Zimbabwe : Mugabe charge Bush et Blair

La FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, a fêté son soixantième annniversaire lundi à Rome en présence de nombreuses personnalités et en commençant par les attaques du président zimbabwéen Robert Mugabe contre les dirigeants américain George W. Bush et britannique Tony Blair.
 
« Devons nous approuver ces hommes? », s’est exclamé M. Mugabe, décrivant George Bush et Tony Blair comme « les deux personnes néfastes de notre millénaire qui, à la manière de Hitler et Mussolini, ont formé une alliance impie pour attaquer des pays innocents ».
 
Théoriquement banni de tout voyage dans les pays de l’Union européenne, Robert Mugabe a fustigé avec véhémence les Etats-Unis pour leur intervention en Irak et a défendu sa réforme foncière très controversée, qui a conduit depuis 2000 à la saisie de quelque 5.000 exploitations agricoles appartenant à des fermiers blancs pour les redistribuer à des noirs sans-terre.
 
Le président vénézuélien, Hugo Chavez, également présent à la cérémonie à Rome, siège de l’agence spécialisée de l’ONU, a pour part accusé « l’empire nord-américain » d’être la « première menace pour le monde » au cours de la même cérémonie.
 
« Je salue le président zimbabwéen Mugabe pour sa lutte pour la justice », a-t-il aussi déclaré dans un long discours où il a comparé Judas au « premier capitaliste » et Jésus au « premier socialiste ».
« Le budget de la défense américain, qui s’élève à 500 milliards de dollars, suffirait à financer la FAO pendant 500 ans », a-t-il ajouté, avant d’appeler à l’anéantissement de « l’OMC et du FMI » et à la mise en place d’un « fonds humanitaire international ».
 
Les interventions des dirigeants vénézuélien et zimbabwéen ont fait passer au second plan la cérémonie en présence des délégations de plus d’une centaine de pays au cours de laquelle le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a reçu la médaille « Agricola », la plus haute récompense de la FAO, pour ses efforts dans la lutte contre la faim.
« L’alimentation est un droit, un droit sacré, un droit fondamental. La faim est la plus importante arme de destruction massive qui existe aujourd’hui », a ajouté le président brésilien, très applaudi pour son intervention.
 
M. Lula a également critiqué les subventions des pays développés à leur agriculture, celles-ci représentant, selon lui, « six fois plus » que les besoins nécessaires pour parvenir à réduire de moitié la pauvreté d’ici 2015 dans le monde.
 
Le président brésilien s’est d’ailleurs félicité de « l’initiative prise récemment par les Etats-Unis et l’Union européenne » visant à réduire ses subventions agricoles, « bien que les volumes (de réduction) ne soient pas assez suffisants ».
Lors du premier Sommet de l’alimentation, réuni à Rome en 1996, les pays membres de la FAO s’étaient également fixé comme objectif de réduire à 400 millions le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde en 2015.
 
Or, « 852 millions de personnes continuent à souffrir de la faim » aujourd’hui, a rappelé le directeur général de l’institution onusienne, le Sénégalais Jacques Diouf.



Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: [email protected]

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

Contact média: [email protected]