Washington face à sa défaite en Mer Rouge

Les Houthis ont accepté de mettre fin à leurs attaques contre le trafic commercial dans la mer Rouge si Israël autorise l’acheminement de l’aide humanitaire aux Palestiniens. Il ne s’agit pas seulement d’une proposition raisonnable, c’est une politique soutenue par la grande majorité des citoyens à travers le monde.

«À la mi-février, le transport de conteneurs via la mer Rouge avait diminué d’environ 90% depuis décembre 2023 ; le transport maritime via la mer Rouge représente généralement environ 10 à 15% du commerce maritime international. (…)

Les routes maritimes alternatives autour de l’Afrique ajoutent environ 11.000 milles marins, 1 à 2 semaines de temps de transit et environ 1 million de dollars en coûts de carburant pour chaque voyage. Pour de nombreuses compagnies maritimes, les coûts combinés des primes d’équipage, de l’assurance contre les risques de guerre (environ 1000% de plus que les coûts d’avant-guerre). (…)

À la mi-février, les primes d’assurance pour les transits en mer Rouge ont augmenté de 0,7 à 1,0% de la valeur totale d’un navire, contre moins de 0,1% avant décembre 2023».

Les attaques des Houthis exercent une pression sur le commerce international , DIA

 

C’est un rapport choquant. Selon l’analyse du gouvernement lui-même, la politique de Biden en matière de mer Rouge a été un échec lamentable. Le transport de conteneurs a diminué de 90%, tandis que les primes d’assurance, les coûts de carburant et les «miles supplémentaires parcourus» ont grimpé en flèche. Il n’y a aucune trace d’optimisme dans l’ensemble du rapport. Les Houthis ont pratiquement atteint tous leurs objectifs stratégiques tandis que l’ingérence de Washington n’a rien apporté.

Étonnamment, les journalistes de Business Insider ont tiré la même conclusion que DIA, à savoir que les Houthis ont réussi à manœuvrer l’Oncle Sam à chaque instant. Voici un extrait d’un article de Business Insider récent :

«Les Houthis se sont révélés être des ennemis rusés et redoutables. Cinq mois après une série de frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis visant à «perturber et dégrader» leurs capacités, les militants continuent de faire des ravages. Ils obligent régulièrement la force opérationnelle dirigée par les États-Unis à intercepter leurs missiles, leurs bombardiers et leurs drones volants qui ont transformé les voies de navigation de la mer Rouge et du golfe d’Aden en un couloir dangereux – et mortel.

Les Houthis ont frappé plusieurs navires la semaine dernière, et les responsa bles américains affirment que ces attaques ne devraient pas prendre fin de sitôt, ce qui fait craindre que les États-Unis ne soient coincés dans une impasse coûteuse et insoutenable. Les Houthis ont réussi à entraîner Washington dans un conflit prolongé, coûteux et épuisant les ressources, et à faire grimper les coûts de transport.

Même si aucun navire de guerre américain n’a été touché, les États-Unis doivent supporter les coûts financiers croissants et l’usure de leurs navires de guerre».

Les navires de guerre de l’US Navy sont coincés dans une bataille en mer Rouge qu’ils ne peuvent pas mener éternellement, Business Insider

Les Houthis ont essentiellement fermé la navigation commerciale à travers l’un des points d’étranglement de transit les plus importants au monde et les États-Unis sont incapables de faire quoi que ce soit à ce sujet. Quelqu’un n’aurait-il pas pu anticiper ce scénario avant que Biden ne déploie impulsivement une flottille navale vers la mer Rouge ?

De nombreux sceptiques savaient que la stratégie Biden n’avait aucune chance de réussir, mais leurs voix ont été étouffées par les guerriers de fauteuil qui ont toujours fixé la politique. Ce sont les hauts responsables de l’establishment de la politique étrangère qui ignorent invariablement les faits et fomentent avec leur philosophie «tirer d’abord et poser des questions plus tard». Dans le cas présent, ces ultra-faucons tenaces ne pouvaient tout simplement pas accepter qu’une nouvelle batterie de militants en sandales puisse porter un coup aux intérêts américains en lançant des attaques de missiles et de drones sur des navires marchands protégés par des destroyers américains. Mais c’est précisément ce qui s’est passé et – comme nous l’avons dit plus tôt – Biden a été averti qu’un tel résultat était probable. Ceci est tiré d’un article de Responsible Statecraft :

«Un certain nombre de voix réalistes dénoncent la folie de tomber une fois de plus dans une spirale de représailles violentes qui mènera probablement à une véritable crise militaire, voire à la mort de militaires américains.

«Elles (les frappes) ne fonctionneront pas. Elles ne dégraderont pas suffisamment les capacités des Houthis et ils ne cesseront leurs attaques contre les navires», déclare Ben Friedman, chercheur principal chez Defence Priorities. «Pourquoi faire quelque chose d’aussi manifestement imprudent ? La retenue nous rappelle qu’aucune loi de ce type n’exige que nous devions mener des frappes aériennes qui ne fonctionneront pas. Nous avons toujours la possibilité de ne pas recourir à une violence inutile.

Les États-Unis frappent à nouveau le Yémen, mais les attaques des Houthis continuent, selon Responsible Statecraft

«Retenue» ? L’auteur pense-t-il que l’establishment américain en matière de politique étrangère est capable de faire preuve de retenue ?

Malheureusement, tous les réalistes compétents et sobres qui ont joué un rôle dans l’élaboration de la politique étrangère américaine ont depuis longtemps été remplacés par des guerriers de fauteuil qui répondent par réflexe à chaque crise par le même recours contre-productif à la force militaire. Nous sommes convaincus que ces mêmes faucons de guerre vont s’intensifier une fois de plus au Yémen comme ils l’ont fait en Ukraine, entraînant le pays plus profondément dans un conflit qu’il n’a aucune chance de gagner. Découvrez cet extrait révélateur de la stratégie de sécurité nationale 2022 de Biden :

«… les États-Unis ne permettront pas aux puissances étrangères ou régionales de compromettre la liberté de navigation dans les voies navigables du Moyen-Orient, y compris le détroit d’Ormuz et Bab al Mandab, ni ne toléreront les efforts d’un pays pour en dominer un autre – ou la région – par le biais d’un renforcement militaire, incursions ou menaces».

Et voilà : les Houthis représentent un danger clair et actuel pour la sécurité nationale des États-Unis en affirmant simplement leur contrôle sur leurs propres eaux territoriales. Cela signifie-t-il que l’escalade est inévitable ?

OUI. L’extrait ci-dessus équivaut à une déclaration de guerre. Nous devrions nous attendre à ce que Biden agisse en conséquence en intensifiant les bombardements des villes et des infrastructures yéménites, en renforçant le blocus économique et, à terme, en déployant des troupes de combat pour mener une offensive terrestre sur la péninsule arabique. A en juger par l’expérience passée, les décisions sur ces questions ont probablement déjà été prises.

À propos, l’opération navale de Biden – l’opération Prosperity Guardian – n’a jamais été approuvée par le Conseil de sécurité de l’ONU, le Congrès américain ou le peuple américain. Il s’agit d’une autre intervention unilatérale et inconsidérée qui exclut une solution diplomatique et garantit que les États-Unis seront confrontés à une autre défaite humiliante par leurs ennemis dans le futur. Voici davantage d’informations de Jim Krane, chercheur en études énergétiques, qui aide à expliquer l’impact mondial des attaques des Houthis :

«Les attaques des Houthis contre les navires de la mer Rouge présentent un nouveau phénomène dans le conflit géo-économique : un acteur non étatique utilisant la guerre asymétrique non seulement pour combattre les forces armées conventionnelles, mais également pour imposer des sanctions économiques ciblées en attaquant sélectivement les navires internationaux. Les Houthis ont fait ce grand pas en combinant deux facteurs : des armes peu coûteuses et de haute technologie qui peuvent menacer, voire couler, les navires de haute mer et le contrôle d’un territoire côtier stratégique surplombant l’un des goulots d’étranglement maritimes les plus fréquentés du monde : le détroit de Bab al-Mandab. (…)

Ces attaques houthis des transports maritimes sur la mer Rouge a réorienté le commerce entre l’Asie et l’Europe de manière inégale. Les compagnies maritimes basées dans les pays où les gouvernements se sont prononcés contre le génocide israélien à Gaza ont bénéficié d’exemptions des attaques des Houthis, ce qui se traduit par des avantages en termes de coûts et des bénéfices plus élevés. À l’inverse, les chargeurs basés dans les pays soutenant Israël, ainsi que ceux transportant des marchandises à destination de l’Europe ou des États-Unis, ont perdu l’accès au raccourci de la mer Rouge entre l’Asie et l’Europe. En conséquence, les coûts et la durée des voyages ont augmenté, parallèlement à la demande de navires, ce qui a contribué à faire augmenter les tarifs de fret, y compris sur les itinéraires qui ne passent pas par la mer Rouge.

La perturbation biaisée du transport maritime mondial suggère que les Houthis ont réussi à atteindre leur objectif d’imposer des coûts aux partisans d’Israël… Les dirigeants Houthis ont accru les avantages compétitifs des expéditeurs chinois et russes. (…) La stratégie sélective employée par les Houthis consiste à imposer des sanctions économiques qui semblent disproportionnées aux entreprises basées dans l’UE… En effet, les coûts supplémentaires de la chaîne d’approvisionnement pèsent lourdement sur les prévisions économiques déjà pessimistes pour l’Union européenne et l’Égypte. Plus les attaques se prolongent, plus leur impact résiduel est important, ce qui freine les perspectives de croissance.

La campagne des Houthis dans le golfe d’Aden et dans la mer Rouge a produit une nouvelle forme de perturbation économique mondiale basée sur des griefs avec Israël, et s’avère difficile à dissuader ou à contrer. (…) La campagne des Houthis a également révélé l’inefficacité des contre-mesures prises par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN.

Les attaques américaines et britanniques contre des sites houthis au Yémen ont créé de nouveaux griefs et une justification pour une extension potentielle des attaques en mer Rouge au-delà d’un cessez-le-feu à Gaza… Les attaques houthis contre les navires se sont en fait intensifiées après le début des frappes de représailles américano-britanniques. (…)

Ce groupe militant enhardi a annoncé le 14 mars qu’il étendrait ses attaques au-delà de la zone immédiate de Bab al-Mandab jusqu’à la mer d’Oman et l’océan Indien au sens large pour cibler les navires liés à Israël et à ses alliés détournés via le cap de Bonne-Espérance.

Les attaques des Houthis en mer Rouge ont des répercussions économiques mondiales , Centre arabe

Bon, résumons : les attaques des Houthis sur la mer Rouge ont…

  1. Créé de nouvelles opportunités pour les acteurs non étatiques de mener une guerre asymétrique contre les forces armées conventionnelles.
  2. Imposé des sanctions économiques ciblées contre les partisans du génocide israélien
  3. Réorienté le commerce entre l’Asie et l’Europe de manière à offrir des avantages compétitifs aux expéditeurs chinois et russes
  4. Aidé les Houthis à atteindre leur objectif d’imposer des coûts aux partisans d’Israël
  5. Induit des coûts supplémentaires à la chaîne d’approvisionnement et ont eu un impact négatif sur les prévisions économiques déjà pessimistes pour l’Union européenne et l’Égypte… freinant ainsi les perspectives de croissance.
  6. Préparé le terrain pour l’expansion des opérations des Houthis au-delà de la mer Rouge vers la mer d’Oman et l’océan Indien au sens large.

Lequel de ces résultats fait progresser les intérêts américains ou renforce la sécurité nationale américaine ?

Aucun d’entre eux, c’est pourquoi nous poserons une deuxième question :

Les gens qui prennent ces décisions à courte vue s’interrogent-ils parfois sur l’impact de leurs choix sur le pays ou sur le peuple américain ?

Probablement pas.

Et, s’il vous plaît, ne blâmons pas les Houthis pour un conflit dont l’administration Biden est responsable à 100%. Personne n’a mis une arme sur la tempe de Joe Biden et ne l’a forcé à déployer la marine américaine en mer Rouge pour se lancer dans des bagarres inutiles afin de défendre le droit d’Israël d’assassiner des femmes et des enfants à Gaza. Il s’agit d’une décision que Biden a prise unilatéralement, sans tenir compte de la vague de condamnation internationale, des décisions cinglantes de la CPI, de la CIJ et de pratiquement toutes les organisations de défense des droits de l’homme sur la planète Terre. Biden a choisi d’ignorer le jugement moral du monde entier pour promouvoir le programme sordide de l’État juif. En revanche, en tant que résistants, les Houthis ne font que lutter pour mettre fin au génocide israélien. Ils n’avaient pas envie d’une guerre avec les États-Unis. Ce n’est pas du tout ça. Ils essaient simplement d’amener les Israéliens à lever leur blocus, afin que davantage de personnes ne meurent pas de faim. Est-ce trop demander ? Voici comment le leader Houthi Mohammed Al-Bukhaiti a résumé la situation :

«Agir pour soutenir les opprimés… est un véritable test de moralité… et quiconque n’agit pas pour mettre fin au crime de génocide… a perdu son humanité. Les valeurs morales… ne changent pas avec la race et la religion de la personne… Si un autre groupe d’humains était soumis à l’injustice dont sont victimes les Palestiniens, nous prendrions des mesures pour les soutenir, quelles que soient leur religion et leur race… le peuple yéménite (s’engage)… à parvenir à une paix juste qui garantisse la dignité, la sûreté et la sécurité de tous les pays et de tous les peuples».

Mohammed Al-Bukhaiti@M_N_Albukhaiti

La déclaration d’Al-Bukhaiti peut paraître étrange aux Occidentaux qui ont du mal à croire qu’un dirigeant puisse faire passer ses convictions morales avant son propre intérêt ou l’accumulation de plus de pouvoir. Mais c’est ce qui dynamise le mouvement Houthi ; leur détermination à mettre en pratique leurs croyances religieuses. Les Houthis n’ont rien à gagner à combattre les États-Unis. Ils le font parce qu’ils s’opposent à la brutalité sadique et à la violence meurtrière de Tsahal. C’est pourquoi ils s’exposent à des blessures graves, voire à la mort. C’est parce qu’ils croient que c’est la «bonne chose à faire» ; parce que la justice vaut la peine de mourir et parce que – comme le dit Al-Bukhaiti – agir pour soutenir les opprimés est le véritable test de la moralité.

Ironiquement, les opinions du peuple américain s’alignent plus étroitement sur celles des Houthis que sur celles de leur propre gouvernement. La majorité des Américains soutiennent la justice pour les Palestiniens, soutiennent un État palestinien souverain, soutiennent un cessez-le-feu permanent et soutiennent la fin de la violence et de l’effusion de sang. Seul notre gouvernement et Israël souhaitent que le bain de sang continue.

Mike Whitney, le 22 juin 2022

 

Article original en anglais :

Washington Faces Defeat in Red Sea Donnybrook

Cet article en anglais a été publié initialement sur le site The Unz Review

Traduction : La Cause du Peuple



Articles Par : Mike Whitney

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]