au cours des cinq dernières années peuvent être considérées comme des changements de la donne. Tout d’abord, la Vision 2030, le projettransformateur et ambitieux visant à libérer le potentiel du peuple et à créer une nation diversifiée, innovante et à la pointe du progrès. Le programme de réforme a déjà commencé à donner des résultats impressionnants.

Deuxièmement, l’OPEP+, une idée du président russe Vladimir Poutine et du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, a libéré le marché mondial du pétrole de l’emprise des États-Unis au cours des cinq dernières années et a placé les deux superpuissances énergétiques sur le siège du conducteur. La transition est extrêmement importante en termes géopolitiques. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la nouvelle matrice qui affine le marché mondial se met en place indépendamment de l’influence américaine. L’OPEP+ fonctionne efficacement, surmontant toutes les tentatives extérieures visant à l’affaiblir.

Troisièmement, l’intronisation de l’Arabie saoudite en tant que membre à part entière des BRICS – une fois de plus avec le soutien de la Russie – devrait faire avancer les nouvelles impulsions de la politique étrangère indépendante du Royaume, qui devrait à son tour galvaniser la création d’une nouvelle architecture commerciale et financière internationale.

Bien qu’une sous-intrigue dans ce contexte soit la normalisation avec l’Iran, qui a d’un seul coup créé un changement de paradigme dans la géopolitique de la région du Moyen-Orient, les États de la région se débarrassant progressivement de la pression étasunienne dans le règlement de leurs questions intra-régionales. Une conséquence naturelle de ce changement a été le déclin marqué de l’influence régionale des États-Unis, qui se manifeste dans le cadre de l’actuel conflit israélo-palestinien.

Dans l’ensemble, la boussole saoudienne jette les bases d’une puissance régionale émergente destinée à contribuer au système international et à l’ordre mondial. Les États-Unis ont compris qu’ils avaient perdu la main et s’empressent de se réconcilier avec l’Arabie saoudite. La visite de Joe Biden en Arabie saoudite en juin de l’année dernière a failli être un acte d’expiation. Il fallait s’y attendre.

Quelques exemples datant du mois dernier témoignent du dynamisme de la diplomatie saoudienne et de l’effondrement total de la stratégie américaine visant à “isoler” le Royaume – visite de Luiz Inacio Lula da Silva, président du Brésil (un État membre des BRICS, qui devrait rejoindre l’OPEP+ en janvier) ; victoire écrasante à l’issue d’un scrutin secret pour l’organisation de l’Exposition universelle de 2030 (l’Arabie saoudite a remporté 119 des 165 voix, battant facilement la Corée du Sud et l’Italie grâce à l’énorme soutien du Sud global) ; l‘accord d’échange de devises locales de 7 milliards de dollars avec la banque centrale chinoise (dernier signe de renforcement des relations avec la Chine et étape vers l’abandon du pétrodollar) ; l’exemplarité de la décision de l’OPEP+ sur les réductions volontaires de la production de pétrole “pour assurer un marché pétrolier stable et équilibré” (révélant lors de la réunion virtuelle du groupe le 30 novembre qu’elle poursuivrait sa réduction de 1 million de barils par jour, totalisant une réduction de 1,5 million de barils par jour) ; l’engagement de l’Arabie saoudite à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 1,5 million de barils par jour. Il s’est bien sûr placé au premier plan de la diplomatie publique sur la guerre de Gaza, avec la Chine comme partenaire privilégié (alors qu’une normalisation israélo-saoudienne, qui aurait pu être une victoire majeure en politique étrangère pour l’administration Biden, est devenue politiquement radioactive pour Riyad).

La morale de l’histoire – en particulier pour des pays comme l’Inde – est que la fermeté tempérée par le tact et la patience est payante. Le secret saoudien consiste à éviter les confrontations brutales et à se débarrasser tranquillement et systématiquement de la dépendance critique à l’égard des États-Unis en diversifiant les relations extérieures du royaume.

La plus grande ironie dans tout cela est que les États-Unis ont non seulement assassiné un général iranien de haut rang dans un pays tiers, mais que le président de la Maison Blanche de l’époque s’en est même vanté. De même, les États-Unis se sont vengés d’Oussama ben Laden et ont jeté son cadavre en haute mer.

Ils ont enlevé des dizaines de ressortissants russes voyageant à l’étranger et les ont enfermés dans des prisons afin de les persuader de travailler pour les services de renseignement américains. Aujourd’hui, en juin, avec un objectif similaire, les services secrets américains ont kidnappé un Indien en transit à Prague. De toute évidence, les services secrets américains le traquaient sur le sol indien.

Il est effrayant de penser que les Five Eyes ont pu pénétrer au cœur de l’establishment sécuritaire indien. Pourtant, le secrétaire d’État Blinken s’engage à ne pas laisser tomber l’Inde, partenaire indispensable des États-Unis pour contrer la Chine. On a l’impression qu’il sait quelque chose de la politique indienne que nous ignorons. La diplomatie indienne s’est vraiment prise les pieds dans le tapis.

M.K. Bhadrakumar

 

Article original en anglais : How Saudis overcame “reputational damage”, Indian Punchline, le 2 décembre 2023.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Image en vedette : Indian Punchline. Le Premier ministre Narendra Modi (G) avec le prince héritier et Premier ministre saoudien Mohammed bin Salman, New Delhi, 11 septembre 2023



Articles Par : M. K. Bhadrakumar

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]