“Watch the Water” a raison sur Remdesivir, mais la théorie du venin de serpent est un peu poussée.

S'il est vrai qu'il existe un certain chevauchement entre les effets des peptides toxiques présents dans certains venins de serpent et ceux de la protéine à pointes du SRAS-COV2, affirmer que le COVID est en définitive dérivé du venin de serpent est une hypothèse mal étayée.

Analyses:

Dans une interview accordée lundi à Stew Peters, Brian Ardis, docteur en chiropraxie, a tenté de faire le lien entre le SRAS-CoV-2, la protéine spike ou simplement le processus pathologique lui-même connu sous le nom de COVID-19, et les protéines mortelles contenues dans le venin de serpent.(1)

Au cours de cette conversation de 30 minutes, lourdement produite, M. Ardis n’a pas explicitement exprimé son opinion sur la question de savoir si le COVID est causé par un virus ou par des toxines largement dispersées semblables aux poisons présents dans les morsures de serpent.

Steve Kirsch, directeur exécutif de la Vaccine Safety Research Foundation, a contesté certaines des déclarations de M. Ardis.

“Nous sommes d’accord qu’il y a des preuves que le virus est similaire au venin de serpent”, a écrit Kirsch sur Substack. “Mais pour ce qui est des autres affirmations (comme le fait que c’est un poison répandu par l’eau), je n’y crois pas.”

Dans un post sur Substack, le Dr Meryl Nass a également exprimé son désaccord avec Ardis, écrivant : “De nombreuses déclarations dans la vidéo de Bryan Ardis sont exactes, mais certaines ne le sont absolument pas.”

Nass, interniste et membre du comité consultatif scientifique de Children’s Health Defense, nous a rappelé qu’Ardis souligne à juste titre que le remdesivir est un médicament dangereux qui a sans aucun doute causé ou contribué à de nombreux décès dus au COVID.

Dès novembre 2020, l’Organisation mondiale de la santé a recommandé de ne pas utiliser le remdesivir, quelle que soit la gravité de la maladie, car rien ne prouve que le médicament améliore les résultats.

Bien que l’inefficacité de ce médicament coûteux ait été largement rapportée, ses effets nocifs ont été minimisés par les sources grand public.

Néanmoins, le remdesivir bénéficie du soutien indéfectible de nos autorités médicales et reste le seul remède antiviral disponible dans la plupart des formulaires hospitaliers pour le traitement du COVID.

Dans l’interview avec Peters, Ardis a souligné une déclaration inquiétante sur l’étiquette du remdesivir :

” Risque de réduction de l’activité antivirale en cas de coadministration avec du phosphate de chloroquine ou du sulfate d’hydroxychloroquine : L’administration conjointe de Remdesivir (VEKLURY) et de phosphate de chloroquine ou de sulfate d’hydroxychloroquine n’est pas recommandée en raison des données de culture cellulaire démontrant un effet antagoniste de la chloroquine sur l’activation métabolique intracellulaire et l’activité antivirale de VEKLURY.

Selon Nass, “cela peut être une autre raison pour laquelle le système ne veut pas que les patients reçoivent des médicaments à base de chloroquine, car leur utilisation constituerait une contre-indication à l’utilisation de Remdesivir.”

Et ces serpents ?

Le venin des serpents venimeux, tels que le cobra et le krait, exerce ses effets dévastateurs et immédiats sur la physiologie humaine en attaquant notre système nerveux central et périphérique et/ou notre capacité à former des caillots sanguins.

Les antidotes au venin sont des anticorps mono ou polyclonaux qui ciblent des protéines spécifiques délivrées par une morsure de serpent.

Ardis a utilisé ce lien avec les anticorps monoclonaux pour faire valoir que, puisque les anticorps monoclonaux constituent un traitement efficace contre le COVID et le venin de serpent, le COVID (qu’il soit causé par un coronavirus bêta ou non) est lié aux agents toxiques des serpents venimeux.

Ardis a dit à Stewart : “Les anticorps monoclonaux sont des antivenins.”

Toutefois, cette affirmation n’est pas tout à fait correcte. Les anticorps monoclonaux sont des protéines spécifiques, synthétisées, qui peuvent se lier à l’une des innombrables cibles différentes, y compris les protéines actives du venin de serpent.

L’antivenin est un anticorps monoclonal. Mais tous les anticorps monoclonaux ne sont pas des antivenins.

Le fait est que de nombreuses protéines peuvent avoir des effets communs sur notre corps, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elles ont une origine commune.

Les anticorps monoclonaux peuvent neutraliser les effets de nombreux peptides différents. Cela ne veut pas dire que les cibles des anticorps sont liées.

M. Ardis a également souligné que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a critiqué l’utilisation d’anticorps monoclonaux dans le traitement du COVID.

Il a fait cette remarque dans un contexte plus large pour alléguer que nos autorités ont constamment bloqué des traitements efficaces pour empêcher la guérison.

Pourtant, depuis le début de la pandémie, les anticorps monoclonaux ont été un traitement disponible du COVID chez les personnes immunodéprimées et celles qui présentent un risque élevé de développer une maladie grave.

Depuis l’émergence rapide de la variante Omicron à la fin de l’année 2021, la FDA a limité la disponibilité de certaines formulations d’anticorps monoclonaux, car il a été démontré que ceux-ci avaient un effet marginal contre la nouvelle souche.

Autres inexactitudes

Ardis a déclaré avec précision que le venin de serpent peut provoquer une élévation du taux de D-Dimer, un résultat non spécifique chez les patients souffrant de troubles de la coagulation.

Mais ce test est élevé non seulement chez les patients qui présentent des saignements excessifs (comme dans le cas des victimes de morsures de serpent) mais aussi chez les patients qui présentent une coagulation accrue (thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, accident vasculaire cérébral).

Ce dernier cas est plus fréquent dans les cas de COVID sévères. Ainsi, un taux élevé de D-Dimères ne signifie pas nécessairement que le COVID est causé par un processus de type venin de serpent.

L’affirmation la plus provocante d’Ardis concerne la sédation et la ventilation mécanique des patients critiques du COVID.

Comme le venin de serpent paralyse les muscles, y compris le diaphragme (le muscle le plus responsable de la respiration), en bloquant la conduction des signaux entre les nerfs et les muscles, il s’agit, selon lui, d’une preuve supplémentaire que le COVID est une maladie semblable au venin de serpent.

Il est vrai qu’il a été reconnu très tôt que les patients du COVID présentaient de faibles niveaux d’oxygénation sanguine, mais semblaient respirer confortablement et régulièrement.

Cependant, cela n’est pas représentatif d’une paralysie nerveuse. Cela suggère un processus central, qui implique le tronc cérébral, et non une paralysie diaphragmatique.

De plus, notre besoin naturel de respirer dépend beaucoup plus des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans le sang que des faibles niveaux d’oxygène.

Néanmoins, Ardis a accusé le système médical d’avoir intentionnellement provoqué la mort des patients COVID en réduisant davantage la pulsion respiratoire par l’utilisation d’agents sédatifs comme les benzodiazépines, de narcotiques et d’autres médicaments nécessaires pour placer les patients sur des machines respiratoires (ventilateurs).

Il a raison de dire que ces médicaments sont nécessaires pour permettre à une personne de tolérer le placement d’un tube respiratoire dans la trachée pendant des périodes prolongées et brèves.

Cependant, une fois qu’une personne est connectée à un ventilateur, la machine se substitue à l’absence d’activité respiratoire de la personne.

Résumé

Bien qu’il y ait un certain chevauchement entre les effets des peptides toxiques présents dans certains venins de serpent et ceux de la protéine de pointe du SRAS-COV2, prétendre que le COVID est finalement dérivé du venin de serpent est une hypothèse peu étayée.

Cela dit, la description par Ardis de la nature toxique du remdesivir est digne d’intérêt et ne doit pas être écartée.

 

Note :

(1) voir également l’article Le scientifique James Lyons-Weiler se prononce sur la théorie du venin de serpent.

 



Articles Par : Children's Health Defense

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]