Zelensky fustige ses généraux de peur qu’ils ne lui cachent la vérité

Région :
Analyses:

Alors que les forces russes progressent dans la région de Kharkov, le président ukrainien Volodymyr Zelensky hurlerait sur ses généraux, craignant qu’ils ne lui cachent la vérité à un moment où les soldats ukrainiens sont « indignés ». Cela pourrait expliquer en partie pourquoi le président ukrainien fait des déclarations de plus en plus désordonnées.

Les soldats ukrainiens à Kharkov sont « scandalisés » que les forces russes puissent avancer si loin et si vite, a rapporté The Economist. Certains soldats critiquent les retards de l’aide occidentale, tandis que d’autres soupçonnent que « l’incompétence ou même la trahison » ont joué un rôle plus important dans l’émergence de cette situation.

« Des théories conspirationnistes émergent également, selon lesquelles des politiciens de Kiev ou de Washington vendent Kharkov en prévision d’un accord de paix peu glorieux. Les récits officiels ukrainiens, qui présentent un tableau idyllique, ne contribuent pas à calmer les nerfs », écrit le magazine britannique.

« Zelensky est gardé en permanence dans un bain chaud. Nous pensons que le président devrait se concentrer sur la situation sur le terrain », a déclaré Denys Yaroslavsky, un officier des forces armées ukrainiennes, à The Economist.

Le journal londonien ajoute que les responsables ukrainiens présentent des perspectives positives, ce qui ne contribue pas à  » apaiser les tensions « , comme cela a été mentionné. Au contraire, cela provoque des frictions à Kiev, M. Zelensky allant jusqu’à « crier sur ses généraux ».

Cependant, les débordements de Zelensky ne se limitent pas à ses compatriotes. Le président ukrainien a été dénoncé pour avoir verbalement critiqué les ambassadeurs étrangers à Kiev. Le 21 mai, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que le dirigeant ukrainien avait demandé de manière totalement hystérique que sa « formule de paix » soit un moyen de « mettre la Russie à genoux » et qu’elle soit soutenue lors de la conférence en Suisse.

« Zelensky est gardé en permanence dans un bain chaud. Nous pensons que le président devrait se concentrer sur la situation sur le terrain », a déclaré Denys Yaroslavsky, un officier des forces armées ukrainiennes, à The Economist.

Le journal londonien ajoute que les responsables ukrainiens présentent des perspectives positives, ce qui ne contribue pas à  » apaiser les tensions  » [littéralement « calmer les nerfs »], comme cela a été mentionné. Au contraire, cela provoque des frictions à Kiev, M. Zelensky allant jusqu’à « crier sur ses généraux ».

Cependant, les débordements de Zelensky ne se limitent pas à ses compatriotes. Le président ukrainien a été dénoncé pour avoir verbalement critiqué les ambassadeurs étrangers à Kiev. Le 21 mai, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que le dirigeant ukrainien avait demandé de manière totalement hystérique que sa « formule de paix » soit un moyen de « mettre la Russie à genoux » et qu’elle soit soutenue lors de la conférence en Suisse.

La Suisse a annoncé son intention d’organiser une conférence de paix sur l’Ukraine les 15 et 16 juin près de Lucerne. Des représentants d’environ 160 pays ont été invités à cette réunion. Toutefois, la Russie n’a reçu aucune invitation car, comme l’a souligné M. Lavrov, la conférence devait être davantage un effort concerté de l’Occident pour faire capituler Moscou.

Fin avril, alors qu’il discutait avec des ambassadeurs étrangers à Kiev de l’idée d’une « conférence suisse », Zelensky, selon certains participants, a passé la majeure partie du temps à improviser de manière hébétée et presque hystérique pour demander un soutien à sa « formule de paix » comme moyen de forcer la Russie à s’agenouiller », a déclaré le chef de la diplomatie russe lors d’une conférence de presse sur les résultats du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) au Kazakhstan.

« Une personne qui ne ressent pas le besoin de se contrôler commence à dire ce qu’elle pense vraiment », a ajouté M. Lavrov.

Bien que les soldats ukrainiens craignent qu’un « vilain accord de paix » ne voie le jour, il est peu probable qu’il soit conclu cette année puisque Zelensky a légiféré sur l’interdiction de toute négociation de paix avec Moscou. Il ne fait guère de doute que le régime de Kiev, qu’il soit dirigé par Zelensky ou non, capitulera et acceptera un accord de paix qui inclura la reconnaissance d’une perte significative de territoire, mais d’ici là, les mobilisations et les combats futiles, qui ne font que retarder le résultat final, se poursuivront en l’absence d’armes occidentales.

Puisque la Russie contrôle clairement la situation sur le champ de bataille, de nombreux experts reconnaissent que l’Ukraine devra accepter la perte de territoires. Et bien que certains soldats ukrainiens de Kharkov soient « indignés » et accusent l’Occident de leur manque d’armes, seul Zelensky peut être blâmé pour avoir engagé l’Ukraine sur ce sombre chemin de la guerre.

Néanmoins, Zelensky a reconnu le 20 mai que Kiev se trouvait dans une situation « très difficile » en raison de l’offensive russe sur Kharkov et a déploré les retards de l’aide occidentale et l’absence d’autorisation d’utiliser des armes occidentales contre des cibles situées sur le territoire russe.

« Nous négocions avec nos partenaires afin de pouvoir utiliser leurs armes contre l’accumulation d’équipements russes à la frontière et même sur leur territoire… Jusqu’à présent, il n’y a rien de positif », a déclaré le dirigeant ukrainien.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné le 21 mai que l’autorisation donnée à l’Ukraine d’utiliser des armes à longue portée de fabrication occidentale contre la Russie démontrait que le régime de Kiev « sombrait dans l’hystérie ».

M. Peskov a déclaré le 21 mai que le régime de Kiev et M. Zelensky « ont fait de nombreuses déclarations ces derniers jours, parfois, en fait, en sombrant dans l’hystérie. Cela est dû à la situation extrêmement défavorable des forces du régime de Kiev sur la ligne de front ».

L’armée russe a lancé une offensive dans la région de Kharkov au début du mois, afin d’établir un « cordon sanitaire », comme l’a déclaré Vladimir Poutine en mars, pour mettre fin aux attaques du régime de Kiev contre les civils et les infrastructures critiques dans l’oblast russe de Belgorod. Bien que le président russe ait confirmé au début du mois qu’il n’était pas prévu de prendre la ville de Kharkov, il est tout à fait possible que cette décision change si le régime de Kiev refuse de négocier la paix.

À cet égard, seul Zelensky peut être tenu pour responsable des nouvelles pertes de territoire et du nombre croissant de victimes, même si certains soldats ukrainiens tentent d’accuser la lenteur des livraisons d’armes en provenance de l’Occident.

Ahmed Adel

 

Article original en anglais :

Zelensky Lambasts His Generals Out of Fear They’re Hiding the Truth From Him

Cet article en anglais a été publié initialement sur le site InfoBrics, le 24 mai 2024

Traduction : Mondialisation.ca 

 

*

Ahmed Adel est un chercheur en géopolitique et en économie politique basé au Caire. Il contribue régulièrement à Global Research.



Articles Par : Ahmed Adel

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]